La Bourse au Quotidien http://labourseauquotidien.fr Analyses et conseils boursiers indépendants Fri, 11 Aug 2017 08:00:19 +0000 fr-FR hourly 1 Exercice annuel décalé : l’art de se faire remarquer http://labourseauquotidien.fr/publication-exercice-annuel-decalee/ http://labourseauquotidien.fr/publication-exercice-annuel-decalee/#respond Fri, 11 Aug 2017 08:00:19 +0000 http://labourseauquotidien.fr/?p=62121 Bourse Eric Lewin mid cap

Vous voulez que la communauté financière vous remarque ? Qu’elle scrute à la loupe les résultats de votre exercice annuel ? Eh bien, rien de plus simple : optez pour une publication décalée. C’est le meilleur moyen pour ne pas passer inaperçu. D'autant plus si vous n’avez pas la chance de figurer sur les radars des analystes.

Quand la période des publications de résultats bat son plein, il est très difficile de se distinguer, même avec des comptes solides. Fin juillet, le flot de publications était si dense que certaines sont tout bonnement passées à la trappe. Si les résultats d’Orange ont bénéficié d’une large couverture médiatique – notamment avec l'interview de son P-DG sur BFM Business –, qui s’est vraiment soucié de ceux de Mersen (FR0000039620), pourtant de bonne facture ? Pas grand-monde…

Exercice annuel : le tour de force de l'ex-Solucom

Difficile de tirer son épingle du jeu dans un tel brouhaha. Donc, si vous aussi vous voulez faire du "bruit" autour de vous en ayant une chance d’être entendu, rien de mieux que de publier une fois que le gros du tapage est retombé.

Prenons l’exemple de Wavestone (FR0004036036), l'ex-Solucom. Fort de son exercice décalé (clos en mars), ce spécialiste du conseil en informatique est parvenu, le 1er juin dernier, à réunir une dizaine de journalistes lors d’un déjeuner de présentation autour du bras droit de Pascal Imbert, Patrick Hirigoyen.

Résultat ? Une visibilité accrue : de nombreux articles ont été publiés – dont le mien que vous pouvez retrouver ici.

Ne publie pas en décalé qui veut

Mais, on ne choisit pas la date de publication de ses comptes comme cela, à la carte. Non. Il faut une bonne raison pour publier un exercice annuel décalé. Avoir une activité cyclique, par exemple. Un spécialiste en matériel de ski pourra plus facilement clôturer ses comptes fin mars qu’il doit intégrer l’ensemble de la saison pour présenter des résultats complets. De la même manière qu’un groupe de jouets publiera les siens fin janvier pour tenir compte des fêtes de fin d'année.

Donc oui, c’est un bon moyen d’attirer l'attention des gérants et des médias, mais il n’est pas donné à tous. Et, exception faite des groupes qui, historiquement, publient des comptes décalés, il n’est quand même pas si aisé que cela de s’extraire de l’ornière des publications.

[Vous voulez vivre du trading? De votre trading? Mais, problème, vous êtes débutant… Ne vous lancez pas seul, faites vos premières armes boursières avec des conseils avisés. Les petites valeurs restent le compartiment idéal pour se faire la main ! Plus de détails ici…]

Cet article Exercice annuel décalé : l’art de se faire remarquer est apparu en premier sur La Bourse au Quotidien.

]]>
Bourse Eric Lewin mid cap

Vous voulez que la communauté financière vous remarque ? Qu’elle scrute à la loupe les résultats de votre exercice annuel ? Eh bien, rien de plus simple : optez pour une publication décalée. C’est le meilleur moyen pour ne pas passer inaperçu. D'autant plus si vous n’avez pas la chance de figurer sur les radars des analystes. Quand la période des publications de résultats bat son plein, il est très difficile de se distinguer, même avec des comptes solides. Fin juillet, le flot de publications était si dense que certaines sont tout bonnement passées à la trappe. Si les résultats d’Orange ont bénéficié d’une large couverture médiatique – notamment avec l'interview de son P-DG sur BFM Business –, qui s’est vraiment soucié de ceux de Mersen (FR0000039620), pourtant de bonne facture ? Pas grand-monde…

Exercice annuel : le tour de force de l'ex-Solucom

Difficile de tirer son épingle du jeu dans un tel brouhaha. Donc, si vous aussi vous voulez faire du "bruit" autour de vous en ayant une chance d’être entendu, rien de mieux que de publier une fois que le gros du tapage est retombé. Prenons l’exemple de Wavestone (FR0004036036), l'ex-Solucom. Fort de son exercice décalé (clos en mars), ce spécialiste du conseil en informatique est parvenu, le 1er juin dernier, à réunir une dizaine de journalistes lors d’un déjeuner de présentation autour du bras droit de Pascal Imbert, Patrick Hirigoyen. Résultat ? Une visibilité accrue : de nombreux articles ont été publiés – dont le mien que vous pouvez retrouver ici.

Ne publie pas en décalé qui veut

Mais, on ne choisit pas la date de publication de ses comptes comme cela, à la carte. Non. Il faut une bonne raison pour publier un exercice annuel décalé. Avoir une activité cyclique, par exemple. Un spécialiste en matériel de ski pourra plus facilement clôturer ses comptes fin mars qu’il doit intégrer l’ensemble de la saison pour présenter des résultats complets. De la même manière qu’un groupe de jouets publiera les siens fin janvier pour tenir compte des fêtes de fin d'année. Donc oui, c’est un bon moyen d’attirer l'attention des gérants et des médias, mais il n’est pas donné à tous. Et, exception faite des groupes qui, historiquement, publient des comptes décalés, il n’est quand même pas si aisé que cela de s’extraire de l’ornière des publications. [Vous voulez vivre du trading? De votre trading? Mais, problème, vous êtes débutant… Ne vous lancez pas seul, faites vos premières armes boursières avec des conseils avisés. Les petites valeurs restent le compartiment idéal pour se faire la main ! Plus de détails ici…]

Cet article Exercice annuel décalé : l’art de se faire remarquer est apparu en premier sur La Bourse au Quotidien.

]]>
http://labourseauquotidien.fr/publication-exercice-annuel-decalee/feed/ 0
Gérant small caps : « Je me casse d’Anevia ! » http://labourseauquotidien.fr/gerants-desengagement-anevia/ http://labourseauquotidien.fr/gerants-desengagement-anevia/#respond Thu, 10 Aug 2017 11:18:36 +0000 http://labourseauquotidien.fr/?p=62125 Bourse Eric Lewin mid cap

 « J'en ai ras-le-bol de ce dossier ! Depuis son introduction en Bourse, Anevia n’est qu’un chapelet de déceptions... Je me casse ! »

 Voilà, littéralement, ce que me disait un gérant spécialisé dans les small caps à propos d’Anevia (FR0011910652).  Un avis par ailleurs largement partagé par l’ensemble de l’écosystème boursier parisien, d’ailleurs.

Les investisseurs se désengagent

A leur décharge, le newsflow de cet éditeur de logiciels n’est, en effet, vraiment pas terrible, avec un CA semestriel en baisse de 7%, à 5,3 M€, une performance sous le coup des profondes difficultés qui secouent les pays du Golfe (OPEP) suite au conflit ouvert entre le Qatar et l’Arabie Saoudite.

Par conséquent, Anevia, qui venait de renouer avec les bénéfices en 2016, après plus de 9 M€ de pertes cumulées sur les exercices 2014 et 2015, pourrait bien rebasculer dans le rouge cette année.

Et les chiffres parlent d’eux-mêmes, les opérateurs désertent le dossier : introduite en juin 2014 au cours de 12,13 €, l’action s’échange plus de 70% en-dessous, autour des 3 € pour une capitalisation de l’ordre de 12 M€. L'action cote même sous le prix de l’augmentation de capital réalisée à 4 € en février dernier !

Anevia: l’opération de la dernière chance ?

Quand on a perdu à ce point la confiance des investisseurs, il est très difficile de la récupérer...Mais la direction d'Anevia tente une opération séduction via une attribution gratuite de bons de souscription à raison de 1 BSA par action – avec un prix d’exercice fixé à 4,70 €. Mais cela sera-t-il suffisant? J'en doute. Restez à l'écart du dossier.

Cet article Gérant small caps : « Je me casse d’Anevia ! » est apparu en premier sur La Bourse au Quotidien.

]]>
Bourse Eric Lewin mid cap

 « J'en ai ras-le-bol de ce dossier ! Depuis son introduction en Bourse, Anevia n’est qu’un chapelet de déceptions... Je me casse ! »
 Voilà, littéralement, ce que me disait un gérant spécialisé dans les small caps à propos d’Anevia (FR0011910652).  Un avis par ailleurs largement partagé par l’ensemble de l’écosystème boursier parisien, d’ailleurs.

Les investisseurs se désengagent

A leur décharge, le newsflow de cet éditeur de logiciels n’est, en effet, vraiment pas terrible, avec un CA semestriel en baisse de 7%, à 5,3 M€, une performance sous le coup des profondes difficultés qui secouent les pays du Golfe (OPEP) suite au conflit ouvert entre le Qatar et l’Arabie Saoudite. Par conséquent, Anevia, qui venait de renouer avec les bénéfices en 2016, après plus de 9 M€ de pertes cumulées sur les exercices 2014 et 2015, pourrait bien rebasculer dans le rouge cette année. Et les chiffres parlent d’eux-mêmes, les opérateurs désertent le dossier : introduite en juin 2014 au cours de 12,13 €, l’action s’échange plus de 70% en-dessous, autour des 3 € pour une capitalisation de l’ordre de 12 M€. L'action cote même sous le prix de l’augmentation de capital réalisée à 4 € en février dernier !

Anevia: l’opération de la dernière chance ?

