L’étau se resserre sur l’euro !

Rédigé le 12 juillet 2012 par | Matières Premières Imprimer

« Arrêtez tout, les affaires reprennent ! »
De quoi parlons-nous ? De la décision de la BCE de baisser son taux directeur… ce qui a instantanément provoqué une chute de l’eurodollar.

Résultat : FxProfitTrader, notre service de trading sur devises, a vu son portefeuille gagner 3% en une seule journée –  grâce à une position à découvert qui nous a permis de profiter de la situation.

Ce gain est venu compléter une série de 10 plus-values engrangées sur les 14 derniers trades… et de nouvelles opportunités apparaissent tous les jours : pour recevoir les prochaines recommandations de notre spécialiste, c’est par ici !

Profitez de la baisse des taux…

L’euro a atteint ce mardi un nouveau plus-bas face au billet vert à 1,2235 depuis juin 2010. Si l’aversion au risque est le principal catalyseur de la progression du dollar, la faiblesse de l’euro se généralise cependant face à toutes les autres monnaies.

Graphique: Indice de force de l'euro
Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

L’indice ci-dessus représente l’évolution de la monnaie unique face à toutes les autres devises mondiales. Le constat est sans appel ; l’euro s’affaiblit même contre des devises de pays dans la tourmente comme les Etats-Unis et la Grande-Bretagne.

Alors que la livre sterling résiste un peu mieux que le dollar US depuis le début d’année (respectivement +1,36% et +0,91%), l’euro décroche fortement.

Graphique : EUR USD GBP
Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

La baisse de l’euro, un effet d’aubaine ?

Si vous faites partie de ceux qui sont tentés de se féliciter de la baisse de la monnaie pour nos exportateurs, restez mesuré.

Nous pourrions, en effet, dans un monde idéal, voir dans la baisse de l’euro l’effet salvateur d’une banque centrale proactive, défendant sa devise et la compétitivité de son territoire par des actions musclées et massives. Il n’en est rien.

La BCE ne surprend pas, hésite malgré une réactivité certaine dès le début de la crise, mais ne parvient pas à relancer le système monétaire qui reste menacé de blocage. Son bilan, qui dépasse les 3 000 milliards d’actifs dont une partie très douteuse, comparé aux résultats dans l’économie réelle, illustre l’inefficacité du système de décisions européen.

Plutôt le symptôme d’une maladie profonde

Si, bien sûr, la baisse des taux a affecté la monnaie européenne, la nouvelle était très largement anticipée. La baisse de l’euro est surtout due à la dynamique qui tarde à s’enclencher.

La chute de l’euro n’est que le reflet du cercle vicieux dans lequel s’enfonce la zone euro, tout juste capable de gagner du temps et de déverser des milliards (qu’elle n’a pas) dans des banques malades. La baisse de l’euro, c’est le reflet de l’incapacité de la zone euro à signer un accord sans le remettre en cause le lendemain. Le dernier sommet en a encore été l’illustration parfaite.

L’euro, vecteur de carry trading ?

Mais, d’un point de vue d’investisseur actif, la baisse de l’euro ouvre une porte vers le carry trading. La semaine dernière, je vous parlais par exemple de l’EURAUD qui a atteint de nouveaux plus-bas.

Graphique: EURAUD
Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Alors que la banque d’Australie a marqué un arrêt dans la baisse de ses taux qui restent encore à 3,50%, la BCE les a de nouveau abaissés : le différentiel de taux avec la zone euro favorise la technique de carry trading.

Donc si, bien entendu, des rebonds ne sont pas à exclure, la tendance devrait perdurer avec une rémunération intéressante pour les vendeurs de la paire EURAUD.

EURGBP, attention danger…

L’illustration parfaite de la défiance envers la zone euro est l’évolution de la paire EURGBP. Malgré des taux, dans ce cas, défavorable à la livre sterling, les investisseurs privilégient pourtant la devise anglaise. Ainsi, la paire EURGBP a franchi un niveau au plus bas depuis octobre 2008.

EURGBP : Graphique hebdomadaire.
Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Nous arrivons ainsi dans une zone très forte de support qui, en cas de cassure, ouvrirait à un retour sur 0,76 puis 0,72 GBP pour 1 euro. Ce qui est sûr, c’est que l’immobilier du sud-ouest dont raffole les britanniques devrait en profiter !

Bonne semaine et bons trades FOREX.

Mots clé : - -

Jérôme Reviller
Jérôme Reviller

Passionné de finance et autodidacte, Jérôme Revillier dirige aujourd’hui une société de gestion spécialisée sur le marché des changes. Il collabore avec des investisseurs particuliers avertis, des institutionnels ou encore des hedge funds cherchant de la performance absolue.

Vous pouvez croiser Jérôme sur des salons comme Actionaria, le salon du Trading ou le salon de l’Analyse Technique – il parcourt aussi la France, la Suisse et la Belgique pour rencontrer les investisseurs et leur faire partager son approche bien particulière des marchés.

Un commentaire pour “L’étau se resserre sur l’euro !”

  1. Bonjour,

    Merci pour vos analyses qui sont toujours très pertinentes.
    Quel(s) broker(s) (français ou étrangers) me conseilleriez-vous pour faire du carry trading, sous-entendu dont les taux d’intérêt proposés sont intéressants ?

    Cordialement.

Laissez un commentaire