La Bourse au Quotidien http://labourseauquotidien.fr Analyses et conseils boursiers indépendants Thu, 22 Jun 2017 15:43:27 +0000 fr-FR hourly 1 Trop de bonnes nouvelles : le CAC40 chute http://labourseauquotidien.fr/de-bonnes-nouvelles-cac40-chute/ http://labourseauquotidien.fr/de-bonnes-nouvelles-cac40-chute/#respond Thu, 22 Jun 2017 11:56:07 +0000 http://labourseauquotidien.fr/?p=61477 Actu Total

Les bonnes nouvelles, c'est bien, mais à petite dose !

C'est en tout cas ce que suggère le recul de -0,75% du CAC40 au contact d'un support technique (5230/5235 points) alors que le climat des affaires en France gagne un point à 106, au plus haut depuis mi-2011. Et surtout, le baromètre du commerce de détail bondit de 4 points, affichant un plus-haut depuis début 2008.

La veille, le CAC40 avait perdu jusqu'à -1,2% après la révision à la hausse de la croissance française à +1,6% (mais l'acquis de croissance serait plus proche de +1,8%).

Le repli des valeurs bancaires et pétrolières depuis 48H semble surtout précurseur d'un scénario devenant potentiellement déflationniste... et les marchés n'aiment pas ça : finies  les révisions à la hausse des profits dans un contexte de croissance et de redressement des marges.

Cet article Trop de bonnes nouvelles : le CAC40 chute est apparu en premier sur La Bourse au Quotidien.

]]>
Actu Total

Les bonnes nouvelles, c'est bien, mais à petite dose ! C'est en tout cas ce que suggère le recul de -0,75% du CAC40 au contact d'un support technique (5230/5235 points) alors que le climat des affaires en France gagne un point à 106, au plus haut depuis mi-2011. Et surtout, le baromètre du commerce de détail bondit de 4 points, affichant un plus-haut depuis début 2008. La veille, le CAC40 avait perdu jusqu'à -1,2% après la révision à la hausse de la croissance française à +1,6% (mais l'acquis de croissance serait plus proche de +1,8%). Le repli des valeurs bancaires et pétrolières depuis 48H semble surtout précurseur d'un scénario devenant potentiellement déflationniste... et les marchés n'aiment pas ça : finies  les révisions à la hausse des profits dans un contexte de croissance et de redressement des marges.

Cet article Trop de bonnes nouvelles : le CAC40 chute est apparu en premier sur La Bourse au Quotidien.

]]>
http://labourseauquotidien.fr/de-bonnes-nouvelles-cac40-chute/feed/ 0
Pétrole et biotechs : deux forces contraires http://labourseauquotidien.fr/petrole-biotechs-deux-forces-contraires/ http://labourseauquotidien.fr/petrole-biotechs-deux-forces-contraires/#respond Thu, 22 Jun 2017 10:35:42 +0000 http://labourseauquotidien.fr/?p=61473 seance bourse finance du jour analyse

Hier soir, la tendance était encore incertaine à Wall Street.

D’un côté le secteur technologique a bien rebondi, profitant de bons résultats corporate qui se poursuivent en ce jeudi avec Oracle (US68389X1054). L’éditeur mondial de logiciels est attendu en hausse de 10% après la publication en after hour de trimestriels meilleurs que prévu, et la poursuite de la hausse des biotechs porte à plus de 10% les gains de l’indice NBI dont nous parlions lundi.

Alors que la réforme de la loi sur le système de santé américain doit être présenté ce jour devant le Congrès, certains économistes évoquent des restrictions moins importantes qu’initialement redouté quant à la fixation des prix des médicaments.

En revanche, le secteur énergétique a freiné les velléités acheteuses : le WTI est retombé sur les 42 $ malgré l’annonce hier après-midi d’un recul des stocks hebdomadaires. Voyez l’article de Philippe Béchade de ce jour pour plus d’infos.

Du coup, le CAC aligne ce matin une ouverture en baisse d’affilée. Techniquement, sous les plus hauts d’hier après-midi, la prudence domine vers la zone des 5205/5175 points.

séance CAC40

Au niveau de la macroéconomie du jour, l’agenda sera assez calme avec uniquement les inscriptions hebdomadaires au chômage au programme.

A noter que Jerome Powell (gouverneur de la Fed) doit être entendu par la commission bancaire du Sénat au sujet de la croissance de l’économie américaine.

Au niveau corporate :

  • Altran Technologies (FR0000034639) ouvrait en gap baissier de 5% sur les 15,25 € pénalisé la cession représentant au global plus de 11% du capital (de la part d’Apax Partners et Altamir ainsi que des actionnaires fondateurs) pour un prix de 15 €.
  • STMicroelectronics (NL0000226223) se repliait de 2,5% sur les 13,40 €, le fabricant de semi-conducteurs ayant annoncé le lancement d’une émission obligataire convertible en actions d’un montant de 1,5 Mds$.
  • A l’inverse, ADP (FR0010340141) progressait de 1% au-dessus des 145 €, selon Bloomberg Vinci (FR0000125486) étudierait une offre de rachat de l’opérateur aéroportuaire. Là encore, je vous renvoie à l’article de Philippe Béchade sur ce sujet !

Du côté des changements de recommandations de broker

  • Alten (FR0000071946) chutait de 4% vers les 75,50 € plombé par la dégradation de Kepler Cheuvreux (le broker ayant ramené son conseil d’ « achat » à « conserver »).
  • A l’inverse, Schneider Electric (FR0000121972) progressait de 0,5% au-dessus des 69 € grâce à l’avis favorable de Liberum qui est passé de « conserver » à « achat » tout en portant son objectif de cours de 67 € à 80 €.
  • Même orientation légèrement favorable pour Sanofi-Aventis (FR0000120578), en hausse de près de 1% au-dessus des 87 €, alors que JP Morgan a relevé son cours cible de 87 € à 90 €.

Cet article Pétrole et biotechs : deux forces contraires est apparu en premier sur La Bourse au Quotidien.

]]>
seance bourse finance du jour analyse

Hier soir, la tendance était encore incertaine à Wall Street. D’un côté le secteur technologique a bien rebondi, profitant de bons résultats corporate qui se poursuivent en ce jeudi avec Oracle (US68389X1054). L’éditeur mondial de logiciels est attendu en hausse de 10% après la publication en after hour de trimestriels meilleurs que prévu, et la poursuite de la hausse des biotechs porte à plus de 10% les gains de l’indice NBI dont nous parlions lundi. Alors que la réforme de la loi sur le système de santé américain doit être présenté ce jour devant le Congrès, certains économistes évoquent des restrictions moins importantes qu’initialement redouté quant à la fixation des prix des médicaments. En revanche, le secteur énergétique a freiné les velléités acheteuses : le WTI est retombé sur les 42 $ malgré l’annonce hier après-midi d’un recul des stocks hebdomadaires. Voyez l’article de Philippe Béchade de ce jour pour plus d’infos. Du coup, le CAC aligne ce matin une ouverture en baisse d’affilée. Techniquement, sous les plus hauts d’hier après-midi, la prudence domine vers la zone des 5205/5175 points. séance CAC40 Au niveau de la macroéconomie du jour, l’agenda sera assez calme avec uniquement les inscriptions hebdomadaires au chômage au programme. A noter que Jerome Powell (gouverneur de la Fed) doit être entendu par la commission bancaire du Sénat au sujet de la croissance de l’économie américaine.

Au niveau corporate :

  • Altran Technologies (FR0000034639) ouvrait en gap baissier de 5% sur les 15,25 € pénalisé la cession représentant au global plus de 11% du capital (de la part d’Apax Partners et Altamir ainsi que des actionnaires fondateurs) pour un prix de 15 €.
  • STMicroelectronics (NL0000226223) se repliait de 2,5% sur les 13,40 €, le fabricant de semi-conducteurs ayant annoncé le lancement d’une émission obligataire convertible en actions d’un montant de 1,5 Mds$.
  • A l’inverse, ADP (FR0010340141) progressait de 1% au-dessus des 145 €, selon Bloomberg Vinci (FR0000125486) étudierait une offre de rachat de l’opérateur aéroportuaire. Là encore, je vous renvoie à l’article de Philippe Béchade sur ce sujet !

Du côté des changements de recommandations de broker

  • Alten (FR0000071946) chutait de 4% vers les 75,50 € plombé par la dégradation de Kepler Cheuvreux (le broker ayant ramené son conseil d’ « achat » à « conserver »).
  • A l’inverse, Schneider Electric (FR0000121972) progressait de 0,5% au-dessus des 69 € grâce à l’avis favorable de Liberum qui est passé de « conserver » à « achat » tout en portant son objectif de cours de 67 € à 80 €.
  • Même orientation légèrement favorable pour Sanofi-Aventis (FR0000120578), en hausse de près de 1% au-dessus des 87 €, alors que JP Morgan a relevé son cours cible de 87 € à 90 €.

Cet article Pétrole et biotechs : deux forces contraires est apparu en premier sur La Bourse au Quotidien.

]]>
http://labourseauquotidien.fr/petrole-biotechs-deux-forces-contraires/feed/ 0
Le rachat de ADP par Vinci sera-t-il possible ? http://labourseauquotidien.fr/rachat-de-adp-vinci-sera-t-possible/ http://labourseauquotidien.fr/rachat-de-adp-vinci-sera-t-possible/#respond Thu, 22 Jun 2017 10:19:08 +0000 http://labourseauquotidien.fr/?p=61467 fusion ADP Vinci

Les entreprises du CAC40, du SBF 120, de l'Eurostoxx 600 regorgent de cash et les relais de croissance ne semblent pas si nombreux.

La hausse du trafic aérien est prévue dans les projections jusqu'en 2030 : il va falloir former plus de 250 000 pilotes dans les 10 prochaines années, et cela fait des dizaines de milliers d'avions supplémentaires à faire transiter par les principaux hubs de la planète.

Les aéroports de Paris, gérés par ADP, vont voir la fréquentation des aérogares augmenter de façon exponentielle pendant encore plusieurs années. Les architectes planchent sur des extensions (Vinci fait partie des principaux opérateurs mondiaux sur ce genre de bâtiments) et le rachat d'ADP par Vinci serait un bel exemple de diversification et d'intégration verticale.

L'histoire serait parfaite si la PAF (police des airs et des frontières) ne persistait pas à mobiliser deux seuls fonctionnaires (1 pour les passeports France et espace Shengen, 1 pour le reste du monde) lorsqu'un A-380 déverse ses 400 à 450 passagers qui vont faire le pied de grue pendant des heures devant 2 guichets ouverts sur les 10.

La raison est évidente : la France manque cruellement de fonctionnaires là où elle en a besoin.

Mais refermons cette peu glorieuse parenthèse des formalités les plus pénibles que l'on puisse affronter dans un aéroport du monde développé pour en revenir aux rumeurs de rachat d'ADP par Vinci : il existe un tout petit obstacle qui s'appelle la participation majoritaire de l'État (à 50,6%).

Vinci pourra-t-il racheter ADP ? pas sûr !

Vinci détient déjà 8% de ADP ; il lui faudrait donc convaincre le gouvernement qu'ADP doit être privatisé pour le plus grand bonheur des passagers, des compagnies aériennes internationales... et des actionnaires (après tout, l'Etat gagnerait encore bien sa vie en ne détenant plus 49,9% au lieu de 50,6%).

fusion ADP Vinci

Mais ne soyons pas naïfs : Vinci ne mettra jamais la main sur les 41,4% de titres détenus par les autres acteurs du secteur privés. Eh oui, les institutionnels anglo-saxons seraient tout heureux de posséder des titres d'un groupe privatisé enfin libre de fixer ses tarifs et redevances.

Qui voudrait abandonner à Vinci une telle vache à lait ?

 

Cet article Le rachat de ADP par Vinci sera-t-il possible ? est apparu en premier sur La Bourse au Quotidien.

]]>
fusion ADP Vinci

Les entreprises du CAC40, du SBF 120, de l'Eurostoxx 600 regorgent de cash et les relais de croissance ne semblent pas si nombreux. La hausse du trafic aérien est prévue dans les projections jusqu'en 2030 : il va falloir former plus de 250 000 pilotes dans les 10 prochaines années, et cela fait des dizaines de milliers d'avions supplémentaires à faire transiter par les principaux hubs de la planète. Les aéroports de Paris, gérés par ADP, vont voir la fréquentation des aérogares augmenter de façon exponentielle pendant encore plusieurs années. Les architectes planchent sur des extensions (Vinci fait partie des principaux opérateurs mondiaux sur ce genre de bâtiments) et le rachat d'ADP par Vinci serait un bel exemple de diversification et d'intégration verticale. L'histoire serait parfaite si la PAF (police des airs et des frontières) ne persistait pas à mobiliser deux seuls fonctionnaires (1 pour les passeports France et espace Shengen, 1 pour le reste du monde) lorsqu'un A-380 déverse ses 400 à 450 passagers qui vont faire le pied de grue pendant des heures devant 2 guichets ouverts sur les 10. La raison est évidente : la France manque cruellement de fonctionnaires là où elle en a besoin. Mais refermons cette peu glorieuse parenthèse des formalités les plus pénibles que l'on puisse affronter dans un aéroport du monde développé pour en revenir aux rumeurs de rachat d'ADP par Vinci : il existe un tout petit obstacle qui s'appelle la participation majoritaire de l'État (à 50,6%).

Vinci pourra-t-il racheter ADP ? pas sûr !

Vinci détient déjà 8% de ADP ; il lui faudrait donc convaincre le gouvernement qu'ADP doit être privatisé pour le plus grand bonheur des passagers, des compagnies aériennes internationales... et des actionnaires (après tout, l'Etat gagnerait encore bien sa vie en ne détenant plus 49,9% au lieu de 50,6%). fusion ADP Vinci Mais ne soyons pas naïfs : Vinci ne mettra jamais la main sur les 41,4% de titres détenus par les autres acteurs du secteur privés. Eh oui, les institutionnels anglo-saxons seraient tout heureux de posséder des titres d'un groupe privatisé enfin libre de fixer ses tarifs et redevances. Qui voudrait abandonner à Vinci une telle vache à lait ?  

Cet article Le rachat de ADP par Vinci sera-t-il possible ? est apparu en premier sur La Bourse au Quotidien.

]]>
http://labourseauquotidien.fr/rachat-de-adp-vinci-sera-t-possible/feed/ 0
Le pétrole entraîne Total dans sa chute http://labourseauquotidien.fr/petrole-entraine-total-chute/ http://labourseauquotidien.fr/petrole-entraine-total-chute/#comments Thu, 22 Jun 2017 10:14:01 +0000 http://labourseauquotidien.fr/?p=61466 Actu Total

Le marché pétrolier est en berne, les prix restent sous pression : actuellement autour des 45 $, le Brent signe une baisse de près de 21% depuis le début de l’année ; pour le plus grand désarroi de l’OPEP… et de Total.

Si certains observateurs estiment que le rééquilibrage des prix est bien en cours, il prendra toutefois plus de temps que prévu pour se matérialiser. En effet, même soutenue, la consommation semble avoir bien du mal à venir à bout des stocks, encore trop élevés pour soutenir les cours de l’or noir.

Le cartel cherche donc des solutions. Il s’est dernièrement déclaré, via le ministre iranien du pétrole, prêt à réduire une nouvelle fois sa production. Cela suffira-t-il à enrayer la baisse ? Je n’en suis pas sûr, d’autant que la production libyenne est au plus haut…

De fait, Total (FR0000120271) accuse le coup, le titre lâche près de 8% depuis le début de l'année et tutoie ses plus-bas de six mois.  Ceci dit, avec un PER de 10, il revient sur des niveaux attractifs… Restez toutefois à l’écart le contexte est trop instable pour le moment.

Cet article Le pétrole entraîne Total dans sa chute est apparu en premier sur La Bourse au Quotidien.

]]>
Actu Total

Le marché pétrolier est en berne, les prix restent sous pression : actuellement autour des 45 $, le Brent signe une baisse de près de 21% depuis le début de l’année ; pour le plus grand désarroi de l’OPEP… et de Total. Si certains observateurs estiment que le rééquilibrage des prix est bien en cours, il prendra toutefois plus de temps que prévu pour se matérialiser. En effet, même soutenue, la consommation semble avoir bien du mal à venir à bout des stocks, encore trop élevés pour soutenir les cours de l’or noir. Le cartel cherche donc des solutions. Il s’est dernièrement déclaré, via le ministre iranien du pétrole, prêt à réduire une nouvelle fois sa production. Cela suffira-t-il à enrayer la baisse ? Je n’en suis pas sûr, d’autant que la production libyenne est au plus haut… De fait, Total (FR0000120271) accuse le coup, le titre lâche près de 8% depuis le début de l'année et tutoie ses plus-bas de six mois.  Ceci dit, avec un PER de 10, il revient sur des niveaux attractifs… Restez toutefois à l’écart le contexte est trop instable pour le moment.

Cet article Le pétrole entraîne Total dans sa chute est apparu en premier sur La Bourse au Quotidien.

]]>
http://labourseauquotidien.fr/petrole-entraine-total-chute/feed/ 1
Le pétrole chute de mini-krach en mini-krach http://labourseauquotidien.fr/le-petrole-chute-de-mini-krach-en-mini-krach/ http://labourseauquotidien.fr/le-petrole-chute-de-mini-krach-en-mini-krach/#respond Thu, 22 Jun 2017 09:17:13 +0000 http://labourseauquotidien.fr/?p=61461 mini krach sur pétrole

Le baril de pétrole a fait l'objet d'un mini krach de quelques heures hier, entre 16h30 et 20h00, le WTI chutant de 44,17 à 42,07 $.

mini krach sur WTI

Les producteurs de "shale oïl" américains sont en train de battre leurs records historiques de production tandis que le Lybie estime pouvoir amplifier ses exportations de +30%... sans oublier le Nigeria qui revient dans la course pour renouer avec ses niveaux de production historiques.

