L’euro près d’un gouffre technique mais…

Rédigé le 28 juin 2012 par | Matières Premières Imprimer

J’évoquais avec vous la semaine dernière, deux scénarios potentiels à court-terme.

Le second – le rebond de l’EURUSD ne se concrétise pas, ce que vous pouvez constater avec le graphique ci-dessous – semble se mettre en place.

 

Graphique EURUSD
Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

La zone clé comprise entre 1,2550 et 1,2520 (23,6%) a bien joué son rôle pivot, mais semble devoir céder sous la pression. Cela conforte donc l’hypothèse d’une extension de la baisse vers les plus-bas récents à 1,2280 voir en-dessous.

Six mesures d’urgence à prendre avant l’éclatement de la zone euro !
Six mesures d’urgence à prendre avant l’éclatement de la zone euro ! Faut-il retirer au plus vite l’argent de votre compte ? Faut-il avoir du liquide sur vous ? Faut-il ouvrir un compte en Allemagne, au Canada ?

Découvrez toutes les réponses à ces questions et bien d’autres encore dans notre nouveau rapport spécial « Fin de la zone euro » ! Pour le commander sans plus attendre, continuez votre lecture…

Attention, les vendeurs s’écartent de l’euro…

Attention tout de même, car même si tout semble se passer de façon assez nette avec la rupture de zone franche, plusieurs facteurs appellent à la prudence.

Tout d’abord ce premier signal envoyé vendredi par le rapport COT qui illustre la baisse du nombre de vendeurs spéculatifs sur l’euro. Rappelez-vous, je vous expliquais ce qu’était le COT le 14 juin dernier.

Graphique EURUSD

Forte hésitation à prévoir

Ces données doivent quand même être relativisées car les vendeurs restent majoritaires. Je déduis surtout de ce phénomène un dégagement des investisseurs qui se mettent dans une position attentiste. On constate d’ailleurs que le nombre global de contrats « futures » a diminué de 115 000 unités sur un total de 361 000.

Et cela semble cohérent avec une forte baisse de la volatilité globale depuis ce lundi.

Graphique: Volatilité
Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

L’euro est resté dans une zone étroite entre 1,2475 et 1,2530 une bonne partie de ce début de semaine. Et même l’accélération baissière de ce mardi soir (heure où j’écris ces lignes) reste timide.

Le sommet de l’incertitude

Ces réactions de marché sont principalement dues à l’attente du sommet européen de ce week-end.

Et là encore, il ne faut pas sous-estimer la capacité de nos élites à décevoir encore plus le marché. Tâche pourtant désormais difficile tant les précédents sommets de la dernière chance ont excellé dans l’échec.

C’est finalement plus la réaction de la BCE que celle de nos politiques que les intervenants attendront. La BCE se décidera-t-elle à intervenir directement sur le marché pour aider les Etats et donner la dose de liquidité dont a besoin le marché en manque ?

Mon scénario : prudence…

Le meilleur scénario, en cette période incertaine, est sans doute d’aller profiter des premiers rayons de soleil au bord d’une piscine et ainsi rester à l’écart du marché. Mais voici tout de même un scénario à tenter pour la fin de semaine pour ceux qui n’aiment pas l’eau…

Graphique: EURUSD
Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Je favorise toujours la vente tant que la paire reste sous 1,2520 avec un renforcement des positions vendeuses si la paire franchit 1,2445. L’objectif est inchangé à 1,2280. Ce scénario serait invalidé par un passage au-dessus de 1,2580 avec un passage à l’achat pour un retour rapide sur 1,2660 puis 1,2750.

Allez, bonne semaine sur le Forex et si vous voulez jouer les devises au quotidien, j’envoie tous les matins le trade du 9 O’Clock à mes abonnés.

Mots clé : - -

Jérôme Reviller
Jérôme Reviller

Passionné de finance et autodidacte, Jérôme Revillier dirige aujourd’hui une société de gestion spécialisée sur le marché des changes. Il collabore avec des investisseurs particuliers avertis, des institutionnels ou encore des hedge funds cherchant de la performance absolue.

Vous pouvez croiser Jérôme sur des salons comme Actionaria, le salon du Trading ou le salon de l’Analyse Technique – il parcourt aussi la France, la Suisse et la Belgique pour rencontrer les investisseurs et leur faire partager son approche bien particulière des marchés.

Laissez un commentaire