Inscrivez-vous gratuitement à La Bourse au quotidien


Et si l’Allemagne perdait la moitié de sa croissance en 2017 (selon DIW) ?

Rédigé le 8 septembre 2016 par | Analyses indices, Autres indices, Indices, sociétés et marchés, Toutes les analyses Imprimer

Alors que l’attention des investisseurs est focalisée sur la conférence de presse de Mario Draghi, l’institut DIW révise drastiquement à la baisse ses anticipations de croissance économique allemand à +1% en 2017 alors qu’elle devrait atteindre 1,9% cette année (révisée de +1,7%).

Les marchés peuvent évidemment se contenter de la seconde partie de la proposition et de considérer que 2017 c’est loin et que les conditions peuvent encore changer… en mieux.

DIW estime que l’Allemagne commencera à pâtir l’an prochain des conséquences du Brexit sur les exportateurs allemands, au moins jusqu’à la mi-2017, ce qui amputera le PIB 2017 de 0,3%.
En ce qui concerne les 0,4% de différence supplémentaires, cela tient à une question de calendrier, avec davantage de jours non travaillés l’an prochain.

Voilà une excellent excuse que nos énarques de Bercy devraient songer à exploiter: la croissance français serait supérieure à 1,5% en déduisant les jours chômés.

Et en déduisant les 40 jours d’arrêt de travail annuel de certaines administrations (la DDE notamment), cela donnerait quoi ?

Mots clé : - - - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la lettre Pitbull

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter 

Laissez un commentaire