Inscrivez-vous gratuitement à La Bourse au quotidien


« L’Europe, l’Europe, l’Europe ! » — compte à rebours avant éclatement ?

Rédigé le 30 janvier 2017 par | Analyses indices, BCE, Europe, Statistiques et données macro, Taux & Devises, VIX Imprimer

« L’Europe, l’Europe, l’Europe ! »

Cette célèbre « sortie » du Général de Gaulle — fustigeant les esprits simples qui pensaient que l’Union à marche forcée de tous les pays du Vieux Continent résoudrait tous les problèmes — pourrait bien revenir comme un boomerang au nez des gérants et stratèges qui ne jurent que par les actifs libellés en euro depuis que Wall Street a pris +10%, suite à l’élection de Donald Trump.

L’Europe en retard sur les indices US…

Oui, les indices européens ont pris du retard. Oui, il semble logique de considérer que continuer à payer des actions déjà hors de prix outre-Atlantique, c’est prendre un risque inutile… (c’est pourtant ce scénario absurde qui perdure jusqu’à présent). D’expérience, lorsqu’un rattrapage s’enclenche, cela survient au bout d’une quinzaine de jours, le temps que les gérants fassent le point sur leurs positions et fassent leur liste d’actions ou d’indices décotés sur les places étrangères.LE DEBAT HEBDO

Mais rien de tel ne se produit depuis 10 semaines. Le rattrapage tarde ; cela devient très long pour tous ceux qui sont surpondérés en valeurs du CAC40 ou de l’Euro-Stoxx600 et qui voient le Dow Jones franchir les 20 000 points tandis que l’indice parisien continue d’échouer piteusement sous les 4 900 (ou les 12 150 points sur le CAC Golbal Return).

Les gérants US qui font la pluie et le beau temps en Europe sont complètement captivés par l’actualité domestique qui se déroule sous leurs yeux. Les marchés doivent désormais s’habituer à une actualité twittée depuis le bureau ovale, à des déclarations à prendre au premier degré et non au troisième, à un décryptage kabbalistique des communiqués — comme du temps de l’ère Greenspan.

En un mot comme en cent : c’est aux Etats-Unis que « ça se passe » et nulle part ailleurs. Le slogan América First est déjà une réalité bien tangible pour Wall Street. Toutes les attentes ont été déçues sur le Vieux Continent. Il ne s’est rien passé la semaine dernière sur le CAC (-0,45%) ou l’Euro-Stoxx50 (+0,1%), alors que le Dow Jones engrange +1,3% (merci Microsoft qui gagne +2,3% et dont la capitalisation refranchit le cap des 500 Mds$ pour la première fois depuis l’an 2000).

Indices
Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

La méthode Trump plaît apparemment aux marchés.

On nous explique aujourd’hui que le fait de tenir ses promesses (surtout celle que l’on espérait voir enterrées) rassure.

En fait, l’Europe est hors-jeu, et Trump se réjouit à l’idée de son éclatement

Le spectacle d’une Europe qui s’enfonce dans ses contradictions monétaires et fiscales, quel spectacle réjouissant ! Cela ne peut qu’inciter les investisseurs à privilégier une Amérique qui va redevenir great. Et c’est ce qu’ils semblent prêts à faire : Wall Street a battu une nouvelle série de records, le VIX s’est ancré dans ses plus-bas à 10,30 points le vendredi 27 janvier.

Les places européennes n’ont rien fait.

Wall Street semble pardonner toutes les outrances et la stratégie de rupture assumée de Donald Trump sous prétexte qu’il est « pro-business » alors que l’Europe ne semble préoccupée que de récupérer une partie des impôts et taxes non versés par des multinationales qui « créent de la richesse ». L’Europe veut les punir, Donald Trump veut les amnistier !

L’Europe (et surtout l’Allemagne) refuse de relancer son économie avant que les déficits soient suffisamment résorbés ; Trump a prévu de les faire exploser.

Son constat est simple et pragmatique : tant qu’il y a de l’argent et peu importe la provenance du fleuve de liquidités (BCE, BoE, BoJ, PBOC), il y aura toujours quelqu’un pour acheter des T-Bonds mieux rémunérés que des Bunds ou des OAT.

Le marché, anesthésié par l’opium monétaire, ignore qu’il puisse exister un réel danger. Pour lui, c’est comme un saut sans parachute dans un casque virtuel. La sensation peut être terrifiante mais on se rappelle vite qu’il suffit de retirer le casque pour se rassurer.

Alors, gardons le casque sur les yeux et réjouissons-nous de la sensation grisante de chute libre dans le puits sans fond de la dette… Le premier qui retirera le casque de Wall Street poussera un cri d’épouvante, car la réalité c’est qu’il chute depuis les 20 100 points… et que cela correspond à 20 100 Mds$ de dette américaine !

Mots clé : - - - - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

3 commentaires pour “« L’Europe, l’Europe, l’Europe ! » — compte à rebours avant éclatement ?”

  1. Bonjour M. Béchade. J’apprécie et trouve très juste la trèèèès grande majorité de vos analyses. Je suis moi-même convaincu que nous n’en avons pas pour encore très longtemps. À aller jusqu’à il y a 6 mois, j’avais même un site d’analyse très sérieuses, dont les données statistiques venaient de sources absolument crédibles et qui s’appelait: effondrement-economique.com. J’y ai mis fin à cause du manque général de volonté de la majorité des citoyens à scruter le fond des choses; la peur fait peur et, M. Yvon Trouver est toujours mis de l’avant pour tout solutionner.
    Je veux vous faire une petite remarque à propos de votre affirmaton « Le Obamacare a bien été suspendu « . Ça n’est pas le cas. Le décret qu’a signé le « Blé d’inde » (au Québec, on qualifie de « Blé d’inde » les personnes sans envergures!) permet à ceux aux nouvelles personnes qui auraient pu s’inscrire à l’Obama care de ne pas le faire et de ne pas subir de pénalités, ce qui n’était pas le cas auparavant!
    Agréable journée à vous tous! Pour voir mes dernières oeuvres surréalistes concernant TrumpPoutine, allez à cette adresse: http://www.rleclerc.com/Presentations/Trump-Poutine.html
    Attention! Le serveur HostPapa ne fonctionne pas toujours bien. Il est parfois très lent! Si cela vous arrive, vous devrez attendre, des fois jusqu’à plusieurs minutes avant que ne se chargent les images et que vous ayez accès à toutes les fonctions. – Pour voir toutes mes oeuvres et faire une bonne promenade dans la réalité américaine: http://www.rleclerc.com – (site toujours en construction)

  2. Petit oublis: Je suggère à tous de livre le dernier livre de François Morin (bardé de diplômes- ancien au conseil d’administration de la Banque de France, etc, etc,) Le nom du livre: L’Hydre mondial (ce sera un effondrement tellement total que rien ne pourra faire qu’on pourra s’en relever. C’est mathématique!)

  3. Bonjour Monsieur
    Qu’elle est la sécurité avec la monnaie .
    Est il préférable et sécuritaire d’avoir des dollars plutôt que des euros ?
    MERCI pour votre réponse

Laissez un commentaire