Quand on a perdu à ce point la confiance des investisseurs, il est très difficile de la récupérer...Mais la direction d'Anevia tente une opération séduction via une attribution gratuite de bons de souscription à raison de 1 BSA par action – avec un prix d’exercice fixé à 4,70 €. Mais cela sera-t-il suffisant? J'en doute. Restez à l'écart du dossier.

Cet article Gérant small caps : « Je me casse d’Anevia ! » est apparu en premier sur La Bourse au Quotidien.

]]>
http://labourseauquotidien.fr/gerants-desengagement-anevia/feed/ 0
Witbe : Jean-Michel Planche optimiste sur l’exercice http://labourseauquotidien.fr/witbe-jean-michel-planche-optimiste/ http://labourseauquotidien.fr/witbe-jean-michel-planche-optimiste/#respond Thu, 10 Aug 2017 09:20:13 +0000 http://labourseauquotidien.fr/?p=62116 Bourse Eric Lewin mid cap

Jean-Michel Planche, directeur général de Witbe (FR0013143872) avec qui j’ai récemment déjeuné, a choisi d’afficher une posture positive quand il commente le CA dégagé par son groupe sur le S1 2017 :

 « N’en déplaise à certains, je suis très serein pour notre business. Certes, nous avons publié un CA semestriel en recul de 23%, à 5 M€, mais notre carnet de commandes est rassurant pour le reste de l’année. Et je suis d’autant plus confiant pour la suite que nous sommes de plus en plus sollicités par les grands comptes. Alors, si notre activité accuse un léger ralentissement, nous allons le résorber. Nous devrions même rattraper notre retard d’ici à la fin de l'année. »

Witbe commence à peine son aventure boursière

Il n’a, par ailleurs, pas manqué de déplorer la logique très court-termisme adoptée par les investisseurs institutionnels. Avant de rajouter que lui, contrairement à eux, préfère raisonner sur le long terme – ce qui est le cas de tous les chefs d’entreprise.

« La qualité de nos services est primordiale et j’y veille. Nos clients sont exigeants. Notre vocation est de pleinement les satisfaire » m’a-t-il affirmé. Et de poursuivre que Witbe n’est vraiment qu’au tout début de son histoire boursière... Et il a probablement raison, l’IPO du groupe a à peine plus de 1 an (avril 2016).

Wait and see

En ce qui me concerne, je garde un œil très appuyé sur ce dossier spécialisé dans les solutions de gestion de « l’expérience utilisateur » en temps réel (applications, sites Internet, mobile, PC, etc.).

Jean-Michel Planche est optimiste, c’est rassurant. J’attends toutefois de voir les prochains chiffres avant de me pencher plus sérieusement sur le cas Witbe. Peut-être fera-t-il l’objet d’une prochaine recommandation… En tout cas, il est sur ma watch list. Wait and see…  

[Vous voulez vivre du trading? De votre trading? Mais ; problème, vous êtes débutant… Ne vous lancez pas seul, faites vos premières armes boursières avec des conseils avisés. Les petites valeurs restent le compartiment idéal pour se faire la main ! Plus de détails ici…]

Cet article Witbe : Jean-Michel Planche optimiste sur l’exercice est apparu en premier sur La Bourse au Quotidien.

]]>
Bourse Eric Lewin mid cap

Jean-Michel Planche, directeur général de Witbe (FR0013143872) avec qui j’ai récemment déjeuné, a choisi d’afficher une posture positive quand il commente le CA dégagé par son groupe sur le S1 2017 :
 « N’en déplaise à certains, je suis très serein pour notre business. Certes, nous avons publié un CA semestriel en recul de 23%, à 5 M€, mais notre carnet de commandes est rassurant pour le reste de l’année. Et je suis d’autant plus confiant pour la suite que nous sommes de plus en plus sollicités par les grands comptes. Alors, si notre activité accuse un léger ralentissement, nous allons le résorber. Nous devrions même rattraper notre retard d’ici à la fin de l'année. »

Witbe commence à peine son aventure boursière

Il n’a, par ailleurs, pas manqué de déplorer la logique très court-termisme adoptée par les investisseurs institutionnels. Avant de rajouter que lui, contrairement à eux, préfère raisonner sur le long terme – ce qui est le cas de tous les chefs d’entreprise. « La qualité de nos services est primordiale et j’y veille. Nos clients sont exigeants. Notre vocation est de pleinement les satisfaire » m’a-t-il affirmé. Et de poursuivre que Witbe n’est vraiment qu’au tout début de son histoire boursière... Et il a probablement raison, l’IPO du groupe a à peine plus de 1 an (avril 2016).

Wait and see

En ce qui me concerne, je garde un œil très appuyé sur ce dossier spécialisé dans les solutions de gestion de « l’expérience utilisateur » en temps réel (applications, sites Internet, mobile, PC, etc.). Jean-Michel Planche est optimiste, c’est rassurant. J’attends toutefois de voir les prochains chiffres avant de me pencher plus sérieusement sur le cas Witbe. Peut-être fera-t-il l’objet d’une prochaine recommandation… En tout cas, il est sur ma watch list. Wait and see…   [Vous voulez vivre du trading? De votre trading? Mais ; problème, vous êtes débutant… Ne vous lancez pas seul, faites vos premières armes boursières avec des conseils avisés. Les petites valeurs restent le compartiment idéal pour se faire la main ! Plus de détails ici…]

Cet article Witbe : Jean-Michel Planche optimiste sur l’exercice est apparu en premier sur La Bourse au Quotidien.

]]>
http://labourseauquotidien.fr/witbe-jean-michel-planche-optimiste/feed/ 0
Les bonnes pratiques d’un insider du marché actions http://labourseauquotidien.fr/bonnes-pratiques-insider-marche-actions/ http://labourseauquotidien.fr/bonnes-pratiques-insider-marche-actions/#respond Tue, 08 Aug 2017 11:55:56 +0000 http://labourseauquotidien.fr/?p=62108 Bourse Eric Lewin mid cap

Je suis un homme de terrain, un insider du marché actions français. Je n’ai pas pour habitude de rester assis derrière mon écran à repiquer des communiqués de presse. Non. Quand une valeur m’intéresse, je vais directement à la source pour creuser le sujet. En d'autres termes, je rencontre les dirigeants.

Et, si mon analyse et mon entrevue avec la direction "matchent", je poursuis ma petite enquête du côté des gérants. Ensuite, soit je formule un conseil d’achat à mes abonnés, soit je leur débriefe mes one-to-one dans la rubrique "Rumeurs/coulisses" de Mes Valeurs de Croissance. 

Les gérants soumis au devoir de réserve

Par contre, il est vrai que je ne dévoile que très rarement les noms des gérants avec qui j’échange pourtant très régulièrement. L'un d'entre vous me l'a dernièrement fait remarquer, à juste titre.

La raison est simple : de manière générale, et surtout dans les grandes sociétés de gestion, ces professionnels ne sont pas autorisés à parler aux médias, sauf bien entendu s'ils occupent des postes à haute responsabilité. La plupart du temps, devoir de réserve oblige, ils ne peuvent même pas commenter la moindre valeur, surtout à l’achat.

Tenez, lorsque je passe sur BFM Business, les gérants invités à venir débattre sur le plateau doivent respecter scrupuleusement les consignes de leur hiérarchie. Ils ne parlent donc pas valeurs, tout au mieux peuvent-ils à peine donner leur sentiment sur le CAC 40. On ne peut pas faire plus vague en matière de point de vue ! Interdiction donc de dévoiler s'ils sont vendeurs sur Carrefour (FR0000120172) ou s'ils accumulent du LVMH (FR0000121014). 

Pour être bon insider du marché actions, l’anonymat prime

De fait, vous comprendrez parfaitement que ce devoir de réserve s’applique également à moi. Et je le respecte. Parce que si ces gérants n’émettent aucune objection à discuter valeurs avec moi, la grande majorité d’entre eux ne souhaite pas voir leurs noms apparaître. Dans ces colonnes comme sur BFM.

Nos conversations se font donc "en off", c’est-à-dire officieusement. Du coup, s’ils m’autorisent à dévoiler des bribes de nos conversions à mes lecteurs, je dois, en contrepartie, respecter leur anonymat.

Et je m’y tiens ! D’abord parce que j’adore échanger avec eux mais aussi, et surtout, je veux continuer à les compter dans mon carnet d'adresses. Et il m’est très précieux et je le bichonne. Certaines de mes sources resteront donc totalement secrètes.

Eh oui, cher lecteur, c’est le prix à payer pour continuer à vous délivrer des informations inédites.

Cet article Les bonnes pratiques d’un insider du marché actions est apparu en premier sur La Bourse au Quotidien.

]]>
Bourse Eric Lewin mid cap

Je suis un homme de terrain, un insider du marché actions français. Je n’ai pas pour habitude de rester assis derrière mon écran à repiquer des communiqués de presse. Non. Quand une valeur m’intéresse, je vais directement à la source pour creuser le sujet. En d'autres termes, je rencontre les dirigeants. Et, si mon analyse et mon entrevue avec la direction "matchent", je poursuis ma petite enquête du côté des gérants. Ensuite, soit je formule un conseil d’achat à mes abonnés, soit je leur débriefe mes one-to-one dans la rubrique "Rumeurs/coulisses" de Mes Valeurs de Croissance. 

Les gérants soumis au devoir de réserve

Par contre, il est vrai que je ne dévoile que très rarement les noms des gérants avec qui j’échange pourtant très régulièrement. L'un d'entre vous me l'a dernièrement fait remarquer, à juste titre. La raison est simple : de manière générale, et surtout dans les grandes sociétés de gestion, ces professionnels ne sont pas autorisés à parler aux médias, sauf bien entendu s'ils occupent des postes à haute responsabilité. La plupart du temps, devoir de réserve oblige, ils ne peuvent même pas commenter la moindre valeur, surtout à l’achat. Tenez, lorsque je passe sur BFM Business, les gérants invités à venir débattre sur le plateau doivent respecter scrupuleusement les consignes de leur hiérarchie. Ils ne parlent donc pas valeurs, tout au mieux peuvent-ils à peine donner leur sentiment sur le CAC 40. On ne peut pas faire plus vague en matière de point de vue ! Interdiction donc de dévoiler s'ils sont vendeurs sur Carrefour (FR0000120172) ou s'ils accumulent du LVMH (FR0000121014). 

