Les fake news sur l’inflation

Rédigé le 22 février 2018 par | A la une, Indices, sociétés et marchés, Statistiques et données macro, Toutes les analyses Imprimer

Nous ne cessons de marteler que la principale cause de la tension des taux, c’est l’excès de dettes. Mais « les dettes ne sont pas un problème » (cf. Donald Trump) – jusqu’au jour où cela en devient un.

Qui est endetté ?

Les États (mammouth et cleptocrates) et les ménages (les consommateurs).

Jusqu’à une date récente, la BCE et la BoJ rachetaient presque toutes les émissions souveraines. Bientôt, il ne restera plus que la BoJ.

Des dettes souveraines titanesques

Bien sûr, le principal pourvoyeur de liquidités à l’échelle planétaire depuis 1 an, c’est la PBOC (banque centrale chinoise), mais c’est pour renflouer son propre système bancaire et ses industries zombies… En parallèle, certains flux continuent d’inonder le système financier global (et des Chinois continuent de diversifier/sécuriser leurs avoirs à l’étranger).

Les États-Unis commencent à se lancer dans des émissions obligataires de plus en plus titanesques (256 Mds$ d’émissions rien que de mardi à ce jeudi soir, sur des maturités allant de 1 mois à 7 ans). Si ça ne coince pas encore du côté des T-Notes et des T-Bonds, c’est parce que les rémunérations offertes sont de plus en plus substantielles : 1,40% sur 1 mois (contre 0,3% en décembre 2016 et zéro en octobre 2015), 2,27% sur le 2 ans, 2,655% sur le 5 ans… et à l’autre bout de la courbe, 3,18% sur le 30 ans.

Alors bien sûr, les permabulls tenteront de vous convaincre que même avec +100 points de base sur les 12 derniers mois, les taux restent historiquement bas. Mais vu la masse de capitaux empruntés, cela va bientôt devenir intenable pour les ménages américains, les emprunteurs hypothécaires.

Les ménages plombés entre leurs crédits…

Car les ménages US sont victimes d’un effet de ciseaux, coincés entre l’envol de l’inflation réelle (loyers, frais d’études supérieures (student loans), assurance santé et médicaments), et des les salaires qui, « déflatés », affichent une évolution négative depuis la crise de 2008.

Et en ce qui concerne la hausse du « pouvoir d’achat immobilier », soi-disant amélioré par la baisse des taux hypothécaires, cela ne tient pas la route une seule seconde vu la flambée du prix au mètre carré qui explose en Californie et sur toute la côte ouest, dans le Nevada, la Floride et les grandes métropoles du Nord-Est.

Les chiffres officiels de l’inflation sont une des plus révoltantes fake news que nous dénonçons sans relâche mais que la récente tension des taux commence à refléter.

Contre-attaque des médias mainstream : une déferlante d’articles de circonstance visant à calmer les esprits et dont le message est presque invariablement : « Le retour de l’inflation n’est pas pour demain. » Nous pouvons donner un certain crédit à cette formulation : ce n’est effectivement pas pour demain puisque l’inflation sévit déjà depuis avant-hier !

inflation… et des chiffres d’inflation qui ne reflètent pas la réalité

La jauge de l’inflation est faussée depuis de décennies par le BLS (le même qui nous livre les chiffres mensuels de l’emploi bidon baptisé NFP) grâce à une sous-estimation alambiquée du prix des téléviseurs, des ordinateurs et des smartphones (les iPhones ont allègrement franchi le cap des 1 000 $ en 2017).

Et la même fiction statistique que pour l’électronique s’applique avec encore plus de sévérité aux voitures neuves : le prix moyen était de 19.200 $ en 1997 contre 33.560 $ en 2017 (soit +75%) mais selon le BLS, l’augmentation « réelle » ressort à… zéro.

Normal, pour comparer ce qui est comparable, le véhicule 2017 est délesté du GPS, de la caméra de recul, de l’antipatinage, de l’ordinateur de bord, des sièges chauffants et autres accessoires aujourd’hui montés en série mais pas indispensables à la mobilité du véhicule.

Mais le poste de dépense le plus scandaleusement falsifié, c’est le coût du logement qui aurait augmenté de seulement 56% au cours des 20 dernières années.

Il suffit de lancer une recherche sur Google pour constater que le prix moyen d’une maison était de 175.000 $ en 1997 alors qu’il culminait à 380.000 $ en 2017 : une augmentation de 117%. Le loyer mensuel moyen en 1997 était de 576 $ alors qu’il s’établissait à 1.021 $ en 2017 : une augmentation de 90%.

Et que dit le BLS du doublement des frais de scolarité en 10 ans ?

Eh bien rien, puisque l’on n’est pas obligé de faire des études universitaires à la sortie du collège : c’est le même raisonnement que pour le carré Hermès, la montre à tourbillon et le yacht avec pont en acajou et double moteur de 800Cv.

Autrement dit, l’inflation réelle est bien supérieure à 3% par an depuis 2008 (le double de l’estimation officielle) tandis que les salaires baissent régulièrement en termes réels (sans parler de l’inégalité de répartition des hausses de revenus, toujours au profit des mieux lotis).

Dans ces conditions, si la consommation ne fléchit pas, c’est que la pénurie de pouvoir d’achat est compensée par l’expansion du crédit et de la dette.

Vous voyez où je veux en venir. Cela nous ramène au premier paragraphe : la boucle est bouclée.

Mots clé : - - - - - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

3 commentaires pour “Les fake news sur l’inflation”

  1. […] http://labourseauquotidien.fr/fake-news-inflation/ […]

  2. Vous auriez intérêt à compléter cet article en vous rendant sur la page de ce site: http://www.effondrement-economique.com/fr/Effondrement-partie-1.html – Vous verrez que les C.V. de ceux qui vous offrent leurs vidéo-conférences sont de tout premier ordre, et ils vous sont tous présentés avant les conférences. Ex: Le premier a un DEA sur « Modélisation et méthodes mathématiques en économie » à l’École polytechnique et à l’université Paris-1. En 1997, il est docteur en mathématiques appliquées. Un autre enseigne l’économie à l’université et a été pendant plusieurs années dans le conseil d’administration de la Banque de France et de Airbus. Un autre a été pendant 5 ans le chef de l’investissement à AXA vie Invest, etc, etc.

    Pour avoir un aperçu de la façon dont pourrait se dérouler l’effondrement: http://www.effondrement-economique.com/fr/Effondrement-Scenario-catastrophe.html

    C’EST ABSOLUMENT SANS APPEL – IL Y AURA UN EFFONDREMENT économique, social et culturel MONDIAL ET NOUS N’AURONS MALHEUREUSEMENT PLUS LES MOYENS DE NOUS REMETTRE EN CELLE.

  3. Les nouvelles du matin sur BFM:
    Warren Buffet: « Les actions ont le vent dans le dos » « On est mieux loti en actions qu’en obligations »
    Goldman Sachs: « En fait, les marchés peuvent supporter un taux à 10 ans à 4,2% »
    Stéphane Soumier: « Zone très technique à 5300, avant de rallier 5400, voire 5500 »
    C’est ce que retiennent les gens normaux (99% du système).
    Bonne semaine à tous.

Laissez un commentaire