Quel flux de données utilisez-vous ? Un exemple concret avec Orange

Rédigé le 22 novembre 2017 par | A la une, Apprendre la Bourse Imprimer

J’aimerais aujourd’hui faire une petite pause dans l’analyse des marchés. Je souhaiterais vous entretenir d’un sujet absolument primordial mais très peu traité dans les livres consacrés à l’investissement et au trading. Pourtant, ce « petit détail », n’en est pas un. Il s’agit de décider si vous vous basez sur des cours réels ou sur un historique de prix « ajusté aux dividendes ».

En gros, vous avez le choix, soit d’afficher vos graphiques avec le cours spot, réel ; soit de réinjecter les dividendes. La différence est la même qu’entre le CAC40 et le CACGR (Global Return).

Et cette différence entre ces deux types de données peut être énorme. Elle modifie la lecture que vous avez du marché. En effet, le niveau et l’orientation des supports, les figures graphiques, les canaux de tendance ne seront pas les mêmes. L’un n’est pas meilleur que l’autre, a priori. Il faut juste comprendre ce que vous faites, quel cours vous choisissez et pourquoi vous le choisissez.

Quand les cours de vos graphiques ne sont pas réels

Saviez-vous que la majorité des flux proposés sur les plateformes donnent des prix modifiés a posteriori ? Des cours « ajustés des dividendes », qui n’ont donc plus rien à voir avec ce qu’ils étaient en « réel » dans le passé ? Or plus une action distribue de dividendes et plus on remonte loin dans l’historique, plus la différence devient importante.

Et oui, cela compte énormément ensuite pour vos prises de décision.

Avant d’investir, on regarde toujours où l’on met les pieds. Autrement dit, pour mettre le maximum de chances de son côté, on bâtit un plan de trade visant à savoir « où, quand et comment » intervenir, et pour quel risque. Ensuite, seulement, on décide de prendre position – ou pas.

La première des premières choses à faire pour bâtir un plan de trade, c’est de réaliser un cadrage graphique du sous-jacent que l’on veut travailler.

Ce cadrage permet de mettre en évidence les zones où les intervenants qui font le marché (les « grosses mains ») abattent leurs cartes. En voyant la réaction des prix sur certains niveaux, on voit si les grosses mains passent à l’achat ou à la vente. Pas inutile à connaître, vous vous en doutez.

Ce sont donc ces zones que l’on va cibler. Et c’est sur elles que l’on va s’appuyer pour élaborer nos plans de trade.

Le détail donne le tableau d’ensemble

Si vous suivez mes élucubrations dans La Bourse au quotidien, vous connaissez le principe de TOUS les plans de trade que je partage avec vous.

1 – On cible une zone de support graphique majeure qui apparaît en UT hebdo ou mensuelle. C’est là où les « grosses mains » interviennent. 2 – Principe de l’analyse dynamique, que j’ai développée et que j’applique. Si une action doit réagir sur un niveau détecté en UT de long terme, alors nous devons OBLIGATOIREMENT avoir d’abord un signal sur une vue de court terme. Logique : ce sont les UT minutes, qui forment les UT heures, qui forment les UT jours, qui forment les UT hebdo, qui forment les UT mensuelles, etc. Donc pour que l’UT hebdo donne un signal, il faut que ce signal se retrouve dans toutes les strates inférieures. C’est un peu comme dans un tableau pointilliste si vous voulez : les petites touches minuscules forment un tableau quand on prend du recul.

Si vous n’avez pas le même cours au départ, donc en UT minute, en cours réel, alors vous n’aurez pas le même tableau d’ensemble.

Maintenant, que le décor est planté, prenons l’exemple de Orange (FR0000133308) pour réaliser à quel point le choix du type de flux est important.

Orange : avec ou sans les dividendes intégrés au cours ?

Orange distribue un bon dividende (4,5% à l’année). Début novembre, j’en ai fait un nouveau plan de trade.

Le premier graphe, que je remets ci-dessous, c’est un cadrage effectué sur des cours « réels », c’est-à-dire non ajustés des dividendes rétroactivement. Les prix de chaque bougie, même passée, reflètent les cours réels. Pas de « tripatouillage », pas d’ajustement venant les modifier.