Pour être bon insider du marché actions, l’anonymat prime

De fait, vous comprendrez parfaitement que ce devoir de réserve s’applique également à moi. Et je le respecte. Parce que si ces gérants n’émettent aucune objection à discuter valeurs avec moi, la grande majorité d’entre eux ne souhaite pas voir leurs noms apparaître. Dans ces colonnes comme sur BFM. Nos conversations se font donc "en off", c’est-à-dire officieusement. Du coup, s’ils m’autorisent à dévoiler des bribes de nos conversions à mes lecteurs, je dois, en contrepartie, respecter leur anonymat. Et je m’y tiens ! D’abord parce que j’adore échanger avec eux mais aussi, et surtout, je veux continuer à les compter dans mon carnet d'adresses. Et il m’est très précieux et je le bichonne. Certaines de mes sources resteront donc totalement secrètes. Eh oui, cher lecteur, c’est le prix à payer pour continuer à vous délivrer des informations inédites.

Cet article Les bonnes pratiques d’un insider du marché actions est apparu en premier sur La Bourse au Quotidien.

]]>
http://labourseauquotidien.fr/bonnes-pratiques-insider-marche-actions/feed/ 0
Les fonds small caps ont la cote chez les gérants http://labourseauquotidien.fr/fonds-small-caps-gerants/ http://labourseauquotidien.fr/fonds-small-caps-gerants/#respond Mon, 07 Aug 2017 12:59:20 +0000 http://labourseauquotidien.fr/?p=62100 Bourse Eric Lewin mid cap

La surperformance des petites valeurs sur les blue chips n’est plus à démontrer. L’engouement est si fort ces dernières années que les gérants ont créé des fonds small caps à tour de bras.

Que voulez-vous, avec un CAC Small en progression de 275% depuis la reprise de 2011, contre à peine 75% pour le CAC 40, il est beaucoup plus facile d’en avoir pour son argent.

Pourtant, il n’y pas si longtemps, les opérateurs les fuyaient comme la peste – échaudés par le krach boursier des dot-com… 

Les small & mid hantés par la bulle Internet

En effet, l’éclatement de la bulle Internet – avec son lot de faillites en cascade – avait de quoi refroidir les plus téméraires. Donc, quand j’ai commencé ma seconde vie professionnelle en me lançant dans la gestion, il y a une quinzaine d’années, les fonds spécialisés sur les petites et moyennes capitalisations n’étaient vraiment pas légion.

Les gérants se tenaient donc bien à l’écart de ce compartiment d’investissement. Le krach avait engendré des dégâts tels que le simple fait d’évoquer l’idée d’un investissement dans une small cap et votre auditoire partait dans un fou rire général.

Que les choses ont changé depuis ! On ne compte plus les fonds dédiés aux petites valeurs. Mais, et c’est logique, cette multitude crée un climat très concurrentiel.

Investissez sur les grosses tendances

De fait, pour se distinguer, le gérant doit dorénavant se faire visionnaire. Il ne suffit plus de lancer un énième fonds small caps pour attirer les souscripteurs, l’adhésion passe par le stock picking éclairé. D’où la création de fonds thématiques, quitte à ne plus segmenter small caps et blue chips.

Prenons l’exemple de Trecento Asset Management. En début d’année, cette société de gestion a lancé Trecento Robotique, un fonds voué aux valeurs positionnées sur ce qui est l’un des secteurs les plus porteurs du moment. Du côté de Talence Gestion, le fonds Talence 2018 s’intéresse plutôt aux recoveries de la zone euro – à l’image de Solocal (FR0012938884), l’ex-PagesJaunes actuellement en pleine restructuration.

Aux Publications Agora, et particulièrement dans Mes Valeurs de Croissance, nous aimons ce genre de thématiques. Et elles nous le rendent plutôt bien : dernièrement, nous avons joué les Fintech avec deux dossiers. Le premier fait actuellement l’objet d’une OPA tandis que le second s’est bien installé au-dessus de notre objectif. Si vous voulez, vous aussi, surfer sur les prochaines méga-tendances cliquez ici...

Cet article Les fonds small caps ont la cote chez les gérants est apparu en premier sur La Bourse au Quotidien.

]]>
Bourse Eric Lewin mid cap

La surperformance des petites valeurs sur les blue chips n’est plus à démontrer. L’engouement est si fort ces dernières années que les gérants ont créé des fonds small caps à tour de bras. Que voulez-vous, avec un CAC Small en progression de 275% depuis la reprise de 2011, contre à peine 75% pour le CAC 40, il est beaucoup plus facile d’en avoir pour son argent. Pourtant, il n’y pas si longtemps, les opérateurs les fuyaient comme la peste – échaudés par le krach boursier des dot-com… 

Les small & mid hantés par la bulle Internet

En effet, l’éclatement de la bulle Internet – avec son lot de faillites en cascade – avait de quoi refroidir les plus téméraires. Donc, quand j’ai commencé ma seconde vie professionnelle en me lançant dans la gestion, il y a une quinzaine d’années, les fonds spécialisés sur les petites et moyennes capitalisations n’étaient vraiment pas légion. Les gérants se tenaient donc bien à l’écart de ce compartiment d’investissement. Le krach avait engendré des dégâts tels que le simple fait d’évoquer l’idée d’un investissement dans une small cap et votre auditoire partait dans un fou rire général. Que les choses ont changé depuis ! On ne compte plus les fonds dédiés aux petites valeurs. Mais, et c’est logique, cette multitude crée un climat très concurrentiel.

Investissez sur les grosses tendances

De fait, pour se distinguer, le gérant doit dorénavant se faire visionnaire. Il ne suffit plus de lancer un énième fonds small caps pour attirer les souscripteurs, l’adhésion passe par le stock picking éclairé. D’où la création de fonds thématiques, quitte à ne plus segmenter small caps et blue chips. Prenons l’exemple de Trecento Asset Management. En début d’année, cette société de gestion a lancé Trecento Robotique, un fonds voué aux valeurs positionnées sur ce qui est l’un des secteurs les plus porteurs du moment. Du côté de Talence Gestion, le fonds Talence 2018 s’intéresse plutôt aux recoveries de la zone euro – à l’image de Solocal (FR0012938884), l’ex-PagesJaunes actuellement en pleine restructuration. Aux Publications Agora, et particulièrement dans Mes Valeurs de Croissance, nous aimons ce genre de thématiques. Et elles nous le rendent plutôt bien : dernièrement, nous avons joué les Fintech avec deux dossiers. Le premier fait actuellement l’objet d’une OPA tandis que le second s’est bien installé au-dessus de notre objectif. Si vous voulez, vous aussi, surfer sur les prochaines méga-tendances cliquez ici...

Cet article Les fonds small caps ont la cote chez les gérants est apparu en premier sur La Bourse au Quotidien.

]]>
http://labourseauquotidien.fr/fonds-small-caps-gerants/feed/ 0
CAC40 : votre plan de route pendant les vacances http://labourseauquotidien.fr/cac40-plan-route-vacances/ http://labourseauquotidien.fr/cac40-plan-route-vacances/#comments Fri, 28 Jul 2017 10:19:36 +0000 http://labourseauquotidien.fr/?p=62075 CAC40

La Bourse au quotidien va prendre ses quartiers d'été et nous serons de retour le 21 août... si tout va bien sur les marchés. Je croise les doigts car il n'est pas évident, à ce stade, que les trois semaines à venir soient aussi mornes que les trois derniers mois. Donc en cas de besoin, nous vous enverrons quand même une analyse pour vous aider.

Cela étant dit, avant de prendre quelques jours de congés, j'ai voulu résumer les conditions de marché pour le CAC, et vous donner des indications claires pour tenir la barre seul pendant cette période.

Pas simple, évidement, car le CAC ne montre toujours pas de tendance à court terme. Et comme, à moyen et long terme, il temporise sur des zones "pivot" où tout peut basculer, nous sommes en équilibre et retenons notre souffle en attendant qu'un signal nous dise de quel côté de la corde le CAC40 va retomber

Alors, voici ce que sont mes points de repères.

Investisseurs : prenons le CAC40 à long terme

Le fait marquant reste la cassure à la hausse de la droite de résistance oblique historique ("ROH"). C'est un signal positif.

Autrement dit, si vous investissez pour du moyen/long terme, tant que la zone des 5 100 points est préservée, vous pouvez dormir sur vos deux oreilles.

CAC en données mensuelles
Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Je vous renvoie à cette analyse pour plus de détails sur la zone des 5 100 points.

Swing trader : à moyen terme, ouvrez l’œil

Si vous êtes comme moi un "swing trader" (mon sport préféré), pas de chance : là, vous ne devez pas vous endormir.

Le CAC est retombé sur son ancienne zone de résistance devenue support. Tout signal haussier qui serait validé dans cette zone serait un point d'entrée ("A") pour prendre le départ d'une nouvelle impulsion haussière.

CAC en données hebdos
Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Vous pouvez quand même somnoler (mais d'un oeil seulement) si vous avez pris la précaution de poser une alarme sur votre plateforme de trading. Je sais, pas évident sur la plage, mais il s'agit de votre argent. Alors un petit effort. De mon côté, j'ai mis une alarme sur SMI qui se déclenchera en cas de retournement (petite flèche verte).

