FASHION BEL AIR : une belle proie

Rédigé le 13 avril 2012 par | Mid et Small Caps Imprimer

Lorsque j’ai dit à mes deux filles que je rencontrais le P-DG de FASHION BEL AIR (FR0004034593), la première chose qu’elles m’ont dite est de demander des réductions de prix. Car oui, si la marque est très connue, son positionnement prix reste assez haut de gamme…

Le spécialiste dans la création et la commercialisation de vêtements pour femmes a en effet pignon sur rue et veut dépasser d’ici fin 2013 les 50 points de vente. A la fin du premier semestre, FASHION BEL AIR comptera 27 points de vente en France. L’idée est de poursuivre son positionnement sur les boutiques en propre (62% du chiffre d’affaires) et moins insister sur les boutiques multi-marques (38%). Et pour plaire également aux enfants – nos chères têtes blondes d’aujourd’hui seront les clients fidèles de demain – le groupe va se lancer dans l’habillement enfants avec une nouvelle collection. « Nous ouvrons cinq boutiques en propre dans les prochaines semaines, dont Cannes ou encore Velizy 2 et Lyon » me confie Eric Sitruk, rencontré lors d’un petit déjeuner dans un lieu rendu célèbre par le Président de la République.

Plus que quelques heures pour en profiter

Recevez toutes nos lettres d’investissement aussi longtemps que vous le souhaitez à un tarif UNIQUE exceptionnel.

Seule condition : faire très vite. Vous vous en doutez, il m’est impossible de faire durer cette offre très longtemps. Vous n’avez donc que jusqu’à ce soir, vendredi 13 avril à minuit, pour en profiter.

Inscrivez-vous dès aujourd’hui pour profiter de cette occasion essentielle…

Ce chef d’entreprise, plutôt agréable, a l’une des plus belles success story du Sentier, ce quartier de Paris historiquement haut lieu du textile… Mais avec lui, on est loin des clichés de la Vérité si je mens.

Sa réussite, il la doit à un positionnement assez haut de gamme sous le modèle de « time to market court » Le time to market court veut simplement dire que le groupe se renouvelle très vite et ne reste pas figé avec deux collections annuelles…

De plus, en marge de son activité de prêt-à-porter, Eric Sitruk a une gestion immobilière de ses magasins très active, grâce à une bonne connaissance du marché immobilier. « Je n’hésite pas à rationnaliser mes magasins si j’ai une offre de reprise de bail intéressante ou si je sens que le quartier ne marche pas » m’indique-t-il.

Cela n’empêche pas certaines déconvenues comme au dernier trimestre 2011 : le chiffre d’affaires a chuté de 28% à 3,9 millions d’euros. « Nous sommes dépendants du climat économique, du climat météorologique et de l’humeur ambiante. Cela fait beaucoup ! » m’explique-t-il.

L’exercice actuel aura une durée de 15 mois pour clôturer en mars 2012. D’ores et déjà sur les 12 premiers mois de l’année, le chiffre d’affaires a reculé de 1% à 19,1 millions d’euros en raison de ce très mauvais T4. La rentabilité annuelle n’a pas été communiquée mais celle du premier semestre a quelque peu déçu avec par exemple une chute du résultat d’exploitation de 65% à 0,57 million d’euros et un recul du résultat net de 67% à 0,3 million d’euros. « Franchement, ce recul est dû à la montée en gamme de la marque et des investissements en découlant. Donc il est assez logique que notre rentabilité en soit affectée » indique l’homme fort du groupe.

En fait, FASHION BEL AIR a souffert comme l’ensemble de ses concurrents. C’est sans doute pour cela qu’il y a peu d’entreprises du secteur en Bourse. Pour moi, il faut avoir le coeur bien accroché pour acheter le secteur. Car non seulement il y a les aléas climatiques qui impactent les ventes, mais il y a également la rapidité dans les changements de tendance. On peut être out aussi vite qu’on a été in. Même Naf Naf en son temps figure emblématique s’il en est, était sorti du marché.

