L’euro sous pression

Rédigé le 5 septembre 2014 par | Matières Premières Imprimer

La devise européenne s’échange actuellement sur des niveaux de 1,2939, poussé vers le bas par l’artillerie lourde sortie hier par la BCE.

C’est plutôt une très bonne chose pour les entreprises exportatrices françaises qui vont sans doute regagner des parts de marché ou, tout du moins, cesser d’afficher des effets de change négatifs.

Le secteur du luxe mais également l’aéronautique avec EADS qui facture par exemple ses avions en dollars sont bien sûr privilégiés par un euro affaibli.

Les exportateurs qui produisent en zone euro et qui vendent en zone dollar sont également privilégiés par la situation actuelle.

Citons également Remy Cointreau, Safran ou encore LVMH.

Mots clé : -

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

Laissez un commentaire