  • On reste neutre dans l'attente de ce signal. S'il vient, vous passez à l'achat...
  • S'il ne vient pas et que la zone de support est enfoncée, alors ce sera le moment de prendre une stratégie baissière avec des BX4.

A court terme : restez sur le qui-vive

CAC en données mensuelles

Oui, désolé, mais la situation continue de se dégrader, version soft cependant. La pression est baissière et le restera tant que le CAC40 n'arrivera pas à s'affranchir du canal baissier que nous suivons maintenant depuis de nombreuses semaines.

CAC en données 3h
Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Pour le moment, les attaques baissières sont contenues par la zone de support "S" (vers 5 140 points) mais ... où sont passés les acheteurs ? Ce genre de marché, c'est-à-dire de baisse modérée sans réelle poussée vendeuse, est plutôt dû à l'absence d'acheteur qu'à la recrudescence de vendeurs. Ce qui en fait un marché fragile et nerveux.

Toujours est-il que tant que la résistance du canal baissier de court terme tient, impossible d'avoir des velléités haussières.

Je vous l'accorde, ce marché n'est pas franchement passionnant mais sa lecture, ses niveaux et les signaux à respecter sont simples et clairs.

Un rappel donc : n'anticipez rien et restez discipliné dans la gestion de vos positions.

On se retrouve le 21 août pour de nouvelles aventures.

A très bientôt,

Gilles,

PS : et si je me risquais à un petit pronostique ? D'ici la fin du mois d'août, la nervosité risque de s'amplifier, mais le CAC devrait continuer un marché de range (dérive latérale) à court terme.

Par contre, pour les amateurs d'analyse technique, attention : le CAC va entrer en "squeeze Boll100" en UT journalière, ce qui annonce une grosse accélération à venir. Mais le temps que ce squeeze se construise, nous devrions quand même pouvoir profiter de ces quelques semaines de repos estival.

Cet article CAC40 : votre plan de route pendant les vacances est apparu en premier sur La Bourse au Quotidien.

]]>
CAC40

La Bourse au quotidien va prendre ses quartiers d'été et nous serons de retour le 21 août... si tout va bien sur les marchés. Je croise les doigts car il n'est pas évident, à ce stade, que les trois semaines à venir soient aussi mornes que les trois derniers mois. Donc en cas de besoin, nous vous enverrons quand même une analyse pour vous aider. Cela étant dit, avant de prendre quelques jours de congés, j'ai voulu résumer les conditions de marché pour le CAC, et vous donner des indications claires pour tenir la barre seul pendant cette période. Pas simple, évidement, car le CAC ne montre toujours pas de tendance à court terme. Et comme, à moyen et long terme, il temporise sur des zones "pivot" où tout peut basculer, nous sommes en équilibre et retenons notre souffle en attendant qu'un signal nous dise de quel côté de la corde le CAC40 va retomber Alors, voici ce que sont mes points de repères.

Investisseurs : prenons le CAC40 à long terme

Le fait marquant reste la cassure à la hausse de la droite de résistance oblique historique ("ROH"). C'est un signal positif. Autrement dit, si vous investissez pour du moyen/long terme, tant que la zone des 5 100 points est préservée, vous pouvez dormir sur vos deux oreilles.

CAC en données mensuelles Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Je vous renvoie à cette analyse pour plus de détails sur la zone des 5 100 points.

Swing trader : à moyen terme, ouvrez l’œil

Si vous êtes comme moi un "swing trader" (mon sport préféré), pas de chance : là, vous ne devez pas vous endormir. Le CAC est retombé sur son ancienne zone de résistance devenue support. Tout signal haussier qui serait validé dans cette zone serait un point d'entrée ("A") pour prendre le départ d'une nouvelle impulsion haussière.

CAC en données hebdos Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Vous pouvez quand même somnoler (mais d'un oeil seulement) si vous avez pris la précaution de poser une alarme sur votre plateforme de trading. Je sais, pas évident sur la plage, mais il s'agit de votre argent. Alors un petit effort. De mon côté, j'ai mis une alarme sur SMI qui se déclenchera en cas de retournement (petite flèche verte).
  • On reste neutre dans l'attente de ce signal. S'il vient, vous passez à l'achat...
  • S'il ne vient pas et que la zone de support est enfoncée, alors ce sera le moment de prendre une stratégie baissière avec des BX4.

A court terme : restez sur le qui-vive

CAC en données mensuelles

Oui, désolé, mais la situation continue de se dégrader, version soft cependant. La pression est baissière et le restera tant que le CAC40 n'arrivera pas à s'affranchir du canal baissier que nous suivons maintenant depuis de nombreuses semaines.

CAC en données 3h Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Pour le moment, les attaques baissières sont contenues par la zone de support "S" (vers 5 140 points) mais ... où sont passés les acheteurs ? Ce genre de marché, c'est-à-dire de baisse modérée sans réelle poussée vendeuse, est plutôt dû à l'absence d'acheteur qu'à la recrudescence de vendeurs. Ce qui en fait un marché fragile et nerveux. Toujours est-il que tant que la résistance du canal baissier de court terme tient, impossible d'avoir des velléités haussières. Je vous l'accorde, ce marché n'est pas franchement passionnant mais sa lecture, ses niveaux et les signaux à respecter sont simples et clairs. Un rappel donc : n'anticipez rien et restez discipliné dans la gestion de vos positions. On se retrouve le 21 août pour de nouvelles aventures. A très bientôt, Gilles, PS : et si je me risquais à un petit pronostique ? D'ici la fin du mois d'août, la nervosité risque de s'amplifier, mais le CAC devrait continuer un marché de range (dérive latérale) à court terme. Par contre, pour les amateurs d'analyse technique, attention : le CAC va entrer en "squeeze Boll100" en UT journalière, ce qui annonce une grosse accélération à venir. Mais le temps que ce squeeze se construise, nous devrions quand même pouvoir profiter de ces quelques semaines de repos estival.

Cet article CAC40 : votre plan de route pendant les vacances est apparu en premier sur La Bourse au Quotidien.

]]>
http://labourseauquotidien.fr/cac40-plan-route-vacances/feed/ 2
Salve de mauvaises surprises http://labourseauquotidien.fr/salve-mauvaises-surprises/ http://labourseauquotidien.fr/salve-mauvaises-surprises/#respond Fri, 28 Jul 2017 07:00:25 +0000 http://labourseauquotidien.fr/?p=62078 mauvaises_surprises

Dernier point de marché aujourd'hui, puisque La Bourse au quotidien s'arrête jusqu'au 21 août. Cela dit, si jamais il y avait une anomalie de marché, nous reviendrions vers vous pour faire le point. Gilles vous donne une feuille de route précise sur le CAC40 ; suivez-la et vous ne devriez pas avoir de mauvaise surprise !

Je vous retrouve pour ma part à partir du 21 août. Toute l'équipe se joint à moi pour vous souhaiter de bonnes vacances, ou du moins un période plus calme si vous ne partez pas !

A bientôt

Mathieu

Hier soir, Wall Street a fait preuve d'hésitation et si le Dow Jones a inscrit un nouveau record, le Nasdaq a subi un sell off. Le marché a notamment été pénalisé par le nouveau revers subi par Donald Trump avec le Sénat qui a voté contre l'abrogation partielle de l'Obamacare.

En ce vendredi, on surveillera au niveau de la macroéconomie cet après-midi la première estimation du PIB américain pour le deuxième trimestre ainsi que l'indice de confiance des consommateurs du Michigan sur juillet.

Au niveau corporate

  • Amazon (US0231351067) reculait de 3% en after hour après la publication d'une chute de 77% de son bénéfice net au deuxième trimestre, sans exclure en outre d'être dans le rouge sur le trimestre en cours.

En Europe ce matin, l'agenda est de nouveau chargé. Autant hier, nous avions eu beaucoup de surprises à la hausse... autant en cette fin de semaine c'est l'inverse.

  • Renault (FR0000131906) chutait de plus de 5% sur les 76,50€ plombé par des perspectives prudentes pour le second semestre. Le directeur financier a ainsi indiqué que le groupe tentait de relever ses prix afin de contrer les fortes pressions sur les prix des matières premières.
  • Essilor (FR0000121667) décrochait de 4% sous les 112€, après l'annonce d'un avertissement sur ses ventes pour 2017. La croissance du spécialiste de l'optique ophtalmique est désormais attendue autour de 3% (contre une fourchette 3 à 5% donnée auparavant).
  • L'Oréal (FR0000120321) pliait de 2% sur les 176€, en réaction à une croissance de ses ventes semestrielles inférieure aux attentes (+4,3% en organique contre +4,7% attendu en moyenne par le consensus).
  • Spie (FR0012757854) plongeait de 10% sur les 22,50€ après l'annonce d'un profit warning sur 2017 (marge opérationnelle désormais attendue entre 6,3 et 6,5% contre 6,8% visé antérieurement).
  • Safran (FR0000073272) baissait de 0,5% sur les 81,15€, l'équipementier aéronautique ayant publié un léger tassement de sa marge opérationnelle au premier semestre, pénalisé notamment par es effets de change défavorables.
  • Kering (FR0000121485) reculait de 2% sur les 298€ malgré la publication de résultats semestriels supérieurs aux attentes.
  • Orientation baissière également pour Vinci (FR0000125486), en repli de 2% sur les 75,75€, malgré la publication de chiffres légèrement supérieurs aux attentes et la confirmation des objectifs 2017.
  • A l'inverse, BNP Paribas (FR0000131104) évoluait autour de l'équilibre sur les 65,70€, la banque de la rue d'Antin ayant dégagé un bénéfice net meilleur que prévu au deuxième trimestre (2,4 Mds€ contre 1,9 attendu).
  • Engie (FR0010208488) se montrait hésitant autour des 13,75€, la utilities ayant confirmé ses objectifs annuels après un premier semestre globalement conforme aux attentes.
  • Saint-Gobain (FR0000125007) résistait avec un titre en hausse de 1,5% sur les 47,50€, le groupe ayant confirmé ses objectifs 2017 malgré l'impact de la cyberattaque subie en juin.
  • Bureau Veritas (FR0006174348) était recherché en hausse de 1% sur les 20,25€, le groupe ayant renoué avec une croissance positive au premier semestre malgré les difficultés persistantes de sa branche marine.
  • Euronext (FR0000184533) s'affichait comme la plus forte hausse du SBF, en progression de 2% sur les 48,50€, suite à une bonne publication qualifiée "de trimestre le plus fort depuis notre introduction en Bourse" par son P-DG Stéphane Boujnah. Cela tombe bien, nous sommes à l'achat dessus...

Cet article Salve de mauvaises surprises est apparu en premier sur La Bourse au Quotidien.

]]>
mauvaises_surprises

Dernier point de marché aujourd'hui, puisque La Bourse au quotidien s'arrête jusqu'au 21 août. Cela dit, si jamais il y avait une anomalie de marché, nous reviendrions vers vous pour faire le point. Gilles vous donne une feuille de route précise sur le CAC40 ; suivez-la et vous ne devriez pas avoir de mauvaise surprise ! Je vous retrouve pour ma part à partir du 21 août. Toute l'équipe se joint à moi pour vous souhaiter de bonnes vacances, ou du moins un période plus calme si vous ne partez pas ! A bientôt Mathieu Hier soir, Wall Street a fait preuve d'hésitation et si le Dow Jones a inscrit un nouveau record, le Nasdaq a subi un sell off. Le marché a notamment été pénalisé par le nouveau revers subi par Donald Trump avec le Sénat qui a voté contre l'abrogation partielle de l'Obamacare. En ce vendredi, on surveillera au niveau de la macroéconomie cet après-midi la première estimation du PIB américain pour le deuxième trimestre ainsi que l'indice de confiance des consommateurs du Michigan sur juillet.

Au niveau corporate

  • Amazon (US0231351067) reculait de 3% en after hour après la publication d'une chute de 77% de son bénéfice net au deuxième trimestre, sans exclure en outre d'être dans le rouge sur le trimestre en cours.
En Europe ce matin, l'agenda est de nouveau chargé. Autant hier, nous avions eu beaucoup de surprises à la hausse... autant en cette fin de semaine c'est l'inverse.
  • Renault (FR0000131906) chutait de plus de 5% sur les 76,50€ plombé par des perspectives prudentes pour le second semestre. Le directeur financier a ainsi indiqué que le groupe tentait de relever ses prix afin de contrer les fortes pressions sur les prix des matières premières.
  • Essilor (FR0000121667) décrochait de 4% sous les 112€, après l'annonce d'un avertissement sur ses ventes pour 2017. La croissance du spécialiste de l'optique ophtalmique est désormais attendue autour de 3% (contre une fourchette 3 à 5% donnée auparavant).
  • L'Oréal (FR0000120321) pliait de 2% sur les 176€, en réaction à une croissance de ses ventes semestrielles inférieure aux attentes (+4,3% en organique contre +4,7% attendu en moyenne par le consensus).
  • Spie (FR0012757854) plongeait de 10% sur les 22,50€ après l'annonce d'un profit warning sur 2017 (marge opérationnelle désormais attendue entre 6,3 et 6,5% contre 6,8% visé antérieurement).
  • Safran (FR0000073272) baissait de 0,5% sur les 81,15€, l'équipementier aéronautique ayant publié un léger tassement de sa marge opérationnelle au premier semestre, pénalisé notamment par es effets de change défavorables.
  • Kering (FR0000121485) reculait de 2% sur les 298€ malgré la publication de résultats semestriels supérieurs aux attentes.
  • Orientation baissière également pour Vinci (FR0000125486), en repli de 2% sur les 75,75€, malgré la publication de chiffres légèrement supérieurs aux attentes et la confirmation des objectifs 2017.
  • A l'inverse, BNP Paribas (FR0000131104) évoluait autour de l'équilibre sur les 65,70€, la banque de la rue d'Antin ayant dégagé un bénéfice net meilleur que prévu au deuxième trimestre (2,4 Mds€ contre 1,9 attendu).
  • Engie (FR0010208488) se montrait hésitant autour des 13,75€, la utilities ayant confirmé ses objectifs annuels après un premier semestre globalement conforme aux attentes.
  • Saint-Gobain (FR0000125007) résistait avec un titre en hausse de 1,5% sur les 47,50€, le groupe ayant confirmé ses objectifs 2017 malgré l'impact de la cyberattaque subie en juin.
  • Bureau Veritas (FR0006174348) était recherché en hausse de 1% sur les 20,25€, le groupe ayant renoué avec une croissance positive au premier semestre malgré les difficultés persistantes de sa branche marine.
  • Euronext (FR0000184533) s'affichait comme la plus forte hausse du SBF, en progression de 2% sur les 48,50€, suite à une bonne publication qualifiée "de trimestre le plus fort depuis notre introduction en Bourse" par son P-DG Stéphane Boujnah. Cela tombe bien, nous sommes à l'achat dessus...

Cet article Salve de mauvaises surprises est apparu en premier sur La Bourse au Quotidien.

]]>
http://labourseauquotidien.fr/salve-mauvaises-surprises/feed/ 0
Comment acheter des bitcoins et s’en servir ? http://labourseauquotidien.fr/acheter-bitcoins-servir/ http://labourseauquotidien.fr/acheter-bitcoins-servir/#respond Thu, 27 Jul 2017 10:30:01 +0000 http://labourseauquotidien.fr/?p=62058 bitcoin

Initialement publié sur Libre d'Agir

Voici notre seconde chronique sur la fameuse cryptomonnaie qu'est le bitcoin. Après vous avoir expliqué hier son principe, passons maintenant à l'action. Je vous propose d'acquérir un peu de cette monnaie virtuelle qui affole les marchés. À l'instant où je rédige ces lignes (le 25 juillet), le cours est de 2 344,88 € pour 1 bitcoin, soit 361 € de plus que lors de notre précédente analyse...

Rappelons que le Bitcoin n'est pas une monnaie gérée par des banques ni des États. Il s'agit d'une monnaie universelle autogérée par un système complexe et ultra-sécurisé par chiffrement. Lors d'une transaction, pour que celle-ci soit effective et sécurisée, les données chiffrées transmises vont transiter sous la forme de preuves mathématiques via des ordinateurs constituant un vaste réseau.

Spécial Bitcoin ! LE guide indispensable pour tout comprendre sur ce nouvel or numérique. Cliquez ici.

Durant cette transaction, tous les mouvements sont référencés dans un grand livre comptable partagé et rendu public sur le réseau bitcoin. Comme il n'y a pas de serveur centralisé et que le bitcoin n'appartient à personne, les ordinateurs qui réalisent les opérations de contrôle sont ceux de certains utilisateurs volontaires. Ils vont se rassembler pour contrôler l'exactitude des transactions.

Cette opération, baptisée "minage", permet également aux participants de toucher un faible pourcentage des transactions en échange de la puissance de calcul de leur ordinateur.

Toutefois, il ne faut pas rêver : le minage de bitcoins n'est pas une activité rémunératrice pour les particuliers. Elle nécessite une grande puissance de calcul et seuls les ordinateurs de grands sites industriels peuvent en tirer profit. Si vous souhaitez tout de même "miner", vous pouvez installer un logiciel spécialisé, comme Guiminer.

Voici pour le principe de fonctionnement aussi nébuleux que sérieux du réseau bitcoin. Pour le particulier qui souhaite se lancer, la réalité est moins complexe. Comme il n'existe pas vraiment de distributeur de bitcoins ni de banques qui en commercialisent, dans un premier temps, il va falloir passer par un site ou une application. Cela vous permet de créer un portefeuille appelé Wallet. Il existe de nombreuses applications. L'une des plus simples à utiliser est Bitcoin Wallet pour Android, Airbitz Bitcoin Wallet pour iOS. Elle permet de définir un montant en euro, pour faire l'acquisition correspondante en bitcoins.

Mais, plutôt qu'une application, je vous conseille d'utiliser un site spécialisé. Il permettra de ne rien conserver sur votre téléphone en cas de perte. Le seul souci d'un site, c'est son éventuel piratage. Mais celui-ci pourrait tout aussi bien arriver à votre banque.

Étape 1 – Créer un portefeuille

L'un des sites de référence pour créer un portefeuille est Blockchain.info. Un site sécurisé et facile d'accès pour un débutant. Le site mélange l'anglais et le français, car certains éléments sont traduits automatiquement mais pas d'autres.

Pour se lancer, il faut une connexion Internet stable, un ordinateur, une feuille de papier, un crayon, un téléphone mobile chargé et une carte bancaire. Entre le moment où vous allez faire vos premiers pas et celui où vos premiers centimes en bitcoins vont arriver, il va s'écouler une bonne demi-heure.

Une fois sur le site, cliquez sur Get started now. Pour créer votre compte, vous allez avoir besoin d'un identifiant et d'un mot de passe. Une fois que vous aurez rempli ces informations, cliquez sur Continuer. Le système va lancer plusieurs vérifications via un lien sur votre adresse e-mail et un code reçu par SMS.

Étape 2 – Blindez votre portefeuille

Ensuite, vous allez vous lancer dans la sécurisation de votre compte. Cette opération est bien plus longue qu'avec une banque. Cliquez sur Centre de sécurité. Vous allez ensuite recevoir un e-mail pour vérifier qu'il s'agit bien de vous.

Vous devez relever des mots clés, il y en a une dizaine. Ne les perdez pas, ils peuvent être demandés si le compte a subi une tentative de forçage ou si vous avez perdu votre mot de passe.