Difficile de faire des prévisions sur l’exercice de 15 mois, mais tout laisse à penser qu’un résultat d’exploitation de l’ordre de 1,3 million d’euros est largement envisageable. Mais ce ne sont que des prévisions qui n’engagent que moi…

L’homme a beaucoup de talent pour faire entrer des investisseurs à son capital. C’est ainsi qu’OTC Asset Management, une société de gestion bien connue, est entrée au capital du groupe en septembre dernier à 4 euros par action. Et combien valait l’action à cette époque ? Environ 3 euros… Oui vous ne rêvez pas, mais l’investissement d’OTC a également des raisons fiscales. Le capital est maintenant détenu par la famille Sitruk à hauteur de 68% aux côtés d’OTC pour 8%.

Aujourd’hui, le titre est autour de 2,59 euros après avoir marqué un plus-bas historique mi-décembre à 1,80 euros.

L’action n’est pas très liquide car le flottant n’est que de seulement 20%… Cela représente simplement 4,2 millions d’euros et cela explique que certains jours, l’action ne cote même pas.

Graphique: Fashion Bel Air
Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Bien. Tout cela n’est toutefois pas très positif. Et je dois dire que je ne suis pas acheteur du dossier. Mais, si vous voulez des raisons qui pourraient porter la hausse, les voici.

D’un point de vue purement boursier, le dividende* (de 0,20 euro l’an dernier) procure un rendement de 7,8% aux cours actuels. On raisonne bien sûr sur 2010 et rien ne dit que les résultats 2011 atteindront une telle distribution, mais il n’y a pas de raison non plus que le groupe sabre son dividende. Cependant, comme je vous l’ai déjà dit, un dividende ne doit jamais être la seule raison pour acheter un titre.

Secundo la valeur des baux atteint environ 15 millions d’euros ; cela représente donc une large partie de la capitalisation actuellement de 21,5 millions d’euros.

Mais surtout, son positionnement pourrait intéresser des gros du secteur. N’oublions pas par exemple que Maje et Sandro, deux marques très fashion, ont été rachetées par LVMH. Et le chiffre d’affaires au m2 du groupe, environ 12 000 euros, est l’un des plus gros du secteur. De quoi aiguiser les appétits. Eric Sitruk n’envisage pas de vendre actuellement car il ambitionne par exemple de se développer à l’international. Il n’est absolument pas dans ce processus. Mais sait-on jamais… avec un gros chèque ?

* Décryptage : Dividende
Le dividende correspond au versement d’argent que peut recevoir chaque détenteur d’actions d’une entreprise. Le montant du dividende, identique pour chaque action détenue, est prélevé sur le bénéfice net ou sur les réserves de la société. Une entreprise, passagèrement en difficulté, peut décider de maintenir le dividende ou de le passer. En tout état de cause, le versement n’est pas automatique et relève d’une décision de l’assemblée générale des actionnaires. Il peut arriver que la direction propose de verser le dividende à la fois en numéraire (en argent) ou bien en actions, ce qui lui évite de débourser des montants souvent importants. Mais les actionnaires sont de plus en plus réticents à cette formule et préfèrent toucher de l’argent.

Mots clé : - -

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

4 commentaires pour “FASHION BEL AIR : une belle proie”

  1. […] Mais ce qui me gêne le plus, c’est la baisse de la marge brute qui passe de 61% à 52,4%. La perte d’exploitation atteint 0,7 M€ et la perte nette  1,5 M€. Il y a donc eu une nette détérioration car au premier semestre le résultat d’exploitation s’élevait à 0,57 M€ et le résultat net à 0,3 M€. J’ai été trop ambitieux dans mon analyse en avril dernier. […]

  2. […] Bel Air (FR0004034593), spécialiste du textile féminin que je vous ai présenté le 12 avril dernier lance une augmentation de capital garantie par la famille Sitruk à 75% (ce qui veut dire que […]

  3. ATTENTION Mr Eric LEWIN
    vous êtes très mal renseigné sur le PDG de FASHION BELAIR. A ce jour , il est un des plus grand voleur du Santier. Il est en train de me voler mon salaire sur 4 ans. Et je vous assure que je vais pas me laisser faire..
    ALEXE Monique – gérante de la Ste TEXAROM SARL PARIS 13-ème

  4. Sachez que monsieur sitruk crée des dettes que son passage… il se finance sur le dos des autres: aucune charge payée, des procédures judiciaires sans fin pour retarder les échéances. Ce sont des méthodes à la limite de l’escroquerie. Quand il va devoir payer tout ce qu il doit, tout va se dégonfler… les actionnaires n’auront plus qu’à pleurer.

Laissez un commentaire