Il fallait un prétexte pour ramener le CAC40 à zéro

Rédigé le 6 janvier 2017 par | Cac 40, Europe Imprimer

Il fallait un prétexte pour ramener le CAC40 à zéro : ce sera l’emploi US (ou « NFP »).

Il fallait bien un prétexte pour orchestrer ce qui s’annonce être la 4ème séance de stagnation consécutive du CAC40 entre 4.475 et 4.915 Pts : l’indice phare vient de « recoller » aux 4.900 (comment ? voir l‘article de Gilles Leclerc ce vendredi et « marchés sous contrôle » jeudi).

Le CAC40 vient en un quart d’heure (post-« NFP ») d’effacer très précisément ses 0,4% de repli affichés à 14H29: les chiffres mensuels de l’emploi américain expliquent-ils ce regain de confiance du marché ?

Rien de bien enthousiasmant dans les chiffres publiés à 14H30 : l’économie américaine n’a créé que +156.000 emplois (secteur public + secteur privé), bien loin des +175.000 à +180.000 attendus en décembre.

C’est pour une fois parfaitement cohérent par rapport au baromètre ADP concernant les chiffres mensuels de l’emploi américain publié la veille et qui recensait +153.000 nouveaux jobs dans le seul secteur privé.

Le taux de chômage remonte légèrement à 4,7% (contre 4,6% en novembre) mais il continue d’entretenir l’illusion du « plein emploi ».

Pas de quoi se réjouir non plus les performances de l’économie américaine à l’export: plombé par un Dollar fort, le déficit commercial américain s’est nettement creusé en novembre, de +6,8% à 45,2 Mds$.

Mais le CAC40 est bien revenu à l’équilibre à 4.900, l’Euro Stoxx 50 également (à 3.320): il suffit maintenant de resserrer juste ce qu’il faut les lanières de la camisole algorithmique et de figer les scores jusqu’à la clôture.

Cela écrase la volatilité -ce qui ne vous passionnera pas-, mais n’oubliez pas que cela enrichit les quelques (très gros) opérateurs qui la vendent (aux gérants qui jugent prudent de se couvrir)… et qui sont les mêmes qui administrent à la « soviétique » l’évolution des indices boursiers.

Mots clé : -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire