Quand Citigroup conseille… faites le contraire !

Rédigé le 20 octobre 2010 par | Big caps Imprimer

Analyste et responsable d’un service de trading sur CFD

Vous connaissez l’impact et l’importance des changements de recommandations de brokers. Qu’ils s’agissent d’Exane, Cheuvreux ou encore Morgan Stanley, ils sont assurément un bon baromètre de l’évolution des cours à très court terme (j’entends ici le mouvement de l’action en question sur la séance de bourse suivante). Il en est un pour qui les choses sont radicalement différentes : CITIGROUP.

Le marché suit-il tous les brokers ?
En général, les recommandations des célèbres gourous font décaler le marché. Par exemple, si Exane relève sa recommandation sur LAFARGE en conseillant désormais d’acheter la valeur, vous êtes quasiment certain que le cours du cimentier bondira dès l’ouverture du marché.

Ce n’est donc pas le cas pour les conseils de Citigroup. Si la finalité de ce billet n’est pas de remettre en question la pertinence et la renommée de l’établissement, force est de constater que sur les marchés, le comportement des opérateurs diverge des opinions des analystes de la banque américaine. Ce n’est en effet un secret pour personne : tout opérateur de marché avec un minimum d’expérience vous le dira : quand les analystes de Citigroup conseillent, le marché réagit en sens inverse… neuf fois sur dix. S’ils achètent, c’est que le titre va baisser et inversement. Rien que sur la semaine derrière, les exemples ne manquent pas.

Trois exemples en moins d’une semaine
Je vais tout d’abord revenir sur une séance pas si éloignée : celle du lundi 11 octobre sur EADS. Ce jour là, Citigroup abaissait sa recommandation de « achat » à « conserver » sur le groupe aéronautique, tout en réduisant son objectif de 22,50 euros à 19,30 euros. L’étude détaillée de la séance est assez intéressante pour bien comprendre l’évolution des cours. Commençons donc par jeter un oeil sur le graphique intraday d’EADS, en nous focalisant sur la séance en question.

Graphique: EADS intraday séance du 11 octobre

Cliquez sur l’image pour l’agrandir.

Tout d’abord, au cours de la première demi-heure, le « grand public » et les non initiés vendent la valeur. Une fois le titre au plus bas, les « gros » commencent à acheter.

Cela met rapidement les vendeurs intraday du matin en situation délicate qui se rachètent progressivement jusqu’à la fin de la séance. Le mécanisme de « short squeeze » aidant, cela ne fait qu’accentuer mécaniquement la hausse. Au final, la journée se termine au plus haut pour le titre qui, après avoir perdu plus de 3% en séance, termine en hausse de 0,2%. Merci Citigroup !

Graphique: Citigroup dégrade EADS le 11 octobre

Cliquez sur l’image pour l’agrandir.

Comme je vous le disais un peu plus haut, il ne s’agit pas d’un cas isolé et la chose est même devenue courante dans les salles de marché. En Europe, jeudi dernier, c’était au tour des Utilities allemandes RWE et E.ONde subir les « foudres » de Citigroup. Je prends bien le terme entre guillemets car ici aussi la réaction des cours n’a pas failli à la règle.

Ainsi, alors que Citigroup abaissait son conseil le matin même sur les deux valeurs, passant d' »acheter » à « vendre » sur les deux titres, et bien devinez quoi ? Le même scénario qu’EADS est arrivé. Une ouverture en baisse et des rachats tout au long de la journée. Les deux titres ont clôturé la séance en hausse de près de 1%.

Sans épiloguer outre mesure, on pourra malgré tout se poser la question du timing d’ajustement des opinions de la banque. Alors certes, je veux bien admettre que leur rôle premier reste l’analyse et non le trading mais, entre nous, on est quand même en droit de se poser certaines questions. Car, en regardant les deux valeurs, leur conseil d’achat qui était valable sur les deux Utilities jusqu’au 13 octobre paraît bien étrange alors que les deux titres s’affichent parmi les pires performances du Stoxx 600 depuis le début de l’année (elles sont toutes deux revenues non loin de leur point bas de mars 2009). Comment rester à l’achat (ou ne même pas réduire ses objectifs) sur une valeur qui a vu sa capitalisation boursière fondre de près de 50% depuis le début de l’année ? Je ne me l’explique pas, et je ne suis probablement pas le seul….

Graphique: Citigroup abaisse sa recommandation sur RWE

Cliquez sur l’image pour l’agrandir.

Graphique: Citigroup abaisse sa recommandation sur E.ON

Cliquez sur l’image pour l’agrandir.

Si comme moi, vous suivez les conseils de brokers, vous saurez quoi faire la prochaine fois que vous entendrez parler de Citigroup…

Mots clé : -

Mathieu Lebrun
Mathieu Lebrun
Rédacteur en Chef d'Agora Trading

Mathieu Lebrun est analyste financier. Il commence sa carrière chez Fortis Banque pour intégrer la table de négociations sur devises au sein de la salle des marchés du groupe Natexis Banques Populaires. En 2004, il intègre un cabinet de conseil sur produits dérivés en tant qu’analyste technique et obtient son diplôme d’Analyste Technique délivré par la STA (Society of Technical Analysis).

Depuis près de 10 ans, il s’est forgé une solide expérience sur les marchés financiers. En juin 2013, il décide de créer un service de trading simple et efficace : Agora Trading. Pour ses abonnés, il combine à merveille sa lecture des différentes classes d’actifs et leur corrélation pour en tirer le meilleur. Vous pouvez ainsi vous positionner en toute simplicité, en exploitant des outils de trading ultra-efficaces, les certificats Turbos.

En savoir plus sur Agora Trading.

2 commentaires pour “Quand Citigroup conseille… faites le contraire !”

  1. Bonjour,

    serait-il possible de donner un lien vers les recommandations du jour des analystes, afin de suivre au mieux le préféré de Mr Lebrun, Citygroup.

    Merci et bonne journée
    Arnaud

  2. Il semble que vous soyez un expert dans ce domaine, vos remarques sont tres interessantes, merci.

    – Daniel

Laissez un commentaire