FAURECIA victime de sa communication

Rédigé le 17 janvier 2013 par | Mid et Small Caps Imprimer

Mardi dernier, à ma grande surprise, FAURECIA, le célèbre équipementier automobile, a publié une estimation avancée de ses résultats annuels. Si je vous avoue avoir été quelque peu surpris, c’est tout simplement parce que les résultats annuels officiels sont attendus pour le 12 février prochain. Pourquoi donc, à un mois près, avancer l’échéance ? Selon la direction du groupe, cette initiative s’inscrit dans un « souci de transparence »…

Pourtant, le communiqué publié reste à mon sens relativement opaque. Aucune mention sur l’évolution de l’actionnariat du groupe. Pas un mot sur un quelconque désengagement de Peugeot qui détient plus de 57% du capital. La rumeur d’une cession de la participation du constructeur automobile avait pourtant fait bondir FAURECIA (FR0000121147) de près de 15% depuis le début de l’année. De ce point de vue, qu’en est-il vraiment de la transparence ? Visiblement, elle ne s’applique qu’aux résultats et à la dette…

Loin de moi l’idée de critiquer le management du groupe, cher lecteur, mais permettez-moi tout de même de vous partager ma perplexité. J’ai vraiment du mal à comprendre pourquoi FAURECIA a avancé d’un mois la publication de ses résultats sans évoquer le tour de table. Cela d’autant que cette annonce a clairement cassé la dynamique haussière de l’action (-6% en clôture).

Des stocks et une dette qui enflent

Les résultats ne sont pas bons avec une chute de l’ordre de 62% du bénéfice net à 140 millions d’euros – due notamment à des charges de restructuration de l’ordre de 84 millions d’euros. Les raisons vous les connaissez, FAURECIA a subi de plein fouet le ralentissement du marché automobile européen l’an dernier.

Le groupe est encore trop présent sur le Vieux Continent. Il ne peut donc pas, comme Plastic Omnium (FR0000124570), réellement profiter du dynamisme des émergents pour compenser la dégradation du marché européen de l’automobile. Et cela ne devrait pas s’arranger pour le moment puisque la production automobile devrait reculer de l’ordre de 12% sur le premier trimestre… Bien entendu, une telle faiblesse de la demande dans une industrie si capitalistique joue sur le besoin en fonds de roulement, avec une augmentation des stocks et une baisse des créances clients…

La situation financière s’est nettement détériorée avec une forte augmentation de la dette. Elle est passée en un an de 1,2 milliard d’euros à 1,8 milliard d’euros. C’est énorme et cela m’amène à m’interroger sur un maintien des notes du groupe – déjà classées en catégorie spéculative… Pour rappel, Moody’s avait abaissé, en octobre dernier, la perspective de notation de FAURECIA de « stable » à « négative ». Avec un gearing maintenant nettement supérieur à 100%, le groupe est dans une position assez inconfortable…

Faut-il jouer le titre ?

Parlons maintenant des ratios boursiers du groupe. Ceux-ci restent dans la moyenne du secteur avec un PER de 10 et une VE/ROC de 7. Mais, franchement, quand vous voyez l’état actuel du marché automobile européen, avez-vous vraiment envie d’acheter une telle valeur ? Clairement pas…

Pourtant, au moindre frémissement du marché – pour des raisons conjoncturelles ou encore structurelles –, FAURECIA pourrait réserver bien des surprises cette année. N’oublions pas que l’action valait encore plus de 20 euros il y a moins d’un an…

On s’abstient donc pour le moment de jouer le titre mais on guette toutefois les signes d’embellie.

_____________________Pour vous aider dans vos investissements______________________

« Pour moi, cela ne fait aucun doute : pour gagner de l’argent en Bourse, il faut viser les small, et surtout les mid caps. » Eric Lewin

La plupart des informations dont Eric dispose ne peuvent pas être diffusées dans les médias. Or ces analyses essentielles pourraient vous permettre de profiter des meilleures opportunités de marché et viser des plus-values exceptionnelles !

Aujourd’hui, Eric Lewin a décidé de lancer sa propre lettre confidentielle d’investissement pour VOUS faire profiter de ses informations en exclusivité.

Pour en profiter sans attendre : c’est ici !

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

Laissez un commentaire