Et encore un signe de fébrilité des marchés américains !

Rédigé le 21 avril 2015 par | Autres indices, Toutes les analyses Imprimer

Quelques petits ratios qui donnent à réfléchir : en 2013, les rachats d’actions au sein du S&P 500 avaient représenté 31% de la rémunération additionnelle versées aux actionnaires.

En 2014, ce pourcentage grimpait à pratiquement 36% (les bénéfices ayant stagné voir légèrement reculé en fin d’année).

En 2015, les rachats déjà estimés à plus 750Mds$ en rythme annuel représenteraient… 104% de la rémunération additionnelle distribuée aux actionnaires, compte tenu de la contraction des bénéfices au 1er trimestre.

Avec des taux zéro et une croissance mondiale atone, de quelle autre alternative disposent les entreprises américaines pour enrichir les plus riches sans création de richesse additionnelle ?

Mots clé : -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire