Les faillites de plateformes maintiennent une pression vendeuse sur le Bitcoin

Rédigé le 13 mars 2018 par | A la une, Bitcoin & cryptomonnaies, Indices, sociétés et marchés, Taux & Devises Imprimer

Pour compléter mes propos de la fin de semaine dernière sur le Bitcoin, j’aimerais revenir sur le cas Mt Gox. Cela ne vous parle pas ? Petit retour en arrière…

Il était une fois… Mt Gox fut une plateforme de cryptomonnaies japonaise. Il était une fois… car elle a, depuis, fait faillite. En 2014 pour être précis, suite au vol de 850 000 Bitcoins. Après investigations, quelque 200 000 unités ont ensuite été retrouvées. Depuis, une procédure a été mise en place, pilotée par l’administrateur japonais, un certain Nobuaki Kobayashi.

En vue de rembourser les créditeurs de la plateforme, 35 000 bitcoins (et 34 000 bitcoins Cash) ont été vendus. La profondeur de ce marché étant encore assez limitée (en novembre 2017, une étude affirmait qu’à peine un millier de personnes détenaient à elles seules 40% du total de Bitcoins en circulation), ce type de pression baissière ne passe pas inaperçue.

Quand vous avez un vendeur (qui plus est, un gros) en face de vous, vous n’avez pas forcément envie d’acheter, et cela diffère tout espoir de rebond.

On n’achète pas quand les insiders vendent

Pour faire un parallèle, c’est un peu comme quand, sur les marchés actions, un gros actionnaire commence à s’alléger ou cherche à sortir du capital d’une société. Nous en avons l’exemple en ce moment sur Spie (FR0012757854) : son actionnaire de référence, Clayax (un consortium), a par exemple cédé sa participation en plusieurs étapes l’an dernier, occasionnant des gaps baissiers à chaque fois. Bilan des courses : une pression baissière de rigueur.

SPIE cours graph mars 2018

Un peu dans le même registre, on retrouve ce syndrome du désengagement quand un membre haut placé du management quitte le navire – c’est rarement de bon augure. Ainsi, le second semestre 2017 fut calamiteux pour Elior (FR0011950732) qui, depuis l’annonce du départ de son P-DG l’an dernier, a enchaîné deux profit warnings.

ELIOR GROUP graph

Cela illustre bien que quand vous avez un gros vendeur en face de vous, inutile d’aller contre la pression baissière.

Mt Gox… Youbit : plus de 1,5 Md$ de Bitcoins bientôt à la vente ?

Pour en revenir au Bitcoin, on retrouve bien ces poussées baissières consécutives aux cessions de M. Kobayashi en décembre et février dernier : je les ai indiquées par des cercles noirs.

BITCOIN cours graph 2018 achat vente prévisions va t il baisser cliquez sur le graphique pour l’agrandir

Conséquence : des réactions en chaîne. La baisse entraine la baisse, surtout que le newsflow plombe l’ambiance : la SEC a réaffirmé ses exigences de transparence pour les plateformes de transactions de cryptomonnaies en les obligeant à s’enregistrer au préalable auprès de ses services en tant que place de marché… (ce qui pose évidemment problème par rapport à l’anonymat promis !).

Pour en revenir à Mt Gox, le souci c’est que le liquidateur judiciaire japonais détiendrait encore quelque 165 000 Bitcoins ! Avec un cours actuel globalement autour des 10 000$, cela fait potentiellement plus de 1,5 milliard de dollars en pression vendeuse résiduelle.

Difficile de savoir comment les prochaines cessions vont se faire. Dans son compte-rendu, il dit être actuellement en pourparlers avec le tribunal pour les modalités pratiques. Mais en cas de nouvelles ventes directes sur le marché, la pression baissière sur le cours du Bitcoin risque de se poursuivre.

Alors… imaginez que « d’autres situations à la Mt Gox » se reproduisent. Car le moins que l’on puisse dire, c’est que les problèmes de piratages et de vols sont monnaie courante dans le monde des cryptos. Rien qu’en décembre dernier, on apprenait la faillite de Youbit (une plateforme sud-coréenne)… pour cause de piratage…

Or, si comme pour Mt Gox, les administrateurs parviennent à récupérer tout ou partie de leur butin, les créanciers de Youbit exigeront de récupérer leur argent. Autant de nouvelles ventes de Bitcoins vont en découler et pourraient alors alimenter encore la pression baissière sur les cours !

Partager cet article

Mots clé : - - -

Mathieu Lebrun
Mathieu Lebrun
Rédacteur en Chef d'Agora Trading

Mathieu Lebrun est analyste financier. Il commence sa carrière chez Fortis Banque pour intégrer la table de négociations sur devises au sein de la salle des marchés du groupe Natexis Banques Populaires. En 2004, il intègre un cabinet de conseil sur produits dérivés en tant qu’analyste technique et obtient son diplôme d’Analyste Technique délivré par la STA (Society of Technical Analysis).

Depuis près de 10 ans, il s’est forgé une solide expérience sur les marchés financiers. En juin 2013, il décide de créer un service de trading simple et efficace : Agora Trading. Pour ses abonnés, il combine à merveille sa lecture des différentes classes d’actifs et leur corrélation pour en tirer le meilleur. Vous pouvez ainsi vous positionner en toute simplicité, en exploitant des outils de trading ultra-efficaces, les certificats Turbos.

En savoir plus sur Agora Trading.

2 commentaires pour “Les faillites de plateformes maintiennent une pression vendeuse sur le Bitcoin”

  1. Papier fort interessant et d’une belle évidence à rappeler.

    Ok pour le Bitcoin, mais quand n’est-il des autres cryptos qui suivent ces mouvements de yoyo, en définitive pour le moment baissier ?

    La corrélation positive de presque l’ensemble des grandes et petites sœurs de la cryptos maîtresse n’est plus à démontrer. C’est au pas militaire que celles-ci réagissent quotidiennement (à quelques exceptions prés, jamais les mêmes et semble t-il toujours en fonction des news).
    Ce ne sont pas les portefeuilles des « à peine un millier de personnes détenaient à elles seules 40% du total de Bitcoins » qui justifie une telle corrélation, à priori.
    Si c’était le cas, ces mille mains spéculeraient en masse sur le plus grand panier de cryptos (pour le moment) qui soit , et cela de manière algorithmique, n’en doutons pas.
    Or parmi ces mille mains, quelques unes sont sans doute celles de développeurs aguerris, fan de blockchains, investisseurs originals de la première heure , fans de nouvelles technologies mais agissent-elles pour autant en pur investisseur, trader de métier au quotidien ?
    Les traders du dimanche (dont je fais partie) qu’ils soient multiples, indisciplinés, enthousiastes, inconscients, etc. n’ont pas la faculté, il me semble, de formater ainsi une telle marche militaire sur les cours de l’ensemble des cryptos. Leurs influences si elles existent restent certainement à la marge.
    La corrélation avec le marché action ou tout autre marché classique existant ne semble pas être prouvé à ce jour.
    La question reste de savoir quelles sont les autre grosses mains qui se calquent, algorithmiquement très certainement, sur le cour de l’aînée et pourquoi ? Quelle (s) motivation (s) ?

  2. […] http://labourseauquotidien.fr/faillites-plateformes-pression-vendeuse-bitcoin/ […]

Laissez un commentaire