Après ce premier niveau, continuez à sécuriser votre compte en jumelant votre mobile. Pour cela, il faut installer une application baptisée Google Authentificator. Elle est disponible sur l'App Store et le Play Store. Désormais, lorsque vous chercherez à vous connecter à votre portefeuille, il faudra également saisir une clé chiffrée unique qui s'affichera dans l'application Google Authentificator.

Enfin, la dernière étape permet de bloquer toute intrusion provenant du réseau Tor. Activez cette option, car Tor offre des connexions chiffrées et anonymes qui sont souvent employées par les cybercriminels.

Étape 3 – Achetez des bitcoins

Votre portefeuille est créé et sécurisé. Pour acheter des bitcoins avec des euros, il faut passer par une Bourse d'échange. Elle sert d'intermédiaire entre les possesseurs de bitcoins et ceux qui désirent en acquérir. Des dizaines de services de ce type existent. Pour ne pas m'embêter, j'ai choisi celui proposé par le site : il s'agit de Coinify.com.

Dans la colonne de gauche, cliquez sur Buy Bitcoins. Saisissez un montant en euro. L'équivalent en Bitcoins s'affiche à droite. Ensuite, cliquez sur Buy Bitcoin. Vous allez pouvoir saisir votre numéro de carte bancaire, puis valider le paiement après avoir reçu un code par SMS. Sachez que la Bourse d'échange va prendre une commission de 3% sur la somme demandée.

Étape 4 – Patientez...

Dans un premier temps, il ne se passe rien. Votre portefeuille n'indique rien. En revanche, votre compte en euro a lui été débité. Pas de panique : il faut patienter parfois plusieurs heures afin que le système complexe de vérifications des transactions confirme l'achat.

Après cela, vous disposez de vos premiers centimes de bitcoins. Vous allez pouvoir constater que l'évolution des cours est rapide, mais en moyenne, vous ne gagnerez pas forcément beaucoup plus que ce que vous avez "placé". Notez également qu'il faudra attendre au moins une semaine avant de pouvoir acheter d'autres bitcoins. C'est la durée nécessaire pour vérifier que votre compte bancaire n'est pas à découvert.

Étape 5 – Achetez avec des bitcoins

Aujourd'hui, il reste difficile de faire ses courses et de régler en bitcoins. Mis à part s'initier à ce système, ou éventuellement se lancer dans une opération hasardeuse de spéculation, vous ne pourrez rien acheter de concret dans vos commerces de proximité habituels.

En réalité, seuls quelques sites Internet marchands acceptent les bitcoins. Cela dit, il y en a de plus en plus chaque jour. Voici, en cliquant sur ce lien, la liste des boutiques françaises en ligne acceptant le règlement par bitcoins.

Pour réaliser un règlement, le plus simple est de télécharger l'application Blockchain sur votre mobile. Après l'avoir installée et avoir généré un code de quatre chiffres pour la sécuriser, elle est activée.

Maintenant, sur le site Web du marchand, au moment de régler l'achat, choisissez de payer en bitcoins plutôt qu'avec la carte bancaire. Une fenêtre comportant un code QR apparaît. Avec votre mobile, via l'application Blockchain, touchez l'icône symbolisant un code QR en haut à droite et scannez ce code affiché sur l'écran de l'ordinateur pour valider le paiement.

La fenêtre se ferme, la commande est terminée.

Vous voici tombé dans l'univers des cryptomonnaies ! Pour aller plus loin, c'est ici...

Cet article Comment acheter des bitcoins et s’en servir ? est apparu en premier sur La Bourse au Quotidien.

]]>
bitcoin

Initialement publié sur Libre d'Agir Voici notre seconde chronique sur la fameuse cryptomonnaie qu'est le bitcoin. Après vous avoir expliqué hier son principe, passons maintenant à l'action. Je vous propose d'acquérir un peu de cette monnaie virtuelle qui affole les marchés. À l'instant où je rédige ces lignes (le 25 juillet), le cours est de 2 344,88 € pour 1 bitcoin, soit 361 € de plus que lors de notre précédente analyse... Rappelons que le Bitcoin n'est pas une monnaie gérée par des banques ni des États. Il s'agit d'une monnaie universelle autogérée par un système complexe et ultra-sécurisé par chiffrement. Lors d'une transaction, pour que celle-ci soit effective et sécurisée, les données chiffrées transmises vont transiter sous la forme de preuves mathématiques via des ordinateurs constituant un vaste réseau.

Spécial Bitcoin ! LE guide indispensable pour tout comprendre sur ce nouvel or numérique. Cliquez ici.

Durant cette transaction, tous les mouvements sont référencés dans un grand livre comptable partagé et rendu public sur le réseau bitcoin. Comme il n'y a pas de serveur centralisé et que le bitcoin n'appartient à personne, les ordinateurs qui réalisent les opérations de contrôle sont ceux de certains utilisateurs volontaires. Ils vont se rassembler pour contrôler l'exactitude des transactions. Cette opération, baptisée "minage", permet également aux participants de toucher un faible pourcentage des transactions en échange de la puissance de calcul de leur ordinateur. Toutefois, il ne faut pas rêver : le minage de bitcoins n'est pas une activité rémunératrice pour les particuliers. Elle nécessite une grande puissance de calcul et seuls les ordinateurs de grands sites industriels peuvent en tirer profit. Si vous souhaitez tout de même "miner", vous pouvez installer un logiciel spécialisé, comme Guiminer. Voici pour le principe de fonctionnement aussi nébuleux que sérieux du réseau bitcoin. Pour le particulier qui souhaite se lancer, la réalité est moins complexe. Comme il n'existe pas vraiment de distributeur de bitcoins ni de banques qui en commercialisent, dans un premier temps, il va falloir passer par un site ou une application. Cela vous permet de créer un portefeuille appelé Wallet. Il existe de nombreuses applications. L'une des plus simples à utiliser est Bitcoin Wallet pour Android, Airbitz Bitcoin Wallet pour iOS. Elle permet de définir un montant en euro, pour faire l'acquisition correspondante en bitcoins. Mais, plutôt qu'une application, je vous conseille d'utiliser un site spécialisé. Il permettra de ne rien conserver sur votre téléphone en cas de perte. Le seul souci d'un site, c'est son éventuel piratage. Mais celui-ci pourrait tout aussi bien arriver à votre banque.

Étape 1 – Créer un portefeuille

L'un des sites de référence pour créer un portefeuille est Blockchain.info. Un site sécurisé et facile d'accès pour un débutant. Le site mélange l'anglais et le français, car certains éléments sont traduits automatiquement mais pas d'autres. Pour se lancer, il faut une connexion Internet stable, un ordinateur, une feuille de papier, un crayon, un téléphone mobile chargé et une carte bancaire. Entre le moment où vous allez faire vos premiers pas et celui où vos premiers centimes en bitcoins vont arriver, il va s'écouler une bonne demi-heure. Une fois sur le site, cliquez sur Get started now. Pour créer votre compte, vous allez avoir besoin d'un identifiant et d'un mot de passe. Une fois que vous aurez rempli ces informations, cliquez sur Continuer. Le système va lancer plusieurs vérifications via un lien sur votre adresse e-mail et un code reçu par SMS.

Étape 2 – Blindez votre portefeuille

Ensuite, vous allez vous lancer dans la sécurisation de votre compte. Cette opération est bien plus longue qu'avec une banque. Cliquez sur Centre de sécurité. Vous allez ensuite recevoir un e-mail pour vérifier qu'il s'agit bien de vous. Vous devez relever des mots clés, il y en a une dizaine. Ne les perdez pas, ils peuvent être demandés si le compte a subi une tentative de forçage ou si vous avez perdu votre mot de passe. Après ce premier niveau, continuez à sécuriser votre compte en jumelant votre mobile. Pour cela, il faut installer une application baptisée Google Authentificator. Elle est disponible sur l'App Store et le Play Store. Désormais, lorsque vous chercherez à vous connecter à votre portefeuille, il faudra également saisir une clé chiffrée unique qui s'affichera dans l'application Google Authentificator. Enfin, la dernière étape permet de bloquer toute intrusion provenant du réseau Tor. Activez cette option, car Tor offre des connexions chiffrées et anonymes qui sont souvent employées par les cybercriminels.

Étape 3 – Achetez des bitcoins

Votre portefeuille est créé et sécurisé. Pour acheter des bitcoins avec des euros, il faut passer par une Bourse d'échange. Elle sert d'intermédiaire entre les possesseurs de bitcoins et ceux qui désirent en acquérir. Des dizaines de services de ce type existent. Pour ne pas m'embêter, j'ai choisi celui proposé par le site : il s'agit de Coinify.com. Dans la colonne de gauche, cliquez sur Buy Bitcoins. Saisissez un montant en euro. L'équivalent en Bitcoins s'affiche à droite. Ensuite, cliquez sur Buy Bitcoin. Vous allez pouvoir saisir votre numéro de carte bancaire, puis valider le paiement après avoir reçu un code par SMS. Sachez que la Bourse d'échange va prendre une commission de 3% sur la somme demandée.

Étape 4 – Patientez...

Dans un premier temps, il ne se passe rien. Votre portefeuille n'indique rien. En revanche, votre compte en euro a lui été débité. Pas de panique : il faut patienter parfois plusieurs heures afin que le système complexe de vérifications des transactions confirme l'achat. Après cela, vous disposez de vos premiers centimes de bitcoins. Vous allez pouvoir constater que l'évolution des cours est rapide, mais en moyenne, vous ne gagnerez pas forcément beaucoup plus que ce que vous avez "placé". Notez également qu'il faudra attendre au moins une semaine avant de pouvoir acheter d'autres bitcoins. C'est la durée nécessaire pour vérifier que votre compte bancaire n'est pas à découvert.

