Il faudra bien finir par admettre l’existence de la guerre commerciale…

Rédigé le 21 septembre 2018 par | Toutes les analyses Imprimer

Le protectionnisme américain contre la ChineContrairement à ce que les marchés pourraient laisser croire, la guerre commerciale est une réalité – tout ce qu’il y a de plus concret. Les énièmes records historiques inscrits hier par le Dow Jones et le S&P500 le prouvent : les investisseurs font la sourde oreille… alors même que Trump a annoncé taxer 200 Mds$ d’importations chinoises.

« C’est déjà pricé par le marché ! » ; « cela n’affectera que la Chine et profitera à l’économie américaine » ! Voilà comment raisonnent les investisseurs.

Déni quand tu nous tiens !

Aux Publications Agora, cette propension sidérante à aborder la réalité avec des œillères sous prétexte qu’elle se révèle gênante nous indispose.

D’autant que, comme l’écrit Jim Rickards dans Projet Prophesy, « Donald Trump ne bluffe pas et les Chinois ne reculeront pas ». Désormais connu pour son sens de l’enfumage, le président américain n’est plus pris au sérieux, mais l’approche des élections de mi-mandat le rend plus décidé, plus pugnace, plus résolu à rendre gorge à Pékin. Peut-être plus dangereux et à même de partir en vrille aussi…

Privilégier les sociétés aux fondamentaux solides

« Trump a déjà annoncé qu’il était prêt à appliquer encore d’autres tarifs douaniers, si la Chine poursuivait sa riposte », poursuit Jim, qui s’étonne à juste titre que la tout dernière série de sanctions douanières et de menaces de ripostes n’a pas suscité le moindre élan d’inquiétude des marchés.

Pourtant, « la guerre commerciale est bien réelle, et apparemment pire que celle des années 1930, pendant la Grande Dépression », nous avertit Jim, et dans ce contexte il est préférable de « cibler des sociétés possédant de solides fondamentaux, un business model international, et des produits à forte valeur ajoutée qui génèreront des bénéfices indépendamment de la tournure que prendra la guerre commerciale » (c’est d’ailleurs exactement l’objet de sa dernière recommandation : Jim conseille une stratégie bien précise pour se positionner sur un géant des semi-conducteurs qui tirera son épingle du jeu quoi que décident Trump et la Chine. Potentiel ? 150% de gain d’ici début 2019. Pour rejoindre ceux qui suivent sa stratégie, c’est ici).

Toutefois, pour compliqué que le marché puisse être actuellement pour des entreprises qui ne remplissent pas tous ces critères, il est encore possible de faire de jolis coups à très court terme. Hier, Mathieu a fait gagner 13% sur Bolloré à ses abonnés, en moins d’une heure. Sa stratégie de day trading par SMS continue d’enregistrer des gains ! Pour connaître sa méthode et ses (précieux) conseils, et prétendre à des gains de trois voire quatre chiffres, c’est ici !

Faisons le tri parmi les boniments préélectoraux de Donald Trump !

Mots clé : - - -

Guillaume Duhamel
Guillaume Duhamel

Guillaume Duhamel suit l’actualité boursière au quotidien depuis plus de 5 ans. Historien diplômé de l’Université de Paris IV-Sorbonne et journaliste de formation, passé également par le sport et le développement durable, il voue un intérêt particulier aux small et midcaps, ainsi qu’aux secteurs de l’énergie et de l’aéronautique

Laissez un commentaire