Faut-il parier tout de suite sur la recovery de PARROT ?

Rédigé le 20 novembre 2013 par | Mid et Small Caps Imprimer

Aujourd’hui, cher lecteur, je voudrais revenir sur le dossier PARROT (FR0004038263). C’était l’une de mes valeurs fétiches. Je l’avais d’ailleurs recommandée en début d’année aux abonnés de Mes valeurs de Croissance. Nous nous en sommes toutefois séparés en mars dernier suite à des résultats décevants – après un achat à 25,80 euros, nous avons pris des bénéfices le 16 janvier à 31 euros avant de solder totalement notre ligne le 13 mars à 28 euros.

Bien nous en a pris car, depuis, l’action n’a cessé de dégringoler au point de revenir actuellement sur des niveaux de 18 euros. La baisse atteint 36% depuis le 1er janvier pour une capitalisation revenue à 230,4 millions d’euros… Faisons le point.

• Une année de transition…

En novembre 2012, dans Mes valeurs de Croissance, j’indiquais à mes abonnées qu’en raison du lancement de nouveaux produits, il était possible de voir les marges du groupe s’éroder à court terme. Je ne croyais pas si bien dire… En effet, l’exercice 2013 est décevant. Au T1, le chiffre d’affaires a reculé de 11% tandis que résultat opérationnel a lâché pas moins de 92%. Le T2, quant à lui, inscrit une baisse de 13% et un résultat opérationnel en chute de 74%. Enfin, les ventes du T3 perdent 23% avec un résultat opérationnel en chute de 80%…

Il faut bien comprendre que la baisse de l’activité dans les kits mains libres installés continue alors que les produits de remplacement ne sont pas encore arrivés à maturité. A cela s’ajoute, bien entendu, une conjoncture très dégradée dans le secteur automobile qui n’est pas un élément favorable actuellement. Bref, 2013 est une année de transition. On attend notamment le lancement de nouveaux produits – sans doute présentés au fameux CES de Las Vegas en janvier prochain. Parallèlement, PARROT poursuit ses efforts de recherche et développement.

Donc pour résumer la situation : des produits vieillissants en attente de renouvellement + des efforts de R&D qui se poursuivent = tassement très net des marges. Et c’est ce que l’on peut voir sur PARROT depuis le début de l’année – qualifiée donc à juste titre d’année de transition.

• … et une recovery à venir

2014 pourrait également être une année assez quelconque avec de faibles marges, autour de 2,5% – comme en 2013 – avant le vrai redémarrage en 2015 sur fond de montée en puissance de l’infotainment et surtout de l’AR Drone 3 (quadricoptère à piloter depuis son smartphone). Il ne faut donc pas attendre de grande envolée ni de l’activité, ni de la rentabilité d’ici 2015. Néanmoins, la Bourse est l’école des anticipations. Il est donc possible que certains investisseurs se mettent à acheter le titre pour jouer une remontée des marges.

Depuis son plus-bas annuel atteint le 15 novembre suite à la publication de ses résultats, le titre a déjà repris plus de 4%. Ses ratios restent très chers même sur 2014 avec un PER supérieur à 50 et une VE/ROC supérieure à 20. Mais il ne faut tout de même pas enterrer trop vite la société qui a certes déçu cette année mais qui dispose tout de même d’une situation financière saine avec notamment plus de 80 millions d’euros de trésorerie nette, soit au cours actuel plus de 30% de la capitalisation boursière.

• Que faire sur l’action alors ?

Dans ces conditions, acheter l’action aujourd’hui revient à jouer le pari de la recovery… Pour tout vous dire, même si je n’exclus pas une remontée vers les 20 euros, il me semble qu’il est plus prudent d’attendre fin février avec les résultats annuels et les perspectives 2014 et 2015 avant de se repositionner sur la valeur. C’est un pari à prendre… risqué comme tous les paris boursiers sur des recoveries.

_____________________Pour vous aider dans vos investissements______________________

VENEZ NOUS RENDRE VISITE SUR LE SALON ACTIONARIA !

Nous serons présents sur les 22 & 23 novembre, au Palais des Congrès, Porte Maillot, stand E05, espace Mid&Small Caps.

Venez discuter avec nos rédacteurs, écouter leurs analyses et profiter des offres exceptionnelles que nous vous réservons pour ces deux jours ! Voici d’ailleurs les horaires pour rencontrer nos rédacteurs :           

  • Eric Lewin : vendredi et samedi entre 14h et 16h30
  • Philippe Béchade : vendredi et samedi entre 11h et 13h30
  • Mathieu Lebrun : le vendredi entre 15h et 17h et le samedi entre 10h30 et 12h30
  • Simone Wapler : vendredi et samedi entre 16h et 18h

Et bien sûr, toute l’équipe sera là pour vous renseigner, répondre à vos questions et échanger avec vous !

Inscrivez-vous dès maintenant pour entrer gratuitement !

A très vite,

Nathalie Boneil

Mots clé : - - -

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

Laissez un commentaire