Étape 5 – Achetez avec des bitcoins

Aujourd'hui, il reste difficile de faire ses courses et de régler en bitcoins. Mis à part s'initier à ce système, ou éventuellement se lancer dans une opération hasardeuse de spéculation, vous ne pourrez rien acheter de concret dans vos commerces de proximité habituels. En réalité, seuls quelques sites Internet marchands acceptent les bitcoins. Cela dit, il y en a de plus en plus chaque jour. Voici, en cliquant sur ce lien, la liste des boutiques françaises en ligne acceptant le règlement par bitcoins. Pour réaliser un règlement, le plus simple est de télécharger l'application Blockchain sur votre mobile. Après l'avoir installée et avoir généré un code de quatre chiffres pour la sécuriser, elle est activée. Maintenant, sur le site Web du marchand, au moment de régler l'achat, choisissez de payer en bitcoins plutôt qu'avec la carte bancaire. Une fenêtre comportant un code QR apparaît. Avec votre mobile, via l'application Blockchain, touchez l'icône symbolisant un code QR en haut à droite et scannez ce code affiché sur l'écran de l'ordinateur pour valider le paiement. La fenêtre se ferme, la commande est terminée. Vous voici tombé dans l'univers des cryptomonnaies ! Pour aller plus loin, c'est ici...

Cet article Comment acheter des bitcoins et s’en servir ? est apparu en premier sur La Bourse au Quotidien.

]]>
http://labourseauquotidien.fr/acheter-bitcoins-servir/feed/ 0
Notre conseil avant les vacances : soyez contrarien http://labourseauquotidien.fr/conseil-vacances-contrarien-vix/ http://labourseauquotidien.fr/conseil-vacances-contrarien-vix/#comments Thu, 27 Jul 2017 09:09:48 +0000 http://labourseauquotidien.fr/?p=62056 VIX

C'est ma dernière analyse avant la pause estivale alors j'ai décidé de la placer sous le signe de l'optimisme, des paillettes, des confettis et du champagne grand cru millésimé 2008 (une année boursière cataclysmique... mais une apothéose pour le vignoble champenois).

Nous assistons à un nouveau carton plein de records absolus à Wall Street avec une Dow Jones à 21 740 points, un S&P500 à 2 482, un Nasdaq à 6 440 et un Russel 2000 à 1 450.

Mais cette litanie de records qui s'enchaînent depuis 9 mois est devenue carrément banale à force d'être répétitive... alors, il faut couronner cette série d'une bonne pincée "d'exceptionnel". Nous le trouverons du côté du VIX qui s'inscrit sous les 9,40 ce 27 juillet après avoir établi son plus bas score de l'histoire à 8,84 : du jamais vu depuis 1990.

Mais il y a plus exceptionnel, encore : le VIX va réaliser la plus longue série de clôture sous le seuil technique et psychologique des 10 puisque la séance d'hier marquait la dixième clôture d'affilée sous les 10, comme vous le voyez sur le graphique ci-dessous.

VIX
Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Jamais, au cours des 25 dernières années d'histoire des marchés, les opérateurs n'avaient manifesté un tel appétit effréné – et durable – pour le "risque pur".

Un risque désamorcé par les banques centrales qui assurent les arrières depuis mars 2009 et juillet 2012 et qui subit, en cet été 2017, un véritable passage au laminoir...

Mais le tableau ne serait pas complet sans l'envolée du pétrole de +7,5% en 48 heures. Le WTI a connu sa plus forte hausse de l'année en une seule séance (le 25 juillet) et s'ouvre la voie pour revenir tester la résistance oblique baissière en place depuis la fin février.

WTI
Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

La hausse de l'or noir pourrait avoir de surcroît un effet reflationniste qui tombe bien puisque le rally de l'euro jusque vers 1,17 dollar ravivait symétriquement la crainte du retour des pressions déflationnistes en Europe.

Mais ni le Dow Jones, ni le S&P n'auraient pu battre de nouveaux records ce 26 juillet sans l'appui de Boeing qui nous gratifie d'une envolée de +8,5% à 230$ (ce qui rajoute 100 points au DJIA et 3 points au S&P500. Le premier avionneur mondial relève ses objectifs de vente et de marge pour 2017 : avec les +8,5% consécutifs à la publication de ses trimestriels, le titre affiche +48% depuis le 1er janvier et +70% depuis un an ! Un parcours comparable à celui de certaines GAFA !

Résumons la situation. Nous avons donc des indices boursiers qui évoluent dans la stratosphère et un VIX sous les 10. Tout le monde semble contempler la galaxie du même côté du vaisseau spatial. Mais attention, si les opérateurs ont tous des étoiles dans les yeux, ils feraient mieux de garder les pieds au sec... car pour l'instant, ils lévitent au-dessus d'un océan de dettes !

Alors bonnes vacances à tous mais un bon conseil : ne faites pas comme ceux qui nous disent que si le VIX est bas et la couverture si peu chère, c'est parce qu'elle est inutile et qu'il ne se passera rien. C'est d'ailleurs tout l'objet de la prochaine stratégie de ma lettre à paraître demain soir : avec Gilles nous avons mis en place quelques couvertures et un trade sur un actif qui devrait s'envoler au moindre rafraichissement des marchés. (commandez ma lettre + recevez mon livre ici)

Philippe a présenté son livre sur BFM Business

 

Cet article Notre conseil avant les vacances : soyez contrarien est apparu en premier sur La Bourse au Quotidien.

]]>
VIX

C'est ma dernière analyse avant la pause estivale alors j'ai décidé de la placer sous le signe de l'optimisme, des paillettes, des confettis et du champagne grand cru millésimé 2008 (une année boursière cataclysmique... mais une apothéose pour le vignoble champenois). Nous assistons à un nouveau carton plein de records absolus à Wall Street avec une Dow Jones à 21 740 points, un S&P500 à 2 482, un Nasdaq à 6 440 et un Russel 2000 à 1 450. Mais cette litanie de records qui s'enchaînent depuis 9 mois est devenue carrément banale à force d'être répétitive... alors, il faut couronner cette série d'une bonne pincée "d'exceptionnel". Nous le trouverons du côté du VIX qui s'inscrit sous les 9,40 ce 27 juillet après avoir établi son plus bas score de l'histoire à 8,84 : du jamais vu depuis 1990. Mais il y a plus exceptionnel, encore : le VIX va réaliser la plus longue série de clôture sous le seuil technique et psychologique des 10 puisque la séance d'hier marquait la dixième clôture d'affilée sous les 10, comme vous le voyez sur le graphique ci-dessous.

VIX Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Jamais, au cours des 25 dernières années d'histoire des marchés, les opérateurs n'avaient manifesté un tel appétit effréné – et durable – pour le "risque pur". Un risque désamorcé par les banques centrales qui assurent les arrières depuis mars 2009 et juillet 2012 et qui subit, en cet été 2017, un véritable passage au laminoir... Mais le tableau ne serait pas complet sans l'envolée du pétrole de +7,5% en 48 heures. Le WTI a connu sa plus forte hausse de l'année en une seule séance (le 25 juillet) et s'ouvre la voie pour revenir tester la résistance oblique baissière en place depuis la fin février.

WTI Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

La hausse de l'or noir pourrait avoir de surcroît un effet reflationniste qui tombe bien puisque le rally de l'euro jusque vers 1,17 dollar ravivait symétriquement la crainte du retour des pressions déflationnistes en Europe. Mais ni le Dow Jones, ni le S&P n'auraient pu battre de nouveaux records ce 26 juillet sans l'appui de Boeing qui nous gratifie d'une envolée de +8,5% à 230$ (ce qui rajoute 100 points au DJIA et 3 points au S&P500. Le premier avionneur mondial relève ses objectifs de vente et de marge pour 2017 : avec les +8,5% consécutifs à la publication de ses trimestriels, le titre affiche +48% depuis le 1er janvier et +70% depuis un an ! Un parcours comparable à celui de certaines GAFA ! Résumons la situation. Nous avons donc des indices boursiers qui évoluent dans la stratosphère et un VIX sous les 10. Tout le monde semble contempler la galaxie du même côté du vaisseau spatial. Mais attention, si les opérateurs ont tous des étoiles dans les yeux, ils feraient mieux de garder les pieds au sec... car pour l'instant, ils lévitent au-dessus d'un océan de dettes ! Alors bonnes vacances à tous mais un bon conseil : ne faites pas comme ceux qui nous disent que si le VIX est bas et la couverture si peu chère, c'est parce qu'elle est inutile et qu'il ne se passera rien. C'est d'ailleurs tout l'objet de la prochaine stratégie de ma lettre à paraître demain soir : avec Gilles nous avons mis en place quelques couvertures et un trade sur un actif qui devrait s'envoler au moindre rafraichissement des marchés. (commandez ma lettre + recevez mon livre ici)

Philippe a présenté son livre sur BFM Business

 

Cet article Notre conseil avant les vacances : soyez contrarien est apparu en premier sur La Bourse au Quotidien.

]]>
http://labourseauquotidien.fr/conseil-vacances-contrarien-vix/feed/ 2
Janet Yellen recule sur les relèvements de taux http://labourseauquotidien.fr/janet-yellen-recule-relevements-taux/ http://labourseauquotidien.fr/janet-yellen-recule-relevements-taux/#respond Thu, 27 Jul 2017 07:00:18 +0000 http://labourseauquotidien.fr/?p=62066 fed_taux_yellen

Hier soir, la Fed a maintenu ses taux inchangés en soulignant notamment la faiblesse de l'inflation. Propos qui éloignent la probabilité d'un nouveau tour de vis monétaire d'ici la fin de l'année (désormais estimée à 47,5% contre 52% la veille). En conséquence, l'eurodollar s'est de nouveau envolé, au-delà des 1,17$ hier soir.

Au niveau de la macroéconomie, on surveillera cet après-midi les inscriptions hebdomadaires au chômage ainsi que l'évolution des commandes de biens durables au mois de juin.

Au niveau corporate

L'actualité est assez chargée en ce jeudi.

  • Vallourec (FR0000120354) ouvrait en hausse de 4% sur les 5,60€, après l'annonce d'une réduction de ses pertes au premier semestre et un relèvement de ses objectifs annuels. Son résultat brut d'exploitation est désormais attendu entre 125 et 175 M€ contre une hausse de 50 à 100 M€ escomptée auparavant) suite à un marché plus dynamique que prévu aux Etats-Unis.
  • Schneider Electric (FR0000121972) bondissait de près de 5% sur les 69€ après le relèvement de ses objectifs 2017. La croissance organique est désormais attendue entre +3/4% contre -1/+3% comme fourchette antérieure.
  • Nokia (FI0009000681) flambait de 5% au-dessus des 5,50€, après la publication d'un bénéfice trimestriel meilleur que prévu.
  • Bonne orientation également pour Orange (FR0000133308), en hausse de 2,5% vers les 14,70€, le marché saluant le retour de la croissance de ses ventes dans l'Hexagone au deuxième trimestre (une première depuis 2009).
  • Dassault Aviation (FR0000121725) grimpe de 5% sur les 1270€, après la hausse de 64% à 390 M€ de son bénéfice net au premier semestre.
  • Danone (FR0000120644) s'appréciait de 2% sur les 65,50€, le marché saluant la bonne tenue de la rentabilité au premier semestre malgré une faible croissance de ses ventes.
  • Elis (FR0012435121) progressait de 2% sur un nouveau plus haut annuel vers les 21€, en réaction à un ajustement à la hausse de ses prévisions 2017.
  • Capgemini (FR0000125338) évoluait en hausse de 3% sur les 97€ (avant de se montrer ensuite plus indécis en retour vers l'équilibre), la SSII étant portée par le retour de la croissance en Amérique du Nord.
  • Orientation en séance assez similaire pour Total (FR0000120271) qui, après une hausse initiale de plus de 1% sur les 44€ refluait autour de l'équilibre, le géant pétrolier ayant toutefois dépassé les attentes au deuxième trimestre et confirmé ses efforts de réductions de coûts.
  • Assez peu de réactions sinon pour Accor (FR0000120404), qui évoluait autour de l'équilibre sur les 41,50€, le groupe hôtelier visant toujours un résultat d'exploitation de 460 à 480 millions d'euros pour cette année.

A l'inverse du côté des baisses nous avons :

  • Technicolor (FR0010918292) qui plonge de 15% sur les 3,20€, en réaction à un creusement de ses pertes au premier semestre ;
  • Airbus (NL0000235190) chute de près de 4% sur les 72€, suite à une performance trimestrielle inférieure aux attentes (avec notamment une baisse de plus de 27% de son bénéfice opérationnel ajusté à 859 M€, contre près de 878 M€ attendu en moyenne par le consensus). Un coup dur alors qu'hier, Boeing s'envolait de plus de 8% sur amélioration de ses perspectives et des résultats meilleurs que prévus ;
  • LVMH (FR0000121014) reculait de 2% sous les 213€, suite à des projections toujours prudentes pour le second semestre ;
  • Solocal Group (FR0012938884) sombrait de 10% de retour sous les 1€ après l'abaissement de ses perspectives 2017 ;
  • Après sa suspension de cotation la veille, Elior (FR0011950732) ouvrait en important gap baissier de 10% sur les 21,50€ après l'annonce surprise du départ de son P-DG ;
  • Imerys (FR0000120859) chutait de 8% à 74€ sur fond d'une rentabilité semestrielle un peu décevante et de prévisions assez conservatrices ;
  • Suez Environnement (FR0010613471) reculait de 2% sur les 15,60€, alors que la branche eau a été pénalisée par le recul des volumes ;
  • Après une ouverture en hausse, Casino (FR0000125585) reculait de près de 5% en milieu de matinée vers les 52,50€, et ce malgré le relèvement de son objectif de rentabilité annuelle ;
  • ArcelorMittal (LU1598757687) ouvrait dans le rouge sous les 22€, le sidérurgiste ayant manqué les attentes du consensus sur sa rentabilité du premier semestre mais relevé ses prévisions de demande mondiale d'acier.

Résultat des courses, le CAC aligne une quatrième séance de hausse ce matin et revient au-delà des 5 200 points. Après cette série de hausse, on se montrera plus prudent car l'indice pourrait consolider vers les 5 155 points dans un premier temps voire les 5 130 points ensuite.

CAC40
Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Cet article Janet Yellen recule sur les relèvements de taux est apparu en premier sur La Bourse au Quotidien.

]]>
fed_taux_yellen

Hier soir, la Fed a maintenu ses taux inchangés en soulignant notamment la faiblesse de l'inflation. Propos qui éloignent la probabilité d'un nouveau tour de vis monétaire d'ici la fin de l'année (désormais estimée à 47,5% contre 52% la veille). En conséquence, l'eurodollar s'est de nouveau envolé, au-delà des 1,17$ hier soir. Au niveau de la macroéconomie, on surveillera cet après-midi les inscriptions hebdomadaires au chômage ainsi que l'évolution des commandes de biens durables au mois de juin.

Au niveau corporate

L'actualité est assez chargée en ce jeudi.
  • Vallourec (FR0000120354) ouvrait en hausse de 4% sur les 5,60€, après l'annonce d'une réduction de ses pertes au premier semestre et un relèvement de ses objectifs annuels. Son résultat brut d'exploitation est désormais attendu entre 125 et 175 M€ contre une hausse de 50 à 100 M€ escomptée auparavant) suite à un marché plus dynamique que prévu aux Etats-Unis.
  • Schneider Electric (FR0000121972) bondissait de près de 5% sur les 69€ après le relèvement de ses objectifs 2017. La croissance organique est désormais attendue entre +3/4% contre -1/+3% comme fourchette antérieure.
  • Nokia (FI0009000681) flambait de 5% au-dessus des 5,50€, après la publication d'un bénéfice trimestriel meilleur que prévu.
  • Bonne orientation également pour Orange (FR0000133308), en hausse de 2,5% vers les 14,70€, le marché saluant le retour de la croissance de ses ventes dans l'Hexagone au deuxième trimestre (une première depuis 2009).
  • Dassault Aviation (FR0000121725) grimpe de 5% sur les 1270€, après la hausse de 64% à 390 M€ de son bénéfice net au premier semestre.
  • Danone (FR0000120644) s'appréciait de 2% sur les 65,50€, le marché saluant la bonne tenue de la rentabilité au premier semestre malgré une faible croissance de ses ventes.
  • Elis (FR0012435121) progressait de 2% sur un nouveau plus haut annuel vers les 21€, en réaction à un ajustement à la hausse de ses prévisions 2017.
  • Capgemini (FR0000125338) évoluait en hausse de 3% sur les 97€ (avant de se montrer ensuite plus indécis en retour vers l'équilibre), la SSII étant portée par le retour de la croissance en Amérique du Nord.
  • Orientation en séance assez similaire pour Total (FR0000120271) qui, après une hausse initiale de plus de 1% sur les 44€ refluait autour de l'équilibre, le géant pétrolier ayant toutefois dépassé les attentes au deuxième trimestre et confirmé ses efforts de réductions de coûts.
  • Assez peu de réactions sinon pour Accor (FR0000120404), qui évoluait autour de l'équilibre sur les 41,50€, le groupe hôtelier visant toujours un résultat d'exploitation de 460 à 480 millions d'euros pour cette année.
A l'inverse du côté des baisses nous avons :
  • Technicolor (FR0010918292) qui plonge de 15% sur les 3,20€, en réaction à un creusement de ses pertes au premier semestre ;
  • Airbus (NL0000235190) chute de près de 4% sur les 72€, suite à une performance trimestrielle inférieure aux attentes (avec notamment une baisse de plus de 27% de son bénéfice opérationnel ajusté à 859 M€, contre près de 878 M€ attendu en moyenne par le consensus). Un coup dur alors qu'hier, Boeing s'envolait de plus de 8% sur amélioration de ses perspectives et des résultats meilleurs que prévus ;
  • LVMH (FR0000121014) reculait de 2% sous les 213€, suite à des projections toujours prudentes pour le second semestre ;
  • Solocal Group (FR0012938884) sombrait de 10% de retour sous les 1€ après l'abaissement de ses perspectives 2017 ;
  • Après sa suspension de cotation la veille, Elior (FR0011950732) ouvrait en important gap baissier de 10% sur les 21,50€ après l'annonce surprise du départ de son P-DG ;
  • Imerys (FR0000120859) chutait de 8% à 74€ sur fond d'une rentabilité semestrielle un peu décevante et de prévisions assez conservatrices ;
  • Suez Environnement (FR0010613471) reculait de 2% sur les 15,60€, alors que la branche eau a été pénalisée par le recul des volumes ;
  • Après une ouverture en hausse, Casino (FR0000125585) reculait de près de 5% en milieu de matinée vers les 52,50€, et ce malgré le relèvement de son objectif de rentabilité annuelle ;
  • ArcelorMittal (LU1598757687) ouvrait dans le rouge sous les 22€, le sidérurgiste ayant manqué les attentes du consensus sur sa rentabilité du premier semestre mais relevé ses prévisions de demande mondiale d'acier.
Résultat des courses, le CAC aligne une quatrième séance de hausse ce matin et revient au-delà des 5 200 points. Après cette série de hausse, on se montrera plus prudent car l'indice pourrait consolider vers les 5 155 points dans un premier temps voire les 5 130 points ensuite.

CAC40 Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Cet article Janet Yellen recule sur les relèvements de taux est apparu en premier sur La Bourse au Quotidien.

]]>
http://labourseauquotidien.fr/janet-yellen-recule-relevements-taux/feed/ 0