Enfin, vu la montée des tensions entre Arabie/Emirats d'un côté et Qatar/Iran/Turquie de l'autre, les accords de réduction de la production d'Alger ont-ils la moindre chance d'être respectés ? Qui se montrera coopératif ?

Ce qui commence à être inquiétant, c'est que depuis 1 mois, le WTI ne chute que par vague de mini-krach... et qu'ils sont de plus en plus rapprochés. Depuis un mois, c'est véritablement un bear market qui s'amorce.

mini krach sur pétrole

Retrouvez l'analyse des enjeux et surtout une descriptions des scénarios géopolitiques au Proche Orient dans ma lettre confidentielle n°2 de juin !

Cet article Le pétrole chute de mini-krach en mini-krach est apparu en premier sur La Bourse au Quotidien.

]]>
mini krach sur pétrole

Le baril de pétrole a fait l'objet d'un mini krach de quelques heures hier, entre 16h30 et 20h00, le WTI chutant de 44,17 à 42,07 $. mini krach sur WTI Les producteurs de "shale oïl" américains sont en train de battre leurs records historiques de production tandis que le Lybie estime pouvoir amplifier ses exportations de +30%... sans oublier le Nigeria qui revient dans la course pour renouer avec ses niveaux de production historiques. Enfin, vu la montée des tensions entre Arabie/Emirats d'un côté et Qatar/Iran/Turquie de l'autre, les accords de réduction de la production d'Alger ont-ils la moindre chance d'être respectés ? Qui se montrera coopératif ? Ce qui commence à être inquiétant, c'est que depuis 1 mois, le WTI ne chute que par vague de mini-krach... et qu'ils sont de plus en plus rapprochés. Depuis un mois, c'est véritablement un bear market qui s'amorce. mini krach sur pétrole Retrouvez l'analyse des enjeux et surtout une descriptions des scénarios géopolitiques au Proche Orient dans ma lettre confidentielle n°2 de juin !

Cet article Le pétrole chute de mini-krach en mini-krach est apparu en premier sur La Bourse au Quotidien.

]]>
http://labourseauquotidien.fr/le-petrole-chute-de-mini-krach-en-mini-krach/feed/ 0
Europcar lève 175 millions d’euros en 24 heures http://labourseauquotidien.fr/europcar-leve-175-millions-deuros-en-24-heures/ http://labourseauquotidien.fr/europcar-leve-175-millions-deuros-en-24-heures/#respond Wed, 21 Jun 2017 15:31:48 +0000 http://labourseauquotidien.fr/?p=61442 Actu Total

Le 19 juin dernier, le groupe français Europcar (FR0012789949) annonçait l'acquisition de Goldcar, la plus importante société de location de véhicules low-cost en Europe, avqui est fortement implantée en Espagne et au Portugal.

Le prix de l’acquisition, de 550 M€ ce qui n'est finalement pas si élevé, constitue près de 7 x l'EBITDA. L'effet sera relutif car la rentabilité de la cible, d'environ 20%, est quasiment deux fois supérieure à celle d'Europcar... Et puis une partie de l'opération est d'ores et déjà financée.

175 millions d'euros en 24h

Europcar a en effet levé 175 M€ via un placement privé à 12 € par action, très proche de celui de l’action Europcar à 12,27 €.

En réalité, le spécialiste de la location de voitures se devait d'aller vite pour sécuriser une partie de son financement. Quoi de mieux que de lever de l'argent auprès d'investisseurs institutionnels en l'espace de 24 heures seulement ?

Même si je déplore la trop grande utilisation des placements privés, il faut reconnaître que l'intention d'Europcar était de surfer sur la bonne dynamique du titre en Bourse. L’effet ne s’est pas fait attendre, car l’action a pris plus de 27% depuis le début de l'année.

Les investisseurs institutionnels sont revenus en force.

Si Europcar avait fait un placement avec DPS, ces fameux droits de souscription, la société aurait non seulement dû réaliser une forte décote de l'ordre de 10% (soit autour de 10,80 €) mais elle aurait également passé des semaines de procédures pour un résultat subordonné aux conditions du marché.

Allez, pour une fois : bravo et belle opération.

Cet article Europcar lève 175 millions d’euros en 24 heures est apparu en premier sur La Bourse au Quotidien.

]]>
Actu Total

Le 19 juin dernier, le groupe français Europcar (FR0012789949) annonçait l'acquisition de Goldcar, la plus importante société de location de véhicules low-cost en Europe, avqui est fortement implantée en Espagne et au Portugal. Le prix de l’acquisition, de 550 M€ ce qui n'est finalement pas si élevé, constitue près de 7 x l'EBITDA. L'effet sera relutif car la rentabilité de la cible, d'environ 20%, est quasiment deux fois supérieure à celle d'Europcar... Et puis une partie de l'opération est d'ores et déjà financée.

175 millions d'euros en 24h

Europcar a en effet levé 175 M€ via un placement privé à 12 € par action, très proche de celui de l’action Europcar à 12,27 €. En réalité, le spécialiste de la location de voitures se devait d'aller vite pour sécuriser une partie de son financement. Quoi de mieux que de lever de l'argent auprès d'investisseurs institutionnels en l'espace de 24 heures seulement ? Même si je déplore la trop grande utilisation des placements privés, il faut reconnaître que l'intention d'Europcar était de surfer sur la bonne dynamique du titre en Bourse. L’effet ne s’est pas fait attendre, car l’action a pris plus de 27% depuis le début de l'année. Les investisseurs institutionnels sont revenus en force. Si Europcar avait fait un placement avec DPS, ces fameux droits de souscription, la société aurait non seulement dû réaliser une forte décote de l'ordre de 10% (soit autour de 10,80 €) mais elle aurait également passé des semaines de procédures pour un résultat subordonné aux conditions du marché. Allez, pour une fois : bravo et belle opération.

Cet article Europcar lève 175 millions d’euros en 24 heures est apparu en premier sur La Bourse au Quotidien.

]]>
http://labourseauquotidien.fr/europcar-leve-175-millions-deuros-en-24-heures/feed/ 0
Air France KLM – Plan de vol compromis http://labourseauquotidien.fr/air-france-klm-plan-vol-compromis/ http://labourseauquotidien.fr/air-france-klm-plan-vol-compromis/#respond Wed, 21 Jun 2017 09:29:08 +0000 http://labourseauquotidien.fr/?p=61431 air_france_klm

Début février, Air France-KLM (FR0000031122 - AF) cotait autour de 5€ (petite flèche verte).

Moins de 5 mois plus tard, elle s'échange à plus de 11€. Soit une hausse de plus de 120% en ligne droite – de quoi rendre jaloux les turbos, warrants et autres produits à levier !

Mais c'est bien d'une simple action dont on parle ici. Et d'une blue chips en plus qui pèse plus de 3,3 Mds€ en Bourse !

Alors puisque même les avions ne dépassent pas le ciel, je vais vous montrer pourquoi et sur quels niveaux le titre devrait consolider prochainement.

  • Le consensus des fondamentaux valorise Air France KLM à 9,20€ – niveau qui a été allègrement dépassé.
  • Si la dynamique est toujours haussière (voire tubulaire), il est probable que la valeur se heurte à un plafond nuageux – pardon, une zone de résistance.

Air France HEBDO
Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Cette zone de résistance ("R") est graphique. C'est le rectangle horizontal rouge. Regardez les impacts et les retournements qui s'y sont produits (petites flèches rouges). J'ai intentionnellement élargi cette zone de résistance de façon à refléter la volatilité extrême de cette action, mais depuis 2011, le titre n'a pas réussi à franchir cette zone des 11,5€ /12,00€.

D'autre part, la valeur évolue en respectant les niveaux de report d'amplitude (flèches bleues verticales) qui sont toujours équivalents en distance et qui marquent bien les niveaux de support et de résistance (rectangles horizontaux).

Le titre flirte en ce moment même avec cette zone de résistance : soit il ricoche et rechute, soit il arrive à la casser ce qui logiquement provoque ensuite une forte accélération.

Au niveau technique, sur cette vue long terme, on notera simplement que la vague d'impulsion de la MACD est "historiquement haute". C'est-à-dire plus haute qu'elle ne l'a été depuis fin 2007 (gloups).

Comment piloter le trou d'air ?

Si trou d'air il doit y avoir, ses premiers signes apparaîtront sur l'Unité de temps inférieure (toujours le principe de l'analyse dynamique que j'utilise) ; ici l'unité de temps journalière.

Vu la fulgurance de la hausse et le fait qu'il n'y ait pas eu de retracement intermédiaire, les indicateurs techniques sont sursaturés et difficilement utilisables.

Je vous propose donc une approche graphique afin de pouvoir situer le niveau et le timing d'un début de consolidation.

Air France HEBDO
Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Pour que le titre puisse poursuivre son ascension, et que nous puissions nous placer à l'achat, on attendra tout simplement une cassure du canal haussier (vert) alors que l'action plafonne toujours sous sa zone de résistance "R".

Vu qu'il n'y a eu aucune consolidation ni retracement, le premier support est le support hebdomadaire "S" que j'ai reporté de l'UT hebdomadaire.

Bon vol,

Gilles,

Cet article Air France KLM – Plan de vol compromis est apparu en premier sur La Bourse au Quotidien.

]]>
air_france_klm

Début février, Air France-KLM (FR0000031122 - AF) cotait autour de 5€ (petite flèche verte). Moins de 5 mois plus tard, elle s'échange à plus de 11€. Soit une hausse de plus de 120% en ligne droite – de quoi rendre jaloux les turbos, warrants et autres produits à levier ! Mais c'est bien d'une simple action dont on parle ici. Et d'une blue chips en plus qui pèse plus de 3,3 Mds€ en Bourse ! Alors puisque même les avions ne dépassent pas le ciel, je vais vous montrer pourquoi et sur quels niveaux le titre devrait consolider prochainement.
  • Le consensus des fondamentaux valorise Air France KLM à 9,20€ – niveau qui a été allègrement dépassé.
  • Si la dynamique est toujours haussière (voire tubulaire), il est probable que la valeur se heurte à un plafond nuageux – pardon, une zone de résistance.

Air France HEBDO Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Cette zone de résistance ("R") est graphique. C'est le rectangle horizontal rouge. Regardez les impacts et les retournements qui s'y sont produits (petites flèches rouges). J'ai intentionnellement élargi cette zone de résistance de façon à refléter la volatilité extrême de cette action, mais depuis 2011, le titre n'a pas réussi à franchir cette zone des 11,5€ /12,00€. D'autre part, la valeur évolue en respectant les niveaux de report d'amplitude (flèches bleues verticales) qui sont toujours équivalents en distance et qui marquent bien les niveaux de support et de résistance (rectangles horizontaux). Le titre flirte en ce moment même avec cette zone de résistance : soit il ricoche et rechute, soit il arrive à la casser ce qui logiquement provoque ensuite une forte accélération. Au niveau technique, sur cette vue long terme, on notera simplement que la vague d'impulsion de la MACD est "historiquement haute". C'est-à-dire plus haute qu'elle ne l'a été depuis fin 2007 (gloups).

Comment piloter le trou d'air ?

Si trou d'air il doit y avoir, ses premiers signes apparaîtront sur l'Unité de temps inférieure (toujours le principe de l'analyse dynamique que j'utilise) ; ici l'unité de temps journalière. Vu la fulgurance de la hausse et le fait qu'il n'y ait pas eu de retracement intermédiaire, les indicateurs techniques sont sursaturés et difficilement utilisables. Je vous propose donc une approche graphique afin de pouvoir situer le niveau et le timing d'un début de consolidation.

Air France HEBDO Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Pour que le titre puisse poursuivre son ascension, et que nous puissions nous placer à l'achat, on attendra tout simplement une cassure du canal haussier (vert) alors que l'action plafonne toujours sous sa zone de résistance "R". Vu qu'il n'y a eu aucune consolidation ni retracement, le premier support est le support hebdomadaire "S" que j'ai reporté de l'UT hebdomadaire. Bon vol, Gilles,

Cet article Air France KLM – Plan de vol compromis est apparu en premier sur La Bourse au Quotidien.

