Guérir les allergies avec DBV TECHNOLOGIES

Rédigé le 21 juin 2012 par | Biotechs et Medtechs, Mid et Small Caps Imprimer

Savez-vous que l’allergie à l’arachide représente près de 20% des allergies alimentaires infantiles ? Que le fait de manger des cacahuètes peut provoquer chez certaines personnes des urticaires géants, des oedèmes de Quincke – voire la mort ? Que la moindre trace d’arachide, que ce soit dans l’huile, dans les céréales du petit déjeuner ou dans certains laitages peuvent provoquer des dégâts irréversibles ? Vous l’aurez compris, les conséquences de l’allergie à l’arachide peuvent être gravissimes.

Et les traitements dans tout ça ? Où en sommes-nous ? Eh bien, pour l’instant ils consistent essentiellement en une désensibilisation par voie sous-cutanée ou sublinguale – un mode opératoire mal adapté aux jeunes enfants. DBV TECHNOLOGIES (FR0010417345), une petite biotech française dont j’ai rencontré le management la semaine dernière, cherche à y remédier au moyen d’un patch que l’on met sur la peau et que l’on change tous les jours.

Selon le docteur Pierre-Henri Benhamou, président directeur général du groupe et également fondateur du groupe en 2002, le potentiel commercial du Viaskin est estimé à 5 milliards de dollars. Faisons le point.

Un procédé en cours d’essais cliniques

« Nous nous focalisons pour l’instant sur l’arachide. Le Viaskin administre l’allergène à travers la peau intacte sans passage dans la circulation sanguine » précise ce médecin assez jovial qui ne possède plus que 3% du capital après toutes les augmentations de capital successives mais qui semble heureux de son sort…

« L’étude de phase II-B commence avec le recrutement des premiers patients et surtout nous avons obtenu le Fast Track aux Etats-Unis, ce qui veut dire tout simplement que c’est la reconnaissance d’un véritable besoin médical » poursuit-il. Il s’agit d’une procédure accélérée pour l’examen du dossier par la FDA en fait. Un signal très positif dans un pays où l’on ne badine pas avec la santé.

« La phase III pourrait démarrer en 2014 avant le dépôt du dossier en 2016 et les premières ventes vers 2017 » ajoute Pierre-Henri Benhamou. Pour être tout à fait précis, plus de 200 enfants et adultes sont étudiés dans cette phase II-B avec comme objectif que 35% des patients tolèrent au moins 1 gramme d’arachide ou 10 fois la dose initialement tolérée au bout d’un an.

Il est intéressant de noter que le procédé Viaskin ne concerne pas seulement l’allergie à l’arachide, il est déclinable et le groupe développe également le système à l’allergie aux acariens et à l’allergie au lait. La phase II devrait commencer l’an prochain pour les allergies au lait alors que nous en sommes qu’au tout début pour les acariens.

Un projet de développement à l’international très ambitieux

Pour l’instant, le chiffre d’affaires du groupe est epsilonesque : environ 1,9 million d’euros en 2011 et correspond aux ventes de Diallertest et au crédit impôt recherche. Pour information, le Diallertest est le premier médicament crée par DBV TECHNOLOGIES. C’est un patch non invasif, conçu contre l’allergie au lait de vache, essentiellement pour le nouveau-né et l’enfant… sur lequel le groupe ne communique pas beaucoup mais réalise 0,2 million d’euros par an de chiffre d’affaires.

Le développement international est très ambitieux. Des co-développements sont envisagés aux Etats-Unis, au Japon, en Chine et une commercialisation en propre en Europe. D’où cette levée de fonds de 40 millions d’euros réalisée par le groupe en mars dernier. « A priori et compte tenu de nos besoins, nous tenons jusqu’en 2016 sans augmentation de capital » me précise Pierre-Henri Benhamou qui espère également signer un accord avec upfront et royalties avec un grand laboratoire mondial, ce qui serait logique et classique dans le monde des biotechnologiques – ma collègue Vanessa Popineau vous avait très bien expliqué ce processus ici.

Voici 5 biotechs « confidentielles »
à intégrer dès aujourd’hui dans votre PEA !

PLUS : un tracker « sécurité« 

Découvrez avant tout le monde les nouveautés technologiques
qui pourraient inonder le marché dans les années à venir !

Côté Bourse

Parlons Bourse pour finir… L’action DBV TECHNOLOGIES (FR0010417345) a été introduite tout récemment, fin mars, à 8,86 euros. DBV vaut maintenant 7,98 euros, ce qui fait une capitalisation boursière de 107 millions d’euros.

Le flottant atteint 25% et le capital, outre son P-DG cité plus haut, comprend Sofinnova (27,7%), InnoBio (13,3%), le FSI (12,6%) que l’on retrouve dans beaucoup de dossiers comme SEQUANA (FR0000063364) en ce moment ou encore des laboratoires pharmaceutiques comme ALK-Abello (6,1%) ou encore Shire (4,3%).

Ne vous étonnez pas que, pour une fois, j’écrive sur une biotechnologique. En effet, ce dossier me paraît intéressant et surtout compréhensible pour un non-spécialiste comme moi. DBV TECHNOLOGIES reste un très beau pari… mais évidemment très cher à ce stade.

Mots clé : - -

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

4 commentaires pour “Guérir les allergies avec DBV TECHNOLOGIES”

  1. […] Je vous ai présenté il y a quelques mois le spécialiste des patchs, notamment pour contrecarrer les allergies à l’arachide ou encore aux acariens. […]

  2. […] à dire mais c’est une bonne nouvelle pour DBV Technologies (FR0010417345), longuement présenté l’an dernier lors d’une eletter.  Imprimer cet article window._wp_rp_static_base_url = […]

  3. […] vous souvenez que je vous ai présenté l’an dernier ce spécialiste des patch alimentaires… Son chiffre d’affaires a atteint 2,8 millions d’euros l’an dernier mais sa […]

  4. […] Je vous ai présenté ce spécialiste de l’allergie suite à ma rencontre avec le management. Et les nouvelles sont plutôt bonnes avec une bonne efficacité de son patch chez les moins de douze ans. Malgré tout, l’action ne réagit pas et perd même 0,6% actuellement à 8,25 euros dans un gros volume de 28 852 titres. […]

Laissez un commentaire