Inflation : faut-il redouter une contamination des PPI vers les CPI ?

Rédigé le 11 juillet 2018 par | Statistiques et données macro Imprimer

InflationLes prix à la production aux Etats-Unis (PPI) augmentent de 0,3% en séquentiel (d’un mois sur l’autre), qu’il s’agisse du taux avec ou sans les éléments volatils (nourriture, énergie).

Ce n’est pas vraiment une surprise mais cela confirme une tendance modérément inflationniste bien installée depuis un an, avec un taux brut d’appréciation des prix de 3,4% et de 2,7% hors pétrole et denrées alimentaires.

Ceci reste en deçà de l’évolution du PPI chinois, qui connaît une accélération beaucoup plus brutale au mois de juin, passant de 4,1% à 4,7% (après 3,4% en avril).

Les prix à la consommation moins frappés

Cette dégradation reflète le récent renchérissement des prix du charbon et du pétrole brut… mais pour tempérer un peu le sentiment que l’inflation dérape, il faut s’intéresser aux prix à la consommation (CPI), qui ne progressent que de 0,1% (à +1,9%) au mois de juin.

Or le niveau d’inflation recherché par la PBOC n’est pas de 2% comme en Europe ou aux Etats-Unis : il est de 3%.

Une contamination des CPI par les PPI ne semble pas encore avérée… mais est-elle évitable ?

Un peu plus d’emplois, mais un peu moins d’inflation salariale : c’est « Goldilocks »

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Mots clé : - -

Laissez un commentaire