]]>
http://labourseauquotidien.fr/air-france-klm-plan-vol-compromis/feed/ 0
Les quatre erreurs de la Fed http://labourseauquotidien.fr/quatre-erreurs-fed/ http://labourseauquotidien.fr/quatre-erreurs-fed/#respond Wed, 21 Jun 2017 09:16:52 +0000 http://labourseauquotidien.fr/?p=61426 fed_erreurs

Mercredi dernier, la Fed a augmenté les taux d'intérêt directeurs de 0,25 point. C'était exactement ce qui était prévu, et ce que nous avions annoncé depuis plusieurs mois déjà. Il n'y avait donc aucune surprise là-dessus.

Mais, cela ne signifie pas pour autant que la réunion de la Fed était sans intérêt. En fait, il y a eu deux autres annonces de la plus haute importance pour les marchés.

Les mauvaises nouvelles sont "transitoires"...

La première est que la Fed a donné des prévisions assez optimistes sur l'économie. Elle a minimisé les récentes tendances désinflationnistes comme étant "transitoires" (c'est le mot préféré de la Fed lorsque les données ne correspondent pas à son scénario) et a surtout porté son attention sur les bons chiffres comme les créations d'emplois et un faible taux de chômage (et par là-même, elle a ignoré complètement les baisses de productivité et de participation active au marché de l'emploi). De ce fait, le marché a toutes les raisons de s'attendre à au moins une hausse de taux encore cette année, éventuellement en septembre, sinon certainement en décembre.

C'est une erreur de la part de la Fed. L'économie affiche de nombreux signes de faiblesse : ventes d'automobiles, nombre de prêts, participation au marché du travail, désinflation, baisse de la productivité et des dépenses d'investissement... La Fed augmente les taux sans qu'il y ait la moindre vigueur économique, dans un effort vain pour les relever suffisamment vite et haut avant la prochaine récession.

Le problème, c'est que la récession pourrait arriver avant que ce ne soit "mission accomplie" pour la Fed.

Dans un contexte de récession (ou de résultats économiques si faibles que même la Fed ne pourra les ignorer), la Fed va d'abord reprendre ses forward guidances (c'est-à-dire adopter un discours, une promesse de ne pas augmenter à nouveau les taux pendant une longue période), puis commencer à réduire les taux. Plus tôt qu'on ne le pense, ces derniers pourraient être revenus à zéro.

C'est là qu'intervient la deuxième surprise de la conférence de presse de mercredi. La Fed a donné des indications très précises quant au plan de "normalisation de son bilan".

La normalisation du bilan ne va pas plaire au marché

"Normalisation" est le terme de la Fed pour parler de la réduction de la masse monétaire puisqu'elle ne va pas réinvestir l'argent des obligations arrivées à échéance dans son bilan. Ce plan devrait commencer plus tard dans l'année, peut-être d'ici septembre. Ainsi chaque mois, 6 milliards de dollars de Bons du Trésor et 4 milliards de dollars de prêts hypothécaires ne seront pas réinvestis et disparaîtront. Ces chiffres vont augmenter tous les trois mois, jusqu'à ce qu'ils atteignent une réduction mensuelle de 30 Mds$ en Bons du Trésor et de 20 Mds$ en prêts hypothécaires. L'objectif est d'atteindre un rythme de 50 Mds$ par mois de "destruction d'argent" à la fin 2018. Cela fera en gros 600 Mds$ par an qui disparaîtront jusqu'à ce que le bilan de la Fed soit revenu à 2 500 Mds$, contre environ 4 500 Mds$ actuels. Un simple calcul et cela nous mène à 2021 environ, dans un peu plus de trois ans.

C'est une double erreur.

Pourquoi ? Tout d'abord parce que c'est une autre forme de resserrement monétaire en période de faiblesse économique. Cela aura pour effet de dégonfler la valeur des actifs tout comme l'impression d'argent (QE) les avait fait gonfler de 2009 à 2014. La deuxième erreur est qu'en annonçant des montants précis à l'avance, la Fed répète l'erreur du QE2. Cette annonce anticipée et détaillée permet aux marchés de prendre en compte l'impact total de ce programme dès aujourd'hui sans attendre la réduction réelle du bilan.

Les 4 erreurs de la Fed, mercredi dernier

Donc la Fed a donné 4 coups de marteau à l'économie :

  • une hausse des taux en juin ;
  • la mention d'une autre hausse de taux cette année ;
  • un resserrement monétaire via la normalisation ;
  • et une transparence qui va permettre au marché de valoriser trop rapidement la normalisation future.

On peut difficilement faire pire en termes de politique monétaire erronée.

Chercher à ralentir encore une économie qui ralentit déjà... obligera sans doute la Fed à déclencher une baisse des taux d'ici la fin de l'été.

Cet assouplissement n'est pas pris en compte aujourd'hui parce que la Fed et la plupart des acteurs du marché ne le voient pas venir. Quand il se manifestera, il sera extrêmement haussier pour l'euro et l'or, et baissier pour le dollar et les actions.

Cela va être un été brûlant qui restera dans les mémoires, grâce à la Fed.

Bien à vous
Jim

Le plan Brongniart

Cet article Les quatre erreurs de la Fed est apparu en premier sur La Bourse au Quotidien.

]]>
fed_erreurs

Mercredi dernier, la Fed a augmenté les taux d'intérêt directeurs de 0,25 point. C'était exactement ce qui était prévu, et ce que nous avions annoncé depuis plusieurs mois déjà. Il n'y avait donc aucune surprise là-dessus. Mais, cela ne signifie pas pour autant que la réunion de la Fed était sans intérêt. En fait, il y a eu deux autres annonces de la plus haute importance pour les marchés.

Les mauvaises nouvelles sont "transitoires"...

