Extinction de la volatilité, extinction des profits

Rédigé le 11 octobre 2017 par | US Imprimer

Extinction de la volatilité, extinction des profits - VIXAprès le coup de sifflet final des phases qualificatives du mondial de foot, on enchaîne directement sur le coup d’envoi des trimestriels aux Etats Unis avec les banques (too big to fail) : Citi, Bank of America et Wells Fargo.

Si les profits font une reprise de volée après un gros raté au deuxième trimestre, rien n’empêchera Janet Yellen de monter les taux en décembre.

Mais ce risque nous semble limité car avec l’écrasement de la volatilité et un VIX qui a établi ses quartiers d’été dans la zone des « 10 », les recettes de trading et de courtage (actions et produits de taux) vont poursuivre leur contraction en mode « inexorable ».

Avec l’extinction de la « volat' », les banques US ne « risquent » pas de gagner grand-chose.

Les banques centrales n’écrasent pas que la volatilité : la rentabilité des banques y passe également

Mots clé : - - - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire