L’euro fait de la résistance

Rédigé le 16 juin 2010 par | Apprendre la Bourse Imprimer

Par Vanessa Popineau, pour la Rédaction

Depuis quelques mois, vous le savez aussi bien que moi, notre monnaie unique est en mauvaise posture. Cependant, rien n’est perdu. Et pour reprendre une célèbre formule du général de Gaulle — tout en la remaniant quelque peu –, l’euro a perdu une bataille ! Mais l’euro n’a pas perdu la guerre !

En effet, dans la bataille sans merci que se livrent l’euro et le dollar sur le front du marché des changes, notre devise européenne fait de la résistance. Elle n’a pas encore rendu les armes. Cela d’autant que le dollar est un bien piètre adversaire. Un petit roi de pacotille. Un imposteur affublé d’une couronne.

Comme le rapporte Jérôme Revillier, notre spécialiste du Forex, dans les colonnes de La Quotidienne de MoneyWeek :

« La situation aux Etats-Unis est préoccupante. Cette semaine, les demandes de chômage ont une nouvelle fois déçu. L’emploi, pourtant nécessaire à une reprise du durable, continue de se dégrader. »

Ne nous fions donc pas aux royales apparences du dollar et achetons de l’euro. En effet,  pour Jérôme Revillier, « l’heure est venue d’acheter de l’euro pour profiter d’un rebond au moins technique. »

Graphique à l’appui, il perçoit même un fort signal d’achat sur l’EUR/USD et fixe des objectifs intermédiaires. Selon lui, nous devons nous attendre « à un retour de la monnaie unique dans la zone de congestion entre 1,30$ et 1,35$ dans les semaines prochaines. »

Une déclaration qui confirme également le discours tenu vendredi dernier par Sébastien Duhamel, notre spécialiste des turbos :

« Après avoir cassé les 1,21$, la parité est allée chercher en début de semaine les 1,18$, juste au-dessus de l’énorme zone de support horizontale à 1,17$, ancien plus bas de 2005. Un net rebond s’est depuis mis en place. Il pourrait s’accélérer dans les prochaines semaines en direction des 1,31$, et devrait favoriser une surperformance des places européennes, comme cela a commencé à être le cas cette semaine. »

Et cela semble, toute proportion gardée, se confirmer. En effet, malgré une nouvelle dégradation de la Grèce lundi soir par l’agence de notation Moody’s — et une incursion passagère sous les 1,22$ dans la matinée mardi — l’euro s’est relativement bien tenu, s’appréciant à la mi-séance de +0,37% à 1,2273$. Comme le dit l’adage, qui va piano va sano

Donc avant de commémorer le soixante-dixième anniversaire de l’appel du 18 juin et de nous remplir — pour l’occasion — les bourses d’euros à l’effigie du général de Gaulle, parions sur notre devise européenne. Résistons aux sirènes du dollar et achetons de l’euro !

Mots clé : - -

2 commentaires pour “L’euro fait de la résistance”

  1. on dirait 🙂 que l’euro évolue dans un canal 1.19 à 1.23 avec la ligne de front vers 1.21 ….est-ce la zone d’équilibre ou bien nous repartirons à la hausse ?! vers 1.35…Jim Rogers le pense…

    autre mouvement, on s’attend à une nouvelle dégradation, voire pire de l’Espagne ou de la France mais cela ne semble plus avoir le poids pour envoyer l’euro au fond du trou. Peut-être que la Chine qui fait plus de commerce avec l’Europe qu’avec les USA ne veut pas que l’euro baisse trop ?!

  2. […] que notre devise européenne regagne sinon en vigueur du moins — pour le moment — en stabilité. La devise européenne fait de la résistance… lentement mais […]

Laissez un commentaire