La première est que la Fed a donné des prévisions assez optimistes sur l'économie. Elle a minimisé les récentes tendances désinflationnistes comme étant "transitoires" (c'est le mot préféré de la Fed lorsque les données ne correspondent pas à son scénario) et a surtout porté son attention sur les bons chiffres comme les créations d'emplois et un faible taux de chômage (et par là-même, elle a ignoré complètement les baisses de productivité et de participation active au marché de l'emploi). De ce fait, le marché a toutes les raisons de s'attendre à au moins une hausse de taux encore cette année, éventuellement en septembre, sinon certainement en décembre. C'est une erreur de la part de la Fed. L'économie affiche de nombreux signes de faiblesse : ventes d'automobiles, nombre de prêts, participation au marché du travail, désinflation, baisse de la productivité et des dépenses d'investissement... La Fed augmente les taux sans qu'il y ait la moindre vigueur économique, dans un effort vain pour les relever suffisamment vite et haut avant la prochaine récession. Le problème, c'est que la récession pourrait arriver avant que ce ne soit "mission accomplie" pour la Fed. Dans un contexte de récession (ou de résultats économiques si faibles que même la Fed ne pourra les ignorer), la Fed va d'abord reprendre ses forward guidances (c'est-à-dire adopter un discours, une promesse de ne pas augmenter à nouveau les taux pendant une longue période), puis commencer à réduire les taux. Plus tôt qu'on ne le pense, ces derniers pourraient être revenus à zéro. C'est là qu'intervient la deuxième surprise de la conférence de presse de mercredi. La Fed a donné des indications très précises quant au plan de "normalisation de son bilan".

La normalisation du bilan ne va pas plaire au marché

"Normalisation" est le terme de la Fed pour parler de la réduction de la masse monétaire puisqu'elle ne va pas réinvestir l'argent des obligations arrivées à échéance dans son bilan. Ce plan devrait commencer plus tard dans l'année, peut-être d'ici septembre. Ainsi chaque mois, 6 milliards de dollars de Bons du Trésor et 4 milliards de dollars de prêts hypothécaires ne seront pas réinvestis et disparaîtront. Ces chiffres vont augmenter tous les trois mois, jusqu'à ce qu'ils atteignent une réduction mensuelle de 30 Mds$ en Bons du Trésor et de 20 Mds$ en prêts hypothécaires. L'objectif est d'atteindre un rythme de 50 Mds$ par mois de "destruction d'argent" à la fin 2018. Cela fera en gros 600 Mds$ par an qui disparaîtront jusqu'à ce que le bilan de la Fed soit revenu à 2 500 Mds$, contre environ 4 500 Mds$ actuels. Un simple calcul et cela nous mène à 2021 environ, dans un peu plus de trois ans. C'est une double erreur. Pourquoi ? Tout d'abord parce que c'est une autre forme de resserrement monétaire en période de faiblesse économique. Cela aura pour effet de dégonfler la valeur des actifs tout comme l'impression d'argent (QE) les avait fait gonfler de 2009 à 2014. La deuxième erreur est qu'en annonçant des montants précis à l'avance, la Fed répète l'erreur du QE2. Cette annonce anticipée et détaillée permet aux marchés de prendre en compte l'impact total de ce programme dès aujourd'hui sans attendre la réduction réelle du bilan.

Les 4 erreurs de la Fed, mercredi dernier

Donc la Fed a donné 4 coups de marteau à l'économie :
  • une hausse des taux en juin ;
  • la mention d'une autre hausse de taux cette année ;
  • un resserrement monétaire via la normalisation ;
  • et une transparence qui va permettre au marché de valoriser trop rapidement la normalisation future.
On peut difficilement faire pire en termes de politique monétaire erronée. Chercher à ralentir encore une économie qui ralentit déjà... obligera sans doute la Fed à déclencher une baisse des taux d'ici la fin de l'été. Cet assouplissement n'est pas pris en compte aujourd'hui parce que la Fed et la plupart des acteurs du marché ne le voient pas venir. Quand il se manifestera, il sera extrêmement haussier pour l'euro et l'or, et baissier pour le dollar et les actions. Cela va être un été brûlant qui restera dans les mémoires, grâce à la Fed. Bien à vous Jim

Le plan Brongniart

Cet article Les quatre erreurs de la Fed est apparu en premier sur La Bourse au Quotidien.

]]>
http://labourseauquotidien.fr/quatre-erreurs-fed/feed/ 0
Le pétrole pèse sur les indices http://labourseauquotidien.fr/petrole-pese-indices/ http://labourseauquotidien.fr/petrole-pese-indices/#respond Wed, 21 Jun 2017 07:00:13 +0000 http://labourseauquotidien.fr/?p=61434 pétrole_indices

Hier, le CAC a été freiné dans son élan par la rechute du pétrole : la Libye a annoncé une hausse de sa production. Cette tendance aux prises de bénéfices est assez similaire à celle constatée à Wall Street.

Côté technique, le CAC40 a de nouveau buté hier sous la borne de son canal descendant journalier (en noir + flèches rouges). La succession de deux gap (baissier de ce matin et haussier lundi matin) matérialise une structure en "îlot de renversement" (visible en rectangle rosé). Attention au risque de baisse en direction des points bas de jeudi dernier !

La baisse se poursuivait sur les indices avec un secteur financier tirant cette fois la cote vers le bas, pénalisé notamment par le profit warning lancé par la banque britannique Provident Financial (GB00B1Z4ST84).

CAC
Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Tous les opérateurs porteront attention aux stocks hebdomadaires de pétrole, publiés à 16h30. Ici, Selon les estimations de l'American Petroleum Institute, ceux-ci auraient diminué de 2,72 millions de barils ; Bloomberg table sur une baisse de 1 million de barils.

Au niveau corporate

  • Europcar (FR0012789949) reculait de 2% vers les 12,15€, après l'annonce du succès de son augmentation de capital d'un montant de 175 M€ (soit environ 10% du capital).
  • Eurosic (FR0000038200) bondissait de 24% sur les 50,65€, le titre s'ajustant vers le prix d'OPA proposé par Gecina (FR0010040865) pour racheter la foncière spécialisée dans l'immobilier de bureau à Paris.
  • A noter également qu'Outre-Atlantique, FedEx (US31428X1063) et Adobe Systems (US00724F1012) ont publié hier soir des comptes supérieurs aux attentes (conduisant les deux titres à être attendus en hausse à l'ouverture ce mercredi à Wall Street).

