L’Espagne, le risque majeur

Rédigé le 9 avril 2012 par | Autres indices Imprimer

Retour à la récession pour la péninsule Ibérique

Avec deux trimestres consécutifs de recul de son PIB, l’Espagne est tombée en récession. La grève générale face au plan d’austérité du gouvernement a fait la Une des journaux la semaine dernière. Ce plan de rigueur de 27 milliards est contesté – comme le sont de plus en plus les mesures de restriction successives dans une économie européenne qui a besoin avant tout de retrouver un peu de croissance pour s’en sortir.

L’ennui, c’est que si l’Espagne s’enflamme, l’impact sera autrement plus sérieux que la tragédie grecque que nous avons eue.

Finie la croissance européenne, finie la croissance américaine !

Allez chercher la croissance où elle se trouve :
chez les Cobras !

Leur irrésistible ascension ouvre un gisement de profits potentiels tel qu’on n’en voit qu’une fois par décennie… voire par siècle. Quelques investisseurs bien informés sont déjà en train de se positionner sur les plus belles opportunités de ces marchés cachés. A la clé : 324% de gains… au minimum !

Pour les rejoindre, continuez votre lecture…

L’Espagne, la Grèce puissance 10 !

L’Espagne est une économie majeure de la zone euro. Elle recommence à avoir des difficultés à emprunter et son indice, l’IBEX, a nettement reculé, en contraste avec la plupart des indices européens. D’un point de vue plus global, l’Union européenne ne peut se permettre un défaut, même partiel, de l’Espagne.

A court terme, nous le verrons ensuite, un rebond n’est pas exclu bien sûr. Mais dans les prochains mois, on voit mal comment l’Espagne pourra éviter la récession en 2012, tandis que le chômage flirte avec des niveaux record à 23%. Ce sera à n’en pas douter le nouveau « feuilleton à suivre » sur les marchés, et le printemps s’annonce une nouvelle fois très volatil. Mais si vous êtes trader, vous savez que hausse ou baisse importent peu : vous pouvez faire des allers-retours (sur les turbos par exemple) avec ce retour de la volatilité… La situation économique du pays sera à scruter de près pour identifier les niveaux d’achat et de vente, et surtout pour déterminer l’ampleur de la correction sur les marchés au fil des mois.

Les niveaux à surveiller sur l’IBEX : rebond puis descente aux enfers

Voyons sans plus attendre ensemble les niveaux à surveiller sur l’indice espagnol :

Graphique: Ibex
Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Ce qui nous frappe dès le premier coup d’oeil, c’est que la situation graphique de l’indice n’a rien à voir avec la plupart des indices européens et plus encore américains. Elle est en effet beaucoup plus dégradée, à court comme à moyen termes. Mais l’indice étant de plus en plus suivi par les opérateurs, contexte économique oblige, ses variations ont une légère incidence sur le comportement des autres places européennes (en particulier le CAC 40 et le Dax). Il faut donc bien surveiller les niveaux majeurs qui pourraient nous impacter !

La configuration est baissière à moyen terme tant que nous sommes sous les plus-hauts de février (8 850 points).

A court terme, l’indice revient déjà proche de ses plus-bas de novembre 2011, dans les 7 600 points. Y aura-t-il rebond sur ce niveau ? Rien n’est moins sûr tant le contexte économique est dégradé. Mais techniquement, c’est une bonne zone de support qu’il faut surveiller. Si l’indice espagnol rebondit sur ce niveau, achetez : il devrait alors revenir proche du haut du canal. Vous vendrez à l’approche des 8 400 points, et vous pourrez alors shorter le marché avec pour objectif un retour en bas de canal d’ici l’automne sur l’indice espagnol.

Ce bas de canal se situera proche des plus-bas de 2009, à 6 700 points, niveau de support majeur qui sera crucial pour cette année 2012.

Mots clé : - -

Sebastien Duhamel
Sebastien Duhamel

3 commentaires pour “L’Espagne, le risque majeur”

  1. […] L’Espagne, le risque majeur […]

  2. BCE Euro zone c’est pas la monnaie ubnique mais le Deutsch Mark sans frontières http://zebuzzeo.blogspot.fr/2012/04/crise-de-la-dette-sans-reforme-de-la.html

  3. […] Et s’il est vrai, comme je l’écrivais, que j’attendais un léger rebond avant la descente aux enfers de l’IBEX (je donnais comme objectif les 6 800 points alors que nous étions sur les 8 000 points), nous […]

Laissez un commentaire