Inscrivez-vous gratuitement à La Bourse au quotidien


La flambée des taux longs américains après la Fed ? Une nouvelle mine d’opportunités !

Rédigé le 15 décembre 2016 par | Cac 40, Europe, US Imprimer

La flambée des taux longs américains après la Fed ? Une nouvelle mine d’opportunités ! Qu’est ce que vous croyez ?

Eh bien, commençons par les « bonnes nouvelles » : le CAC40 refranchit les 4800 (ce qui efface les 0,7% de pertes de a veille) puis inscrit dans la foulée un nouveau record annuel à 4814 points.

Pour justifier cet optimisme, il suffit d’évoquer la hausse de +1,8 points du PMI manufacturier français de décembre, à 53,5 points… et la fête ne serait pas complète sans l’envolée de valeurs bancaires (+3 à +3,5% sur Société Générale, BNP-Paribas, etc.).

Maintenant les « mauvaises nouvelles » (nous les évoquons de façon totalement anecdotique puisqu’elles n’ont aucun impact sur la tendance) : les taux longs se retendent brusquement alors que les prix à la production américaine ont progressé de +0,4% en séquentiel (par rapport à octobre) et l’inflation grimpe de +1,8% en « core » (hors énergie), ce qui n’est plus très éloigné de l’objectif des +1,9% de la Fed pour 2017.

Les marchés obligataires semblent en conclure que l’inflation ira bien au-delà des 2% bien plus tôt que prévu et que la Fed ne pourra se limiter aux 2 hausses de taux évoqués implicitement en 2017.

Les T-Bonds voient leur rendement s’envoler au-delà des 2,50% et jusque vers 2,60% (nouveau zénith annuel) tandis que celui du « 30 ans » revenu dans un 1er temps à 3,09% mercredi caracole désormais au delà des 3,25%.

En d’autres temps, une telle volte face du secteur obligataire aurait tétanisé les indices boursiers et plombé le secteur immobilier… mais pas en 2016, et surtout pas à la veille de la journée des « 4 sorcières »: le Bund 2026 (0,36% contre 0,3% mercredi soir) affiche ce matin son plus grand écart de rendement par rapport aux T-Bonds US depuis 1990 (soit 225 points).

La seule réaction des opérateurs c’est: chouette, on va se gaver sur les « spreads », c’est tout bon pour les banques (traduction: elles peuvent emprunter à zéro auprès de la BCE et gagner facile +250 points sans aucun risque).

Mots clé :

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la lettre Pitbull

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter 

Laissez un commentaire