France, Italie… Et si la baisse des marchés ne reflétait que la dégradation des fondamentaux ?

Rédigé le 30 octobre 2018 par | Trading, Bourse Imprimer

ménages américainsLa panne de croissance ne fait plus aucun doute en France comme en Italie : la consommation des ménages français chute de 1,7% en septembre, après avoir cru de 1,1% en août (les produits manufacturés reculent de 2,6%, les ventes auto de 7,9%, après avoir progressé de 8,5% en août pour ces dernières) et la performance trimestrielle est ramenée à une petite hausse de 0,6% (contre 0,3% au deuxième trimestre).

L’INSEE espérait une accélération au quatrième trimestre (à +1,5% en rythme annuel) mais les taxes sur les carburants et le fioul de chauffage, la non revalorisation des pensions envoient un très mauvais message au pouvoir d’achat.

La croissance s’avère nulle en Italie au troisième trimestre (0,00%), et son rythme annuel chute à 0,8%, contre 1,2% au deuxième trimestre : zéro de croissance et des taux à 3,40% (et 3,5% en moyenne depuis la mi-octobre), c’est l’assurance d’une récession et d’un creusement des déficits avec un service de la dette pesant 65Mds€ (contre 45Mds€ pour la France).

France, Etats-Unis : deux trajectoires de l’emploi (et de la gabegie budgétaire) opposées

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Mots clé : - - - -

Laissez un commentaire