Faut-il jouer PAGES JAUNES ?

Rédigé le 3 décembre 2012 par | Mid et Small Caps Imprimer

Le 27 novembre dernier, le groupe PAGES JAUNES (FR0010096354) a enfin réussi le refinancement de sa dette bancaire. Le remboursement de la dette du groupe a été repoussé jusqu’en septembre 2015 et non plus novembre 2013. Paradoxalement, cette annonce a laissé le marché de marbre avec une baisse de l’action de 4%. Certes, vous pouvez me rétorquer que l’action vient de prendre 22% en un mois sur fond de résolution de la crise de cette dette mais c’est un peu court… si le titre demeure sous pression actuellement, c’est qu’il y a encore quelques incertitudes.

D’abord il faut comprendre que la dette du groupe s’élève tout de même de 1,7 milliard d’euros. Certes, une grande partie interviendra dans trois ans mais il faut, d’ici là, sortir suffisamment de résultats pour être capable de la rembourser. En fait, même si sa rentabilité opérationnelle est de 40%, le groupe a du mal à imposer son positionnement Internet. Le chiffre d’affaires dans cette activité progresse de l’ordre de 10% quand il baisse en moyenne de 15% dans les imprimés. D’ailleurs, qui a encore des bottins ? Qui se sert encore de ces gros annuaires qui prennent une place folle ? Sans doute peu de monde. Logiquement donc, PAGES JAUNES ambitionne de faire passer la part de l’Internet à 70% de son chiffre d’affaires contre 57% actuellement… Cela permettrait de faire progresser son chiffre d’affaires qui reste désespérément stable…

Alors pour quand ces 70% ? 2013, 2014 ? C’est assez urgent et cela conditionne le positionnement de l’action aux yeux des investisseurs…

_____________________Pour vous aider dans vos investissements______________________

« Pour moi, cela ne fait aucun doute : pour gagner de l’argent en Bourse, il faut viser les small, et surtout les mid caps. » Eric Lewin

La plupart des informations dont Eric dispose ne peuvent pas être diffusées dans les médias. Or ces analyses essentielles pourraient vous permettre de profiter des meilleures opportunités de marché et viser des plus-values exceptionnelles !

Aujourd’hui, Eric Lewin a décidé de lancer sa propre lettre confidentielle d’investissement pour VOUS faire profiter de ses informations en exclusivité.

Pour en profiter sans attendre : c’est ici !

L’autre explication mettant actuellement le titre sous pression a trait à son actionnariat. Le principal actionnaire des PAGES JAUNES se nomme Mediannuaire (55% du capital). Or, ce groupe est très endetté et ne peut plus compter sur les dividendes versés par PAGES JAUNES pour obtenir un peu d’oxygène. Pour réduire cet endettement, le groupe négocie avec ses banques afin de réduire sa dette contre des titres. Le mécanisme est assez simple à comprendre. Les banques créancières de Mediannuaire vont prendre des actions PAGES JAUNES en échange d’une réduction de la dette de la société… Mais que vont-ils faire des titres PAGES JAUNES, sans doute plus de 25% du groupe ? Ils n’ont pas tellement d’intérêt à rester dans un groupe aussi dangereux. Ils vont sans doute les vendre, soit sur le marché, soit à un nouvel actionnaire qui prendrait donc ce bloc de titres.

Dans le premier cas, cela provoquerait un afflux de titres sur le marché ce qui imprimerait donc une forte baisse du cours. Dans le second cas, il faudrait trouver le groupe capable de racheter la participation de Mediannuaire. On pense bien sûr à un groupe comme le FSI ou peut-être à de grands groupes de l’Internet européen mais rien n’est sûr et rien n’est décidé… Ce qui fait que l’action PAGES JAUNES, en dépit d’une baisse de 78% en trois ans, n’est pas encore considérée comme un placement assez sûr pour intéresser les investisseurs.

Il faut donc, ami lecteur, être encore très prudent sur ce dossier, même si une embellie est en vue. Armez-vous vraiment de patience si vous voulez acheter le titre… Je ne le ferai pas encore mais peut-être est-ce un aveu d’une extrême prudence…

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

Laissez un commentaire