Un fonds obligataire pour les midcaps : une nouvelle manière de se financer

Rédigé le 29 mars 2012 par | Biotechs et Medtechs, IPO, OPA, opérations financières, Mid et Small Caps Imprimer

Business & Decision, Orapi, Quantel, Avanquest Software, Touax et d’autres small caps sont en train de s’associer pour créer et lancer un nouveau fonds obligataire, le fonds Micado. Je ne vous parle pas d’obligations convertibles mais bien d’obligations pures.

C’est une grande première en France, et ce nouveau moyen de financement, s’il réussit, pourrait bien changer tout le modèle du crédit des entreprises en France.

Il faut tout d’abord comprendre la situation actuelle

Primo, les banquiers actuellement sont très frileux vis-à-vis du tissu des PME françaises. Même si personne n’aborde réellement le thème du credit crunch (étranglement du crédit), le financement est une préoccupation réelle et quotidienne pour de nombreuses sociétés. Vous savez que je passe une bonne partie de mes journées avec les chefs d’entreprises. Tous les jours, on me parle de telle ou telle banque qui a été en dessous de tout, exigeant d’énormes garanties pour octroyer un financement, ou refusant un prêt pour un investissement pourtant relutif à terme.

Secundo, le financement obligataire est réservé aux grandes entreprises qui peuvent bénéficier d’un rating* par les agences de notation. Il est plus facile de placer un emprunt obligataire quand on s’appelle Danone ou Renault que pour une petite entreprise, même si elle est cotée en Bourse.

A l’époque où je travaillais chez Euroland Finance, j’ai placé quelques émissions obligataires pour des small caps… C’était extrêmement difficile et les principales remarques portaient sur la notation et sur la liquidité des obligations émises. On discutait chaque fois avec les mêmes souscripteurs qui se réduisaient d’année en année comme peau de chagrin.

 

Investissez sur les PME qui n’ont pas de problèmes de financement !

J’ai sous les yeux un document inédit : une liste confidentielle de cinq small caps exceptionnelles. Elles ont résisté à la crise… ont des fondamentaux très solides… — et pour cause, ce sont les sociétés françaises les moins endettées et qui ont le plus de cash en trésorerie !

Je suis sûre que vous sauriez quoi faire d’un tel document ! Son auteur ? Jean Chabru.
Jean travaille pour nous depuis plusieurs années maintenant — il s’est fait une spécialité de détecter les petites et moyennes valeurs les plus prometteuses.

Cette liste des cinq small caps les moins endettées vous intéresse ? Alors n’attendez pas pour vous inscrire en cliquant ici — vous la recevrez gratuitement dans les jours à venir !

Pourquoi ce fonds donc ?

Comme je vous le disais, les small ou mid caps n’ont pas accès au marché obligataire. L’idée de ce fonds est de porter les obligations de petites et moyennes entreprises ; ce serait une réelle solution de financement pour ces boîtes. L’idée est simple et séduisante.

Le fonds investit dans des obligations émises par des sociétés cotées, certaines small ou mid caps, qui n’ont pas accès au marché obligataire. Il s’agit en fait de mutualiser les risques pour les minimiser.

La philosophie de ce fonds est d’investir dans 20 à 25 midcaps (mais on y trouvera aussi des small), à hauteur de 80%. Les 20% restants seront investis dans des obligations liquides, notées Investment Grade. Ces dernières sont des obligations émises par des emprunteurs qui reçoivent une note comprise de AAA à BBB-, c’est-à-dire les obligations de nos grandes entreprises cotées qui répondent à une notion de risque assez faible.

Comment sélectionner les small et mid caps qui pourront intégrer ce fonds et émettre des obligations ?

Je vous l’ai dit, les small caps ne sont généralement pas notées par les agences mais devront tout de même afficher des ratios financiers de bonne qualité. Il est évident qu’une société qui a un gearing de 120%, c’est-à-dire une dette nette représentant 1,2 fois ses capitaux propres tout en ayant une très faible rentabilité, ne sera pas éligible à ce fonds. Il y aura une sélection très sérieuse.

On est donc, avec ce nouveau produit, en pleine désintermédiation puisqu’on sort du schéma traditionnel de financement par les banques.

Très franchement, on ne peut que saluer une telle initiative dans la mesure où les banques traditionnelles ne jouent plus le jeu… Se pose tout de même la question de savoir si les investisseurs souscriront à ce type de fonds baptisé Micado France 2018 (fonds à horizon 2018 géré par Portzamparc Gestion) et qui vise tout simplement à « financer l’économie française ».

C’est la seule interrogation de cette innovation vraiment intéressante.

* Décryptage : rating
« Rating »
signifie notation financière. Ce sont les agences de notation qui attribuent les notes en fonction de la solvabilité financière et de la capacité de remboursement. Les agences sont habilitées pour noter des opérations financières, des entreprises mais aussi des Etats.

Mots clé : - - -

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

7 commentaires pour “Un fonds obligataire pour les midcaps : une nouvelle manière de se financer”

  1. […] petites entreprises doivent se mutualiser pour obtenir des financements ! (Je vous renvoie sur un article d’Eric Lewin très explicite à ce […]

  2. […] petites entreprises doivent se mutualiser pour obtenir des financements ! (Je vous renvoie sur un article d’Eric Lewin très explicite à ce […]

  3. […] vous voulez toutes les explications sur ce fonds, il faut relire ma e-letter du 29 mars 2012 sur la pertinence d’un tel fonds pour les midcaps.  Imprimer cet article Autres articles de Small Caps Confidentiel :30 août 2012 — NEWS […]

  4. […] fameux fonds Micado, que je vous ai présenté il y a plusieurs mois, fait de nombreux […]

  5. […] Le spécialiste des lasers va également passer par le fonds Micado que je vous ai présenté il y a quelques mois… […]

  6. […] l’an dernier l’émission obligataire réussie de CAPELLI (FR0010127530) ou encore le fonds Micado créé par Portzamparc dont je vous ai abondamment parlé l’an dernier. Cette tendance va […]

  7. […] l’an dernier l’émission obligataire réussie de CAPELLI (FR0010127530) ou encore le fonds Micado créé par Portzamparc dont je vous ai abondamment parlé l’an dernier. Cette tendance va […]

Laissez un commentaire