Un second aveu d’impuissance des Banques centrales… par le président de la FED de NYC

Rédigé le 16 octobre 2015 par | Toutes les analyses Imprimer

William Dudley, le très puissant Président de la FED de New York, vient de délivrer jeudi soir le second « aveu » d’impuissance des banques centrales, après celui de Vitor Constancio mercredi : il estime que le choix de la politique monétaire doit être ajustée non seulement en fonction des chiffres économiques mais également  des anticipations des marchés.La FED prétendait pourtant imposer sa stratégie aux marchés en prenant juste la précaution de ne pas les prendre par surprise, par le biais de la forward guidance (autrement dit de la pure « comm »)

Bill Dudley admet maintenant – ce que nos lecteurs savaient déjà depuis 2010 – que ce sont bel et bien les « humeurs » de Wall Street qui déterminent la stratégie de la FED et non l’inverse.

Tout le monde le sait, mais cela n’avait pas encore été « verbalisé » de façon aussi explicite, et qui plus est, par le patron de la FED qui à comme rôle la supervision de Wall Street (et non l’inverse !).

Et ce que Wall Street veut, ce sont des taux éternellement nuls – et pourquoi pas négatifs si l’on écoute bien d’autres membres de la FED comme L.Brainart et N.Kocherlakota cette semaine – et une expansion inexorable des « QE », c’est-à-dire des liquidités toujours plus surabondantes pour refroidir le cœur du réacteur spéculatif.

Mots clé : -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire