EuroStoxx50 : mon plan de route pour gérer l’alerte de la semaine dernière

Rédigé le 3 juillet 2017 par | Algos, Analyses indices, Europe Imprimer

Petit coup de blues sur les marchés la semaine dernière. Des supports ont été enfoncés, des dynamiques haussières ont été invalidées.

Ce genre de mouvement qui prend place après une longue phase de hausse reste, à mon humble avis, l’un des plus difficiles à gérer psychologiquement, car il est soudain et vient remettre en cause un consensus depuis longtemps établi.

Et c’est là que l’analyse technique est d’un grand secours, car une fois son horizon d’intervention établi, elle permet de définir quels supports et quelles résistances devront être suivis – et à partir de quel niveau arbitrer ses positions.

Elle permet d’évacuer l’aspect psychologique pour se concentrer uniquement sur le message que renvoient les prix, c’est-à-dire le marché et ses intervenants.

Bref, s’il y a quelques jours, je vous proposais une analyse de l’EuroStoxx 50, c’est bien parce que son comportement me semblait pour le moins suspect.

C’était comme un mauvais pressentiment, rien de bien tangible, pas encore de signal d’alarme. Mais quand vous avez vu 10 000 fois la même configuration se mettre en place, vous développez comme un sixième sens quand elle ne se développe pas « normalement ».

C’est pour cela que, pour parer à toute éventualité (voire probabilité), j’avais partagé avec vous une ligne de conduite pouvant servir de guide en cas de coup de grisou. Et comme le canari est resté au fond de la mine et qu’il ne chante plus, c’est le moment d’affiner cette l’analyse pour passer en mode « trading » en développant les stratégies possibles et, surtout, en identifiant les risques encourus en fonction des différents scénarios.

Je vais de ce pas vous détailler tout cela.

Commençons avec la vue journalière et les constatations de base. Que voyons-nous ?

EuroStoxx en données journalières Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

1. Le canal haussier est cassé. La tendance court terme a vécu. 2. L’attaque baissière a été extrêmement rapide et, pour le moment, nous sommes toujours sous l’influence des forces vendeuses qui ont fait piquer du nez l’EuroStoxx50.

Faut-il shorter l’EuroStoxx ?

A ce stade, vous devez certainement vous demander s’il est temps de protéger vos positions ou de shorter (passer vendeur) l’EuroStoxx.

Question à laquelle le graphe répond, ou tout au moins permet de constater que si l’impulsion est toujours baissière, il n’en reste pas moins que deux supports se trouvent à proximité.

Le premier était déjà mentionné dans la précédente analyse. Il s’agit de la moyenne mobile 150 périodes (du lourd donc). Elle est toujours ascendante et se situe à moins de 1% du niveau actuel.

Le deuxième support est un support graphique de long terme. Il apparaît sur la vue hebdomadaire (j’y reviens dans un instant) et est désigné sous le doux nom de « S-I-H » (pour Support Intermédiaire Hebdomadaire).

CAC en données 3h Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

C’est le rectangle horizontal vert sur le graphe ci-dessous. Il se situe dans la zone des 3 300 points, c’est-à-dire à moins de 4,5% en dessous du niveau actuel.

Le marché répond donc tout seul à la question de savoir s’il faut maintenant passer vendeur ou pas sur un horizon journalier. Si vous voulez shorter l’EuroStoxx, un stop doit être placé au-dessus du dernier point haut, soit vers 3 680 points – ce qui représente une prise de risque de 7%.

En admettant que l’EuroStoxx ne rebondisse pas sur sa MM150, mais aille chercher le support S-I-H, cela revient à dire que l’on prend un risque de 7 pour essayer de gagner 4,5.

Autrement dit, le genre de prise de position « émotive » qui comporte un ratio de risque/rendement NEGATIF.

Ce genre de prise de position est la meilleure façon de perdre à coup sûr sur la durée et de couler son compte de trading.

Si vous suivez mes élucubrations et autres plans de trade depuis un certain temps, vous savez que, généralement, je ne n’accepte pas de trade si le ratio risque/rendement n’est pas au moins de 5 en ma faveur. Je veux bien risquer 1 pour espérer gagner 5.

