La Fed craint la déflation ; le dollar s’enfonce

Rédigé le 27 septembre 2010 par | Matières Premières Imprimer


Par Jérôme Revillier, analyste et responsable d’un service de trading sur le Forex

Tensions en hausse
Durant le Salon du Trading, lors de la table ronde à laquelle je participais aux côtés de plusieurs stratégistes Forex, j’ai insisté sur l’amplification des tensions nationales et internationales qui pourraient peser sur l’économie mondiale.

Les récents développements en France me poussent encore à vous alerter sur la nouvelle menace qui pèse sur le monde et donc sur les marchés.

Montée des extrêmes et des menaces
En Suède, c’est l’extrême droite qui fait une entrée historique au parlement, sur fond de discours nationaliste. Cela fait suite à plusieurs faits similaires en Suisse, en Allemagne et aux Pays-Bas où les thèses extrémistes séduisent de plus en plus d’électeurs en mal de représentation. Aux Etats-Unis aussi, les ultra-conservateurs progressent et mettent la pression sur Barack Obama.

Partout, les gouvernements sont poussés vers le protectionnisme afin de préserver leur électorat. Les menaces terroristes pourraient également peser sur l’économie des transports et du tourisme déjà très exposée.

Comme vous le savez déjà, la croissance économique mondiale ne peut être viable que dans un monde pacifié et optimiste. Nous vivons exactement le contraire avec un très fort risque de surenchère.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le marché qui illustre le mieux les rapports internationaux reste le Forex. L’incertitude, déjà à un niveau élevé, rend très difficile toute prévision moyen terme.

La Fed craint la déflation
Le début de la semaine dernière a surtout été marqué par le compte-rendu de la réunion du Comité monétaire de la Réserve fédérale mardi soir.

Depuis quelques semaines déjà, la Banque centrale américaine, par la voix de Ben Bernanke prépare le terrain à de nouvelles mesures d’assouplissement sans toutefois êtres très claire.

Mercredi matin, nous restions dans le flou : la Fed laissant planer d’imminentes mesures d’assouplissement sans vraiment les appliquer.

En revanche, elle nous fait part avec un tact infini de ses craintes de voir ressurgir le spectre de la déflation.

Voilà qui a immédiatement jeté mardi soir le dollar au tapis.

Et c’était voulu ! Désormais, le jeu est de mettre la pression sur le billet vert pour doper les exportations, rassurer les marchés, tout en ménageant les créanciers et le déficit public.


On appelle aussi ça la dévalorisation compétitive !

EUR/USD : Objectif 1,3500
Dans ce contexte, l’euro est appelé à continuer son appréciation sauf intervention plus engagée de la BCE.

Le scénario que j’indiquais mardi matin dans l‘Edito Matières Premières (techniquement, la paire teste actuellement la résistance à 1,3140/1,3150, et en cas de franchissement devrait aller tester 1,3260) se déroule comme je l’attendais : la rupture des résistances nous a amené directement sur 1,33$ mercredi matin.

Graphique de l'EUR/USD

Mon premier objectif à 1,3250 est atteint et la voie semble désormais ouverte vers les 1,35$, qui correspondent à la zone de retracement des 50% de la baisse initiée depuis fin 2009.

Toutefois, la prudence est toujours de mise, placez vos stops et protéger votre capital !

Mots clé : - - -

Jérôme Reviller
Jérôme Reviller

Passionné de finance et autodidacte, Jérôme Revillier dirige aujourd’hui une société de gestion spécialisée sur le marché des changes. Il collabore avec des investisseurs particuliers avertis, des institutionnels ou encore des hedge funds cherchant de la performance absolue.

Vous pouvez croiser Jérôme sur des salons comme Actionaria, le salon du Trading ou le salon de l’Analyse Technique – il parcourt aussi la France, la Suisse et la Belgique pour rencontrer les investisseurs et leur faire partager son approche bien particulière des marchés.

Un commentaire pour “La Fed craint la déflation ; le dollar s’enfonce”

  1. […] n'est qu'artificielle, comme le montre le graphique ci-dessus. Car elle est exprimée en dollars, une monnaie qui ne cesse de perdre de la valeur. Si vous prenez en compte l'évolution de l'or — que les banques centrales ne peuvent pas […]

Laissez un commentaire