Du côté des changements de recommandations de brokers

  • Sodexo (FR0000121220) chutait de plus de 2% sur les 117,50€ pénalisé par HSBC qui a repris la couverture du titre avec un avis à "alléger" et une valorisation de 111€. Techniquement parlant, Sodexo est d'ailleurs probablement en train de valider une figure de retournement baissière en "tête-épaules" avec la rupture de la ligne de cou qui ouvre désormais la voie à une poursuite de la baisse vers les 112/113€ à court terme.
  • A l'inverse, Sodexo (FR0000130452) résistait à la baisse matinale des marchés, avec un titre autour de l'équilibre vers les 83,75€ grâce au soutien de Goldman Sachs (qui a relevé son avis de "neutre" à "achat" pour un objectif de cours porté de 80 à 96€).

Invitation spéciale - 11 000€ en cadeau

 

Cet article Le pétrole pèse sur les indices est apparu en premier sur La Bourse au Quotidien.

]]>
pétrole_indices

Hier, le CAC a été freiné dans son élan par la rechute du pétrole : la Libye a annoncé une hausse de sa production. Cette tendance aux prises de bénéfices est assez similaire à celle constatée à Wall Street. Côté technique, le CAC40 a de nouveau buté hier sous la borne de son canal descendant journalier (en noir + flèches rouges). La succession de deux gap (baissier de ce matin et haussier lundi matin) matérialise une structure en "îlot de renversement" (visible en rectangle rosé). Attention au risque de baisse en direction des points bas de jeudi dernier ! La baisse se poursuivait sur les indices avec un secteur financier tirant cette fois la cote vers le bas, pénalisé notamment par le profit warning lancé par la banque britannique Provident Financial (GB00B1Z4ST84).

CAC Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Tous les opérateurs porteront attention aux stocks hebdomadaires de pétrole, publiés à 16h30. Ici, Selon les estimations de l'American Petroleum Institute, ceux-ci auraient diminué de 2,72 millions de barils ; Bloomberg table sur une baisse de 1 million de barils.

Au niveau corporate

  • Europcar (FR0012789949) reculait de 2% vers les 12,15€, après l'annonce du succès de son augmentation de capital d'un montant de 175 M€ (soit environ 10% du capital).
  • Eurosic (FR0000038200) bondissait de 24% sur les 50,65€, le titre s'ajustant vers le prix d'OPA proposé par Gecina (FR0010040865) pour racheter la foncière spécialisée dans l'immobilier de bureau à Paris.
  • A noter également qu'Outre-Atlantique, FedEx (US31428X1063) et Adobe Systems (US00724F1012) ont publié hier soir des comptes supérieurs aux attentes (conduisant les deux titres à être attendus en hausse à l'ouverture ce mercredi à Wall Street).

Du côté des changements de recommandations de brokers

  • Sodexo (FR0000121220) chutait de plus de 2% sur les 117,50€ pénalisé par HSBC qui a repris la couverture du titre avec un avis à "alléger" et une valorisation de 111€. Techniquement parlant, Sodexo est d'ailleurs probablement en train de valider une figure de retournement baissière en "tête-épaules" avec la rupture de la ligne de cou qui ouvre désormais la voie à une poursuite de la baisse vers les 112/113€ à court terme.
  • A l'inverse, Sodexo (FR0000130452) résistait à la baisse matinale des marchés, avec un titre autour de l'équilibre vers les 83,75€ grâce au soutien de Goldman Sachs (qui a relevé son avis de "neutre" à "achat" pour un objectif de cours porté de 80 à 96€).

Invitation spéciale - 11 000€ en cadeau

 

Cet article Le pétrole pèse sur les indices est apparu en premier sur La Bourse au Quotidien.

]]>
http://labourseauquotidien.fr/petrole-pese-indices/feed/ 0
Inflation à 2,9% au Royaume Uni, « no problem » ? http://labourseauquotidien.fr/inflation-a-29-royaume-uni-no-problem/ http://labourseauquotidien.fr/inflation-a-29-royaume-uni-no-problem/#respond Tue, 20 Jun 2017 15:17:00 +0000 http://labourseauquotidien.fr/?p=61459 seance bourse finance du jour analyse

L'impact négatif sur les marchés est peut-être marginal mais la rechute de la Livre (-0,8% face au dollar et à l'Euro) marque une rupture à la baisse des plus significatives.

Ce ne sont pas incertitudes liées au Brexit qui provoquent ce trou d'air : les négociations ont débuté officiellement hier avec Bruxelles... Ce sont les déclarations de Mark Carney (le patron de la BoE) qui accorde clairement la priorité au soutien de la croissance, mise à mal par le tassement de la consommation. Il considère que l'inflation, qui ampute pourtant le pouvoir d'achat des Britanniques, reste un objectif secondaire

Pour rappel: la hausse des prix a atteint 2,9% en mai au Royaume Uni... la Livre va vraiment finir par avoir un problème !

Cet article Inflation à 2,9% au Royaume Uni, « no problem » ? est apparu en premier sur La Bourse au Quotidien.

]]>
seance bourse finance du jour analyse

L'impact négatif sur les marchés est peut-être marginal mais la rechute de la Livre (-0,8% face au dollar et à l'Euro) marque une rupture à la baisse des plus significatives. Ce ne sont pas incertitudes liées au Brexit qui provoquent ce trou d'air : les négociations ont débuté officiellement hier avec Bruxelles... Ce sont les déclarations de Mark Carney (le patron de la BoE) qui accorde clairement la priorité au soutien de la croissance, mise à mal par le tassement de la consommation. Il considère que l'inflation, qui ampute pourtant le pouvoir d'achat des Britanniques, reste un objectif secondaire Pour rappel: la hausse des prix a atteint 2,9% en mai au Royaume Uni... la Livre va vraiment finir par avoir un problème !

Cet article Inflation à 2,9% au Royaume Uni, « no problem » ? est apparu en premier sur La Bourse au Quotidien.

]]>
http://labourseauquotidien.fr/inflation-a-29-royaume-uni-no-problem/feed/ 0