Lors de ma dernière analyse, la trame que je vous proposais était : « Si le canal haussier vert est cassé, alors on reste haussier à cause de la MM150 qui arrive en soutien, MAIS on évite de renforcer. Si le canal haussier est cassé ET que la MM150 est enfoncée et que la résistance historique n’est toujours pas passée, alors branle-bas de combat : on sort le casque lourd et les trackers bear.« 

Vous devinez ma conclusion : ne rien faire ! D’autant plus, qu’a priori, un rebond est en préparation – tout comme sur le CAC 40 (je vous en parlais vendredi dernier).

Si l’on doit passer vendeur, ce sera en profitant du pull-back à venir et d’un nouveau signal baissier. C’est à ce moment-là que nous aurons la possibilité de placer un stop rapproché, et donc de jouer une baisse qui sera beaucoup plus conséquente au regard du risque pris.

Eté agité en vue sur l’EuroStoxx !

Maintenant que les considérations tactiques ont été posées par la vue journalière, je vous propose d’aller jeter un coup d’oeil sur la vue hebdomadaire car la perspective s’est diablement assombrie pour l’EuroStoxx50.

C’est très simple : la bougie trimestrielle (petit encadré en bas à gauche du graphe un peu plus haut) vient de se terminer. Sa mèche haute montre clairement une tentative de passer la résistance oblique historique (ROH sur le graphe).

Tentative qui a échoué !

C’est donc une très vilaine bougie trimestrielle qui vient tout juste d’apparaître et si l’EuroStoxx50 ne se reprend pas rapidement, l’été risque d’être particulièrement tourmenté.

Sur le long terme, la zone du support S-I-H sera particulièrement importante car c’est LE support à ne pas enfoncer. C’est en fait un double support avec un support graphique (le segment bleu horizontal) qui coïncide avec la moyenne mobile 150 périodes (MM150 – bleu pointillé).

Il est temps d’en venir à la conclusion :

Ce qui tombe bien : les grandes vacances commencent…

J’espère que cette brève mise au point vous sera utile pour gérer vos positions sur l’EuroStoxx50 ainsi que sur le CAC 40.

Bonne semaine et bon début de vacances pour les plus chanceux,

Gilles,

Vivre du trading, c'est possible !

Mots clé : - -

Gilles Leclerc
Gilles Leclerc
Trader

Gilles a tout d’abord commencé dans la grande finance. Avec un MBA de la prestigieuse université américaine de Hartford, il a ensuite intégré la direction Financière IBM Europe et ensuite d’IBM Corporation (headquarters mondial). Puis, peu à peu, la passion boursière le gagnant, il s’est tourné vers les activités de trading.

Cela fait maintenant 20 ans que Gilles trade sur les marchés et il se consacre exclusivement à cette activité depuis une dizaine d’années.

Dès 2008, il fut l’un des premiers à pressentir les modifications profondes qu’allaient occasionner l’utilisation intensive des algorithmes sur les marchés financiers ; il a su s’adapter en mettant en place de nouvelles stratégies de trading répondant à ce nouvel environnement. Il créa donc son propre système de trading tout à fait spécifique et basé sur des concepts innovants.

De façon à prouver la validité de son approche, il reste l’un des rares traders/analystes à poster régulièrement ses prises de position en « Live » sur un site d’Analyse Technique de renommée ( Univers Bourse ) où il partage l’intégralité sa méthodologie.

Il intervient désormais dans La Bourse au Quotidien afin de partager son expérience et de proposer ses analyses et sa méthode au plus grand nombre.

3 commentaires pour “EuroStoxx50 : mon plan de route pour gérer l’alerte de la semaine dernière”

  1. Merci Gilles !
    Le rebond du jour sur le Cac pourrait bien aussi faire long feu…on sent que depuis début mai, la dynamique haussière est pour le moins contrariée…

  2. S’il vous plaît, nous attendons votre article sur l’EUR/USD. Merci.

  3. Bonjour Arthur et merci de votre intérêt pour La Bourse au quotidien.
    L’article de Gilles Leclerc sur l’EURUSD est paru aujourd’hui. Nous vous laissons le découvrir ici :
    http://labourseauquotidien.fr/eurusd-hausse-impact-publications-trimestrielles/

    Bonne lecture.

Laissez un commentaire