ORANGE et dividendes Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Vous voyez que les grosses zones de support/résistance de long terme apparaissent clairement (rectangles horizontaux). J’ai indiqué l’impact des prix sur ces niveaux par des flèches rouges et vertes pour plus de lisibilité. Nous avons là les niveaux sur lesquels les grosses mains lancent la cavalerie.

Avec ces niveaux, les reports d’amplitudes marchent bien. On repère tout de suite les figures style « double bottom », etc. Nous avons un premier bottom autour de 7€ fin 2002, et un deuxième bottom mi-2013 à 7€ également (logique, c’est un double bottom). Nous voyons un double-top autour des 16/17€ en 2015 et 2016 que nous avions joué avec, pour objectif, le support des 13€.

En m’appuyant sur ces gros supports et résistance, j’ai pu élaborer plusieurs plans de trades depuis des années (vous pouvez relire le fil de tous mes plans de trade sur Orange ici).

Bref, tout fonctionne bien et parfaitement.

Avec les dividendes, on n’y voit plus grand-chose

Maintenant, on reprend Orange, mais avec un « historique de cours ajusté aux dividendes ». J’ai laissé les repères graphiques du graphe précédent et vous voyez… que l’on ne voit plus grand-chose.

ORANGE et dividendes Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Le double bottom n’est plus visible. Le bottom de la première jambe est à 2,7€… et le deuxième point bas de mi-2013 s’affiche désormais autour de 6€. Les grosses zones de support et résistance que nous avons maintes fois exploitées ne sont plus là.

Envolé le double top autour des 16/17€ que nous avions pourtant joué ! Envolé le support des 13€ ! Plus rien n’est jouable.

Prix réels ou prix ajustés : que choisir ?

En analyse technique, on parle souvent de la « mémoire des prix ». En fait, ce sont les intervenantes, les grosses mains (enfin, leurs ordinateurs surtout) qui se rappellent des zones d’appui sur lesquelles ils sont passés acheteurs ou vendeurs. Or ils se basent sur les prix réels.

Ceux qui sont passés acheteurs sur le plus-bas de 2002 se rappellent qu’ils ont pris position vers 7€. Pas à 2,7€ comme sur le graphe « ajusté »… Une fois un dividende distribué, il est vite oublié. Et dans votre compte de trading, sur votre relevé d’opération, c’est bien le prix « réel » et non ajusté qui apparaît…

Si vous utilisez les principes de force relative (on compare le cours d’une action à son indice de référence), alors faites bien attention car le CAC40 ne réintègre PAS les dividendes. Alors si vous le comparez à Orange-dividendes-intégrés, le résultat va être faussé et fera ressortir un indice de force relative qui sera faux !

Inutile de vous dire que les indicateurs techniques s’en trouvent aussi complétement faussés.

Donc oui, ma préférence va aux cours non artificiellement ajustés, aux cours « réels ». C’est ainsi que je travaille depuis plus de 20 ans sur les marchés, et qui fait le succès de ma stratégie ! (si vous voulez, je peux d’ailleurs vous l’apprendre : j’ai préparé 6 webinaires pour vous en enseigner les bases).

Mots clé : - - -

Gilles Leclerc
Gilles Leclerc
Trader

Gilles a tout d’abord commencé dans la grande finance. Avec un MBA de la prestigieuse université américaine de Hartford, il a ensuite intégré la direction Financière IBM Europe et ensuite d’IBM Corporation (headquarters mondial). Puis, peu à peu, la passion boursière le gagnant, il s’est tourné vers les activités de trading.

Cela fait maintenant 20 ans que Gilles trade sur les marchés et il se consacre exclusivement à cette activité depuis une dizaine d’années.

Dès 2008, il fut l’un des premiers à pressentir les modifications profondes qu’allaient occasionner l’utilisation intensive des algorithmes sur les marchés financiers ; il a su s’adapter en mettant en place de nouvelles stratégies de trading répondant à ce nouvel environnement. Il créa donc son propre système de trading tout à fait spécifique et basé sur des concepts innovants.

De façon à prouver la validité de son approche, il reste l’un des rares traders/analystes à poster régulièrement ses prises de position en « Live » sur un site d’Analyse Technique de renommée ( Univers Bourse ) où il partage l’intégralité sa méthodologie.

Il intervient désormais dans La Bourse au Quotidien afin de partager son expérience et de proposer ses analyses et sa méthode au plus grand nombre.

Laissez un commentaire