EURUSD : mes scénarios de la semaine

Rédigé le 20 juin 2012 par | Matières Premières Imprimer

J’EN AI MARRE !!!

J’en ai ASSEZ d’entendre parler des déficits de la zone euro… de la monnaie papier contre l’or… des Triple A ou Triple Z… des problèmes des PIIGS… et autres théories économiques ENNUYEUSES sur lesquelles vous n’avez AUCUN contrôle.

La vérité, c’est que si vous voulez faire des gains dans les marchés actuels, rien de tout ça n’a d’importance !

Il suffit d’aller chercher les opportunités ailleurs : je vais vous montrer comment…

Dans ces mêmes colonnes, la semaine dernière, j’anticipais le mouvement de retracement que l’on a subi ces derniers jours sur la paire EURUSD.

Graphique EURUSD overlap
Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Une nouvelle fois, une méthode d’analyse simple et reposant sur l’identification des zones clés et du comportement des investisseurs nous a permis de pouvoir anticiper et profiter de ces fluctuations.

Forcément, ça ne marche pas aussi bien à tous les coups… mais assez pour gagner régulièrement.

Pourquoi l’euro remonte ?

Si vous pensez que l’euro remonte parce que la zone euro est sortie d’affaire ou parce que les élections grecques sont favorables et solutionnent une partie du problème… réveillez-vous !

D’ailleurs, en quoi serait-il plus facile de faire un gouvernement de coalition aujourd’hui qu’il y deux mois si ce n’est que les Grecs ont pris conscience du gouffre, un peu plus profond chaque jour, dans lequel ils sombrent. Si c’est ça… c’est rassurant.

Graphique: taux obligataires espagnols
Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Ce mardi matin (à l’heure où j’écris ces lignes), la Grèce ne fait presque plus peur… comparée à l’Espagne. En effet, les choses se corsent pour le gouvernement espagnol qui voit ses taux d’emprunt à 10 ans grimper en flèche.

Où est la BCE ?

Ainsi, aujourd’hui tous les yeux se tournent vers les différentes banques centrales européennes et, à plus forte raison, vers la BCE. Avec la hausse des taux italiens et espagnols, les intervenants s’attendent à ce que la Banque centrale européenne reprenne ses interventions sur le marché pour soulager le financement des Etats.

Mais, Mario Draghi a décidé de jouer la montre et de mettre les dirigeants politiques au pied du mur. Du coup, la devise européenne grimpe en subissant son manque de gouvernance.

Assouplissement massif…

Aux Etats-Unis, les statistiques américaines ont été décevantes la semaine passée. Les ventes de détails sont en berne et des déclarations de chômage sont en hausse, rendant inévitable un nouveau QE3. Par ailleurs, Barack Obama, qui amorce sa campagne électorale, devrait sans doute influencer la Fed en ce sens. (Je laisse de côté le débat sur l’indépendance de la Fed…)

En Grande-Bretagne aussi, la Banque d’Angleterre a décidé de remettre en marche son programme de liquidités. C’est un signe fort de la part du Royaume-Uni qui a été l’un des pays les plus actifs en termes d’austérité budgétaire.

Il semble donc que la solution ne soit pas aussi simple qu’une réduction des budgets publics, le mal est plus profond. Profitons-en…

L’analyse technique EURUSD : mes scénarios

La paire retrace actuellement sa tendance baissière moyen terme initiée en mai 2012. Après avoir testé la zone majeure de résistance entre 1,2785 (50%) et 1,2669 (38,2%), la paire EURUSD s’est légèrement repliée, sans toutefois repasser sous 1,2550/1,2522 (23,6%) nouvelle zone de support.

Face à l’incertitude actuelle, il n’est pas étonnant que l’EURUSD oscille dans la zone actuelle, et l’hésitation pourrait perdurer. Toutefois, grâce à l’analyse technique, il est aisé de déterminer deux plans d’action simples.

Scénario 1 : la paire rebondit

Graphique EURUSD
Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Si l’EURUSD repasse au-dessus de 1,2670 (38,2%), la paire a de fortes chances d’aller tester le récent plus-haut à 1,2745 (pointillés noirs sur l’image) puis les 1,2785 en extension.

Dans ce cas de figure, nous passerons vendeurs de la paire au-dessus de 1,28 avec un stop à 1,2901 (61,8% et seuil d’invalidation) pour viser une nouvelle vague de baisse vers 1,2280.

Scénario 2 : le rebond ne se concrétise pas

Graphique EURUSD
Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Si le rebond attendu ne se concrétise pas, nous vendrons la paire au passage des 1,2550 puis 1,2520 pour viser un retour sur 1,2280.

Comme toujours, avoir raison ne sert à rien pour gagner sur les marchés. Privilégiez le suivi de tendance et protégez votre capital… car une chose est sûre… rien n’est encore réglé dans cette crise.

Mots clé : - -

Jérôme Reviller
Jérôme Reviller

Passionné de finance et autodidacte, Jérôme Revillier dirige aujourd’hui une société de gestion spécialisée sur le marché des changes. Il collabore avec des investisseurs particuliers avertis, des institutionnels ou encore des hedge funds cherchant de la performance absolue.

Vous pouvez croiser Jérôme sur des salons comme Actionaria, le salon du Trading ou le salon de l’Analyse Technique – il parcourt aussi la France, la Suisse et la Belgique pour rencontrer les investisseurs et leur faire partager son approche bien particulière des marchés.

2 commentaires pour “EURUSD : mes scénarios de la semaine”

  1. […] parution dans le Billet du Trader le 20/06/2012. AKPC_IDS += "5960,";Pour approfondir19 déc 2008 — Des fortunes colossales furent bâties pendant […]

  2. […] J’évoquais avec vous la semaine dernière, deux scénarios potentiels à court-terme. […]

Laissez un commentaire