Forex : le calme avant la tempête

Rédigé le 28 juillet 2010 par | Matières Premières Imprimer

Par Jérôme Revillier, analyste et responsable d’un service de trading sur le Forex

Stress tests ou l’expression même du non-événement

J’ai décidé aujourd’hui de revenir avec vous sur le cas de l’Europe et de ces fameux stress tests qui nous ont tenus en haleine toute la semaine dernière. J’écrivais dernièrement aux abonnés de FxProfitTrader, dans mon débriefing hebdomadaire :

« Cette semaine se termine sur une note mitigée et dans l’attente des stress tests européens qui vont sans doute être un non-événement total.

En effet, à bien y réfléchir, le marché a déjà pris en compte les hypothèses les plus plausibles et cela ne devrait donc pas perturber énormément les marchés. »

Et c’est le moins que l’on puisse dire. Les résultats « bons mais pas trop » garantissant un minimum de crédibilité ont été publiés comme prévus. Rassurant ? Pas vraiment…

La confiance ne revient pas

L’objectif de ces stress tests était de rassurer à la fois l’opinion et les marchés. Pour l’opinion, rien n’est fait et les péripéties de nos joueurs de foot risquent de pénaliser bien plus la croissance que de mauvais stress tests. Pour les marchés en revanche, c’est sûr, cela ne fera rien.

Suite aux stress tests le Libor à trois mois reste tendu

La réaction des marchés interbancaires a été quasi nulle et le Libor à trois mois reste tendu… ce qui illustre bien l’idée que les institutions ne semblent pas prêtes à renouer avec la confiance.

Des perspectives économiques incertaines

Ben Bernanke a fait pâle figure la semaine dernière en annonçant « une extraordinaire incertitude » sur les perspectives économiques. Et si ces stress tests peuvent rassurer sur la situation actuelle, c’est bien les perspectives et l’avenir que veulent regarder en face les consommateurs et les investisseurs.

Il faut bien reconnaître que ce n’est pas brillant. Les premiers ont tendance à épargner et à se protéger contre les troubles à venir ce qui, de fait, pénalise la consommation et l’hypothétique reprise. Les seconds, quant à eux, se jettent sur les valeurs refuges… Mais en reste-t-il vraiment ?

Où sont les refuges ?

Je vous le disais déjà il y a quelques semaines, le billet vert n’a plus la cote et n’est pas parvenu à faire illusion en capitalisant sur la peur du défaut européen.

Finalement, c’est peut-être le yen qui va bénéficier de tout ça, tant le Japon semble s’être accommodé d’un état de crise profonde depuis des dizaines d’années.

Dans le même temps, l’Inde vient de relever son taux directeur de 0,25 à 5,75% et n’arrive plus à absorber les liquidités générées pendant la crise. L’inflation devrait connaître une croissance à deux chiffres dans les mois qui viennent, de quoi inquiéter également du côté des émergents.

Marché des changes au point mort

Mais revenons-en à ce qui nous intéresse, le Forex. Les devises sont entrées dans une phase de consolidation et butent, pour la plupart, sur leurs résistances majeures face au billet vert.

L’euro teste les 1,30$ alors que la livre a échoué provisoirement sur les 1,55$ soutenue par une politique de rigueur et d’euro-ignorance comme le reprenait cette semaine Courrier International. En effet, le nouveau gouvernement britannique n’a plus qu’une priorité : les intérêts du pays, coûte que coûte. Autant dire que cela ne devrait pas contribuer à faire avancer la cohésion européenne…

Bref, la pause sur le Forex n’est sans doute que temporaire comme l’est, le calme avant la tempête ! Et nous serons là pour en profiter.

Mots clé : - - - -

Jérôme Reviller
Jérôme Reviller

Passionné de finance et autodidacte, Jérôme Revillier dirige aujourd’hui une société de gestion spécialisée sur le marché des changes. Il collabore avec des investisseurs particuliers avertis, des institutionnels ou encore des hedge funds cherchant de la performance absolue.

Vous pouvez croiser Jérôme sur des salons comme Actionaria, le salon du Trading ou le salon de l’Analyse Technique – il parcourt aussi la France, la Suisse et la Belgique pour rencontrer les investisseurs et leur faire partager son approche bien particulière des marchés.

Laissez un commentaire