Les Etats-Unis ont tiré le premier coup de canon d’une nouvelle guerre commerciale

Rédigé le 2 février 2018 par | A la une, Toutes les analyses Imprimer

Que l’on y soit prêt ou non, une nouvelle guerre commerciale est lancée entre la Chine et les Etats-Unis. Elle pourrait faire dégringoler les marchés actions, provoquer un tassement du commerce mondial et démolir le scénario de « croissance synchronisée » que les élites internationales ont prôné tout au long de l’année 2017.

Cette guerre commerciale a débuté la semaine dernière [NDLR : le 22 janvier], et a pris de l’ampleur dès le demain, avec le discours de Trump sur l’état de l’Union.

Les mesures de Trump visent particulièrement la Chine

guerre commercialeEn effet, le lundi 22 janvier, Trump a annoncé l’application de droits de douane de 30% sur les importations américaines de panneaux solaires et de machines à laver. Le point important, c’est qu’ils s’appliquent au monde entier, et pas seulement à la Chine. Mais celle-ci reste de loin la principale source des panneaux solaires expédiés vers les Etats-Unis. Par ailleurs, la Chine et la Corée du Sud sont les plus grands fournisseurs de machines à laver.

Donc, même si Trump peut affirmer que ces tarifs douaniers ne visent pas spécifiquement la Chine, c’est tout de même bien le cas.

La Chine n’a pas tardé à riposter à cette annonce. Mardi 23 janvier, le ministre du Commerce chinois a exprimé sa « grande insatisfaction » et déclaré que « cela aggraverait le contexte commercial mondial ».

Trump n’en a pas fini, avec les tarifs douaniers. Au cours des semaines à venir, nous pouvons nous attendre à de nouvelles annonces concernant les importations américaines d’acier et d’aluminium.

Là encore, ces importations viennent surtout de Chine. Mais les tarifs douaniers vont probablement toucher tous les pays qui exportent vers les Etats-Unis.

Ne soyez pas victime de cette guerre commerciale

Les marchés ne sont clairement pas préparés à la guerre commerciale qui prend forme. Mais vous n’êtes pas obligé de vous laisser faire ; vous devez vous préparer dès maintenant.

L’une des principales hypothèses de Projet Prophesy, le système d’analyse prédictive des marchés que nous avons développé avec IBM, est la suivante : en période d’endettement excessif et de croissance trop faible, et pour dérober de la croissance à leurs partenaires commerciaux et adversaires géopolitiques, les pays ont d’abord recours aux guerres des devises, puis aux guerres commerciales et, enfin, aux conflits armés.

Après la guerre des devises, la guerre commerciale

La dernière guerre des devises a débuté en janvier 2010, lors d’un précédent discours sur l’état de l’Union : celui du président Obama. Cette nouvelle guerre commerciale « arrive pile à l’heure ».

Nous avons déjà constaté ce schéma après la Première Guerre mondiale. En effet les dettes et réparations de guerre irrécouvrables pesaient sur les principales nations industrialisées et retardaient la croissance.

Cette situation a d’abord donné lieu aux guerres des devises. Elles ont commencé en 1921 avec l’hyperinflation de Weimar, en Allemagne. Puis elles ont persisté jusqu’aux dévaluations monétaires de 1925 en France, 1931 au Royaume-Uni, et 1933 aux Etats-Unis. Ensuite, le Royaume-Uni et la France ont à nouveau dévalué en 1936.

La guerre commerciale correspondante a débuté plus tard, avec la loi sur les tarifs douaniers « Smoot-Hawley Tariff » de 1930, et s’est poursuivie en parallèle. Le conflit armé a débuté avec l’invasion japonaise en Mandchourie en 1931. Ensuite il s’est intensifié avec l’invasion allemande de la Pologne en 1939. Puis il y a eu l’attaque des Japonais sur Pearl Harbor en 1941 et s’est poursuivi tout au long de la sanglante Seconde Guerre mondiale jusqu’en 1945.

La Guerre du Vietnam : naissance d’un endettement excessif

Nous avons à nouveau constaté ce schéma au cours de l’escalade ayant abouti à la Guerre du Vietnam, en 1965. La dette liée à la Guerre du Vietnam et des obstacles à la croissance, tels que le choc pétrolier, ont créé les conditions préalables à un endettement excessif/une faiblesse de la croissance au début des années 1970.

Le Royaume-Uni, qui avait ses propres problèmes de balance des paiements, a initié une guerre des devises en évaluant massivement la livre sterling en 1967. Les Etats-Unis ont dévalué le dollar en abandonnant l’étalon-or en 1971. Les guerres des devises ont fait rage à de multiples reprises dans les années 1970 et 1980.

La guerre commerciale correspondante est survenue au début des années 1980. Ronald Reagan a mené une violente offensive sur les importations de voitures japonaises. Il a remporté une belle victoire en forçant les constructeurs automobiles japonais et allemands à relocaliser leurs usines aux Etats-Unis. D’ailleurs, la plupart des voitures japonaises et allemandes sont produites à l’heure actuelle dans le Tennessee ou en Caroline du Sud.

Le point commun entre Reagan et Trump

Au fait, dans les années 1980, le principal négociateur de Ronald Reagan, sur le dossier des voitures japonaises, fut Robert Lighthizer. Aujourd’hui, ce vétéran de la guerre commerciale est le représentant au Commerce de Donald Trump. Le président l’a chargé d’éradiquer le déficit commercial américain.

Un conflit armé a été évité dans les années 1980 pour la seule raison que la guerre des devises s’est achevée sur une trêve déclarée lors des accords du Plaza de 1985. Cette trêve a été peaufinée lors des accords du Louvre de 1987. Mais il y a eu des feux d’artifice géopolitiques tout aussi historiques, alors que le Roi Dollar contribuait à l’effondrement de l’Union soviétique, progressivement, de 1989 à 1991.

Aujourd’hui, c’est à nouveau la même histoire.

Lisez la deuxième partie de l’article ici.

Bien à vous

Jim Rickards

Mots clé : - - - -

Jim Rickards
Jim Rickards
Rédacteur en chef de Strategic Intelligence

James G. Rickards est le rédacteur en chef d’Intelligence Stratégique, la toute nouvelle lettre d’information lancée par Agora Financial aux Etats-Unis. Avocat, économiste et banquier d’investissement avec 35 ans d’expérience sur les marchés financiers de Wall Street, Jim est également l’auteur de Currency Wars et de The Death of Money, deux ouvrages devenus best-sellers du New York Times. Enfin, Jim est également chef économiste pour le fonds d’investissement West Shore Group.

Il est également rédacteur en Chef de Trades Confidentiels et Alerte Guerre des Devises.

En savoir plus sur le service d’Intelligence Stratégique.

Un commentaire pour “Les Etats-Unis ont tiré le premier coup de canon d’une nouvelle guerre commerciale”

  1. Passionnant et très clair ….
    Merci pour ces éclaircissements et mises en relation de tant d’événements décousus dans le temps et dont la chronologie de Mr James G.RICKARDS permet de comprendre l’évolution historique , économique de notre planète …..
    J’attends avec impatience la suite de l’article , la semaine prochaine ….
    Cordialement

Laissez un commentaire