EURUSD à 1,20, Draghi peut-il garder la main ?

Rédigé le 6 septembre 2017 par | EUR/USD, Taux & Devises Imprimer

Certains mythes sont faits pour tomber. Une pensée ce matin pour tous les motards qui viennent de découvrir que leur emblématique et belle Italienne Ducati, appartenait en fait à… l’Allemand Volkswagen.

Le romantisme n’a pas sa place sur les marchés.

La politique monétaire risque de créer autant de désillusions et Mario Draghi aura fort à faire pour garder le contrôle des marchés.

Un coup d’avance

Ce jeudi, les investisseurs seront focalisés sur la réunion de la BCE. Le silence de Draghi lors du sommet de Jackson Hole n’a fait qu’amplifier les attentes. Or, le Forex est plus que jamais un marché d’anticipation. Peu importe ce qui se dit ou se fait ; l’important est d’avoir toujours le coup d’avance.

Regardez les forces en présence sur le dollar (en rouge) et la monnaie européenne (en bleue) depuis le 1er janvier.

EURUSD Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Rappelez-vous les anticipations enthousiastes des analystes qui voyaient jusqu’à 4 hausses de taux de la Fed ; rappelez-vous ceux qui voyaient l’euro passer sous le dollar.

Jamais les grosses mains n’y ont cru. La tendance s’est construite tranquillement, inlassablement. Depuis le début de l’année elle sommeillait et attendait son heure.

Je vous avais déjà prévenu le 8 mars (eh oui !) dans cet article :

« Actuellement à 1,06, nous avons donc plusieurs indicateurs qui me font penser qu’un rebond de l’EURUSD devient plus que probable. Je passerai donc acheteur en cas de dépassement des 1,0650 pour viser 1,1050, 1,1450 puis 1,20 $. »

Pour réussir à tirer votre épingle du jeu, vous devez toujours avoir un coup d’avance !

Mario, sapeur-pompier

Aussi, Mario Draghi risque cette fois de s’alarmer de la remontée de l’euro et tenter d’éteindre l’incendie. Mais c’est une erreur de penser que cette hausse est un feu de paille. Au contraire, la force de l’euro n’est pas « passagère » mais bien le fruit d’une impuissance européenne à contrôler sa monnaie.

Une nouvelle fois, les Etats-Unis réussissent à amener leur monnaie là où ils le souhaitent pour doper leur commerce extérieur. Il n’y a finalement que les Chinois qui essayent de contrer cette dévaluation du dollar !

Nous sommes donc condamnés à « subir » notre monnaie sans en avoir la maîtrise.

Problème ?

Nous ne maîtrisons pas notre monnaie mais dépensons autant que les autres avec l’assouplissement monétaire et des taux négatifs. Sans être un grand financier, dépensez plus pour gagner moins n’a jamais rendu riche qui que ce soit.

Quid du Bund ?

Vous l’aurez compris, les marchés ne laisseront que peu répit à la hausse de l’euro. La tendance va se poursuivre. Les réticences allemandes vont s’amplifier à l’approche des élections, et Draghi devra envoyer des signaux d’un ralentissement, même infime, du QE.

Dans ce cas, l’euro pourrait aller chercher les 1,25 ou même 1,30 $ d’ici l’année prochaine.

Mais, c’est surtout les taux allemands qu’il va falloir surveiller.

Avec une hausse de 15% de l’euro, le Bund n’a pas pratiquement pas bougé, illustrant l’anomalie de marché qui arrive à bout de souffle. Si la hausse de l’euro est due aux anticipations de resserement monétaire, comment expliquer que le Bund ne bouge pas ?

Pire, les taux continuent de reculer ! (Et donc le Bund de monter). Il n’y a qu’une façon de l’expliquer : la peur. Or elle n’est jamais très bonne conseillère …

Bund : patience…

Voici l’évolution du contrat Bund (inverse aux rendements donc) depuis les mesures d’assouplissement de la BCE.

Bund en données weekly Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Si la tendance ne fait aucun doute, la situation pourrait évoluer dans les prochains mois. Une divergence baissière se construit solidement et devrait limiter désormais le potentiel haussier. En revanche, la baisse, elle devrait être explosive.

Il sera donc important de positionner quelques ordres (prudents) sur la cassure de zones clés. Nous viserons à moyen terme un retour sur 155 points.

Bund en données daily Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Attention, des excès haussiers ne sont pas à exclure à l’approche du discours de Draghi, mais sans clôture hebdomadaire au-dessus de 170, la configuration restera valide.

Bons trades.

PS : si vous voulez tirer parti de ces guerres de devises sans toucher au Forex, lisez ce document qui vous expliquera quel système appliquer et quelles entreprises cibler.

Mots clé : - - -

Jérôme Reviller
Jérôme Reviller

Passionné de finance et autodidacte, Jérôme Revillier dirige aujourd’hui une société de gestion spécialisée sur le marché des changes. Il collabore avec des investisseurs particuliers avertis, des institutionnels ou encore des hedge funds cherchant de la performance absolue.

Vous pouvez croiser Jérôme sur des salons comme Actionaria, le salon du Trading ou le salon de l’Analyse Technique – il parcourt aussi la France, la Suisse et la Belgique pour rencontrer les investisseurs et leur faire partager son approche bien particulière des marchés.

Laissez un commentaire