Les entreprise de services du numérique (ESN) sous pression à la Bourse de Paris

Rédigé le 9 octobre 2018 par | Actions, Indices, sociétés et marchés, Mid et Small Caps, Trading, Bourse Imprimer

Il existe actuellement un étonnant paradoxe sur les marchés financiers. En effet, alors que le secteur de l’informatique est en situation de quasi-plein emploi avec la digitalisation de l’économie, la montée en puissance de l’Internet des objets (IoT) et l’essor de l’Intelligence artificielle (IA), les valeurs du secteur sont dans la tourmente, indépendamment d’ailleurs de leurs résultats…

L’exemple de Groupe Open (FR0004050300-OPN) est à cet égard révélateur. Le premier semestre n’a certes pas été exceptionnel, avec par exemple une hausse modeste du chiffre d’affaires en organique (+5% à 165 M€), mais il n’a pas non plus été médiocre, comme en témoigne l’augmentation de 4,3% du bénéfice opérationnel courant à 12,1 M€, soit une marge opérationnelle de 7,3%.

Les perspectives ont de surcroît été réitérées, aussi la société continue-t-elle de viser une croissance de son activité assortie d’une marge opérationnelle de 10% à horizon 2020.

En fait, les investisseurs n’ont manifestement retenu qu’une seule chose : une forte tension sur les ressources, ce qui suppose des difficultés pour recruter, avec de possibles tensions salariales.

Groupe Open et Aubay ont été lourdement sanctionnés

Graphes des cours de Bourse des actions Groupe Open et Aubay

Cliquer sur l’image pour agrandir

Depuis cette publication, l’action a quoi qu’il en soit abandonné plus de 20%, renouant ce faisant avec des ratios de valorisation assez faibles, avec par exemple une VE/ROC de 7. D’une manière générale, il me semble en fait que les gérants, outre la désaffection du moment pour le compartiment des petites et des moyennes capitalisations, ne veulent plus d’entreprise de services du numérique (ESN) en portefeuille et s’attendent à un tassement des marges en raison de ce(s) problème(s) de recrutement. Inférieures aux anticipations des analystes, les prévisions annuelles d’Accenture ont également semé le trouble.

Le cas d’Aubay (FR0000063737-AUB) est plus déroutant encore. Le groupe reste en effet sur des comptes semestriels de grande qualité, avec une progression de 8,9% des revenus en organique à 197,3 M€ et une hausse de la marge opérationnelle de 0,5 point à 8,8%. Les prévisions annuelles ont même été relevées, avec une croissance organique désormais attendue entre 7 et 9%, contre une précédente fourchette allant de 5 à 7%, mais le titre a reculé de plus de 10% depuis cette date !

Soit, l’action n’est pas donnée avec un PER de 18 ou encore une VE/ROC de 12, mais je ne pense vraiment pas que cette publication méritait un tel sort…

Il faudrait un électrochoc pour que le secteur remonte la pente, avec pourquoi pas un retour de la thématique des fusions-acquisitions. Toutefois, étant donné les egos des présidents, de telles opérations paraissent très hypothétiques, d’autant que 1+1 n’est jamais égal à 2 dans ce secteur. Il faut sans doute prendre son mal en patience et laisser passer cette purge, car fondamentalement je demeure persuadé que le secteur a encore de beaux jours devant lui.

Les investisseurs se montrent frileux sur les Gafam : un mauvais signe pour le reste de la cote ?

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias, conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management, responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance, consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

Mots clé : - - -

Laissez un commentaire