Thanksgiving n’a dopé la consommation ni le moral des ménages US.

Rédigé le 11 décembre 2015 par | Toutes les analyses Imprimer

La croissance américaine repose à 70% sur la consommation et ce vendredi s’avère particulièrement riche d’enseignement avec pas moins de 3 chiffres directement liés à cette thématique…

Tout d’abord, la croissance des ventes au détail a faiblement accéléré en novembre (+0,2%) du fait de la baisse des ventes de carburants et du prix des produits alimentaires.

En ce qui concerne l’habillement, l’électro-ménager et l’électronique, la hausse est de +0,6%, ce qui est satisfaisant mais sans plus. Ainsi, le weekend de Thanksgiving ne traduit pas d’accélération des dépenses des ménages après un mois d’octobre décevant (+0,1%).

Le corollaire de cette fébrilité de la consommation, c’est une hausse des stocks des entreprises à 1,38% contre 1,37%, le pire score depuis 2009 : cela peut parfois être bon signe (re-stockage avant une saison de ventes estimée « solide »), mais en l’occurrence, cela provient des invendus.

C’est décevant et ce n’est pas le seul exemple : 90 minutes plus tôt, l’indice de confiance des ménages du Michigan est ressortie en hausse de seulement +0,5% à 91,8.

Il ne reste plus qu’à mesurer l’impact d’un Wall Street qui stagne cette année: c’est tout l’effet « richesse » qui menace de s’évanouir.

Mots clé : -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire