Explosion des nouveaux crédits en mars en Chine

Rédigé le 18 avril 2016 par | Autres indices, Indices, sociétés et marchés, Toutes les analyses Imprimer

L’explosion des nouveaux crédits au mois de mars (pratiquement +100% par rapport au mois de février) a bel et bien alimenté la bulle immobilière. Celle-ci reste décidément un des travers récurrents de l’économie chinoise, tout comme ce le fut 25 ans auparavant au Japon.

Sauf qu’au Japon, le bilan des banques n’était pas aussi soigneusement camouflé qu’en Chine. Le yen étant une monnaie pleinement convertible.

L’expédient choisi par Pékin pour stimuler la demande est, cette fois-ci, un cocktail d’abaissement des taxes sur les transactions (les droits de mutation) et réduction des exigences en matière d’apport initial de 25 à 20% pour les primo accédant.

La flambée des prix de l’immobilier dans les grandes métropoles a désolvabilisé des dizaines de millions d’acheteurs potentiels. Ils n’ont toujours pas les moyens – car les salaires ne suivent pas – et ils devront acheter plus petit… mais Pékin leur ouvre grand le paradis de l’endettement à l’anglo-saxonne.

Alors la spirale prix/crédit repart de plus belle : le mètre carré avait bondi de +4,35% en janvier, de +5,25% en février et ça s’est nettement accéléré en mars avec +7,4%.

Des valeurs comparables à la bulle immobilière en Espagne en 2006 ou dans le centre de Tokyo en 1989 à la veille de la désintégration du système bancaire nippon en janvier 1990.

Mots clé : - - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire