Acheter les creux de l’Eurostoxx 50 ? Surtout pas !

Rédigé le 23 mai 2011 par | Autres indices Imprimer

________________________________________________________________________________________________________________

Tous les jours, et dès 16h00 au 0899 88 20 36* Philippe Béchade analyse pour vous les marchés, les rumeurs qui animent les salles de trading, et vous propose SA stratégie pour profiter ou contrer les mouvements boursiers. ________________________________________________________________________________________________________________

Lundi dernier, tous les investisseurs avaient les yeux braqués sur l’euro. Le séisme psychologique causé par l’inculpation du patron du FMI étant censé se propager au marché des changes puis aux dettes souveraines des pays périphériques de l’Eurozone. Force est de constater que la réaction des marchés a été beaucoup moins émotionnelle que celle des politiques ou de l’opinion publique.

L’Euro na pratiquement pas bronché. 72H plus tard, il affichait même une légère progression par rapport à vendredi 13 mai, tandis que les taux grecs voyaient leur rendement se stabiliser à 25% sur deux ans et à 15,5% sur 10 ans.

A l’heure où je rédige ce billet, les marchés n’ont donc toujours pas validé le scénario d’une inversion du rapport de force entre la France et l’Allemagne dans les négociations. L’implication du FMI – et de son patron – constituait la clé de voûte des divers plans de sauvetage… L’avenir nous dira si l’unanimité de façade franco-allemande se disloque, avec les conséquences redoutables que l’on imagine. Pour l’heure, il n’en est rien et le scénario du rééchelonnement de la dette grecque l’emporte largement sur celui de la restructuration.

Si cette option ne résout rien concernant la solvabilité d’Athènes, cela repousse le constat de la faillite à beaucoup plus tard… et c’est tout ce qui importe aux yeux du marché. Chaque semaine, chaque mois gagné permet à l’Eurostoxx 50 de prendre un peu plus d’altitude et d’accréditer la thèse de marchés confiants (faussement confiants plutôt) dans l’avenir.

_____________________Pour vous aider dans vos trades______________________

Retrouvez tous les conseils et analyses de Sébastien Duhamel au jour le jour… … et engrangez grâce à eux des gains potentiels de l’ordre de 105,56%, 95,77%, 84,62%, 77,43%, 109,38%.

Comment ça ?

Tout est expliqué ici…

______________________________________

Un faux optimisme forcené En fait, le sentiment des investisseurs nous apparaît beaucoup plus positif que ce que nous disent les graphiques : l’Eurostoxx 50 stagne depuis 1 an (enfin, disons 13 mois pour être précis) et il n’avait rien gagné ni perdu entre le 7 avril 2010 et le 7 avril 2011, testant le seuil psychologique des 3 000 points.

Partant de ce constat, et considérant la progression des bénéfices des entreprises au cours des 12 derniers mois écoulés, de nombreux stratèges ont beau jeu d’affirmer que le marché n’est pas cher : l’Eurostoxx 50 vient de rechuter sous les 2 900 points ! Seul hic pour valider l’optimisme ambiant : le rythme de l’inflation a doublé. Dans l’intervalle les signaux de ralentissement conjoncturels aux Etats-Unis sont toujours là et les déficits dans la plupart des pays occidentaux se creusent.

Le calcul des multiples de capitalisation des valeurs composant l’Eurostoxx 50 s’avèrera bien différent selon que l’on anticipe des taux à 1,25% ou 2,5% – ce qui serait de toute façon insuffisant pour juguler une inflation qui flirte avec les 3%.

Cet aspect des choses a certainement contribué à transformer le débordement de la résistance long terme des 3 025 points en « faux signal » haussier. Et le véritable catalyseur du repli amorcé mi-février fut le fléchissement du dollar face à l’euro : les gérants US n’avaient qu’à se contenter de regarder l’euro grimper en direction des 1,50$ pour surperformer l’ensemble des indices américains.

Acheter les creux ? Surtout pas ! Aujourd’hui, la plupart des analyses chartistes que nous lisons évoquent un Eurostoxx 50 sans réelle vélocité haussière mais dans lequel les supports sont parfaitement bien défendus, d’où le mot d’ordre que vous connaissez bien : « achetez tous les creux ».

Trois éléments techniques nous incitent pourtant à ne pas le faire : tout d’abord, et pour la première fois depuis début mai 2010, les moyennes mobiles à 2 puis à 50 jours coupent à la baisse la MM100 qui gravite vers 2 930 points.

Second motif de prudence, les oscillateurs hebdomadaires ont entamé leur repli il y a près de trois semaines (le jour même de l’annonce de l’élimination de Ben Laden).

Graphique: Eurostoxx 50Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Troisième motif de prudence : l’ébauche d’une configuration de type « tête-épaules » baissière (2 900/3 070/3 010 points).

Je sais que cette interprétation ne sera pas jugée satisfaisante par les « puristes ». Mais ayez en tête que la surperformance du DAX introduit un biais globalement haussier qui se lit parfaitement dans les obliques qui délimitent le canal ascendant au sein duquel évolue l’Eurostoxx 50 depuis fin mai 2010.

Le scénario que je privilégie ? Donc au final, la cassure du support des 2 850 points validerait une première alerte concernant la pérennité de la tendance haussière.

Et l’enfoncement des 2 760 points (plancher du 10 janvier) pourrait marquer l’inversion de la polarité à moyen terme, avec la perspective d’une accélération des dégagements sous 2 720 points.

Encore faut-il repasser sous ces niveaux…

*1,35 euro par appel + 0,34 euro / minute. Depuis la Belgique : composez le 09 02 33110, chaque appel vous sera facturé 0,75 euro / minute. Depuis la Suisse : composez le 0901 801 889, chaque appel vous sera facturé 2 CHF / minute.
_____________________Pour vous aider dans vos trades______________________

Marre des opérations de court terme en Bourse ? Et si nous avions trouvé le nouveau « Microsoft » ?

Selon le magazine Forbes, cette nouvelle révolution est l’une des « 10 choses qui changeront notre manière de vivre ». Ils l’ont comparée à la charrue, à la presse à imprimer, aux voitures, aux avions et au téléphone. Autant dire que la révolution dont je parle pourrait bien vous rendre riche pour des générations…

Pour découvrir de quoi il s’agit mais aussi et surtout comment profiter concrètement de cette découverte, il vous suffit de continuer votre lecture

______________________________________

Mots clé : -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire