La Fed a bon « Dow »

Rédigé le 26 novembre 2009 par | Analyses indices, Big caps, US Imprimer

La semaine de Thanksgiving n’est guère propice à la matérialisation de gros écarts à la baisse si tout va mal. A l’inverse, tous les prétextes sont bons pour tirer les cours si l’actualité le permet. L’année dernière, le Dow Jones avait bondi de +10% au cours des quatre séances précédant le plus gros week-end de dépenses festives aux USA : l’indice s’était envolé de 8 050 à 8 830 points.

Le Dow Jones a brièvement tutoyé les 10 500 points lundi dernier en début de séance, dans le sillage d’un dollar littéralement matraqué suite aux déclarations d’un membre de la Fed de Saint Louis (James Bullard) qui prône le maintien des rachats de créances bancaires (en échange de liquidités quasi gratuites) au-delà du mois d’avril, puis de la politique de taux zéro jusqu’en 2012.

C’est une véritable provocation pour la BCE ou pour la BoJ (Bank of Japan) mais c’est exactement le genre de déclarations que Wall Street aime entendre. La « sortie » de M. Bullard (après celle de Richard Fisher le week-end précédent, et de Sandra Pianalto sur « helicopter Ben » 15 jours auparavant) a fait bondir le Dow Jones. C’est, encore une fois, l’absurdité de la situation actuelle des marchés : les indices carburent aux mauvaises nouvelles.

Le DJIA a donc gagné pas moins de 175 points au bout de quarante minutes de cotations et pulvérisé d’entrée de jeu son précédent record qui était de 10 438 points (le 17 novembre), dans des conditions strictement identiques : la Fed torpillait le dollar par des promesses de taux bas à perte de vue.

Mais à 10 495 points, le Dow Jones se retrouve dans la même situation qu’à la mi-août, mi-septembre, mi-octobre puis mi-novembre, c’est à dire au contact de la résistance oblique moyen terme obtenue en projetant les sommets de la mi-mai et de la mi-juin.

Dow Jones

Beaucoup de chartistes doutent logiquement qu’une telle perfection géométrique (du canal ascendant) soit le fruit du hasard et le simple reflet d’une « psychologie » obstinément haussière du marché.

Et quand cela paraît trop beau pour être vrai, c’est que… c’est effectivement trop beau, comme le démontre la décrue régulière des volumes depuis le début du mois de novembre.

Les acheteurs ne sont pas là mais ceux qui orchestrent la hausse ne chôment pas. Il faut certes de bons ordinateurs pour lisser la hausse, éliminer les petits accrocs à la baisse, etc. Mais il faut surtout bénéficier d’une complicité de la Fed de tous les instants pour défendre la MM50 (testée les 2 octobre et 2 novembre).

Et avec les trous d’air successifs sur le dollar (survenant le lundi), il est beaucoup plus facile de gérer une consolidation durant le reste de la semaine : si le Dow Jones rechute ensuite sous les 10 000 points, pas de problème, la Fed envoie le billet vert au tapis dès le dimanche suivant — juste ce qu’il faut pour restaurer une tendance bullish.

Nous pouvons considérer qu’une succession historique de quatre extensions du mouvement haussier primaire depuis juillet reflète bel et bien une volonté inflexible de propulser le Dow Jones vers le plancher de la mi-septembre 2008, à savoir 10 450 points/10 600 points (extrêmes en intraday et en clôture).

L’objectif est atteint à 48 heures de Thanksgiving. Mission accomplie, les ouvriers ont bien travaillé, ils peuvent aller percevoir, l’esprit serein, leurs bonus !

La suite des événements est assez facile à imaginer. Soit le Black Friday déçoit et il faudra soutenir le moral des consommateurs en tirant le Dow vers 10 600, soit les ventes rassurent et il n’y a plus qu’à le laisser rechuter sous les 10 000 points, en direction des 9 450 (MM100) puis des 9 080 points (zénith de début janvier).

Sur ce, surveillez ce que l’on ne vous dit pas !

Ph. B

NDLR : Et pour être sûr d’appliquer la bonne stratégie en fonction de ce qui se passe mais ne se dit pas, des bruits de couloir, rumeurs, et analyses de salles de marché, appelez le 0899 88 20 36*. Philippe vous dévoile chaque jour son analyse et vous donne l’opportunité à jouer pour vous défier des marchés !

*1,35 euro + 0,34 euro / minute.

Pour la Belgique : composez le 902 33110, chaque appel vous sera facturé 0,75 euro / minute.

Pour la Suisse : composez le 901 801 889, chaque appel vous sera facturé 2  CHF / minute.

Mots clé : - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Un commentaire pour “La Fed a bon « Dow »”

  1. je fais une observation qui me semble conforter votre sentiment : si l’on joint le point bas de début mars 2008, juillet 2009 et octobre 2009 on se trouve face à un triangle qui rejoint le canl ascendant haut vers mi decembre 2009 : la sortie sera vers le haut ou le bas ? je pense le bas vers le bas en considérant les volumes.
    Début de la fin de la hausse ? retournement après la « lutte finale » ?

Laissez un commentaire