ESI GROUP: du piédestal au pilori

Rédigé le 27 mars 2013 par | Mid et Small Caps Imprimer

Le 18 février dernier, je vous livrais un article dans lequel je vous enjoignais de vous méfier des valeurs survalorisées. L’idée était tout simplement de vous faire comprendre que, pour ce type de valeurs, une légère déception peut entraîner un effet dévastateur sur le cours de Bourse… Nous avions vu cela avec l’exemple de BIC (FR0000120966). La semaine dernière, ESI GROUP (FR0004110310), nous l’a une fois de plus rappelé…

Pour ceux qui ne le savent pas, la société est spécialisée dans la conception et le développement de progiciels destinés à la réalisation d’essais virtuels. Solidement implantée à l’international, elle se présente elle-même comme le « pionnier et principal acteur mondial » sur son secteur d’activité. Rappelons, par exemple, qu’ESI GROUP a signé en novembre dernier un accord de joint-venture avec le Beijing Institute Aeronautical Materials. Il s’agira, au moyen d’une nouvelle société créée conjointement de « proposer des solutions d’ingénierie virtuelle basées sur une modélisation réaliste et fiable des matériaux et sur des procédés éprouvés de fabrication et d’essais de performance ». Cela permettra au groupe de pénétrer le marché chinois de l’aviation civile.

Côté Bourse, la valeur plaît aux investisseurs. D’ailleurs, elle faisait partie du top 3 de mon palmarès des plus belles valeurs qui ont marqué 2012. En 5 ans, le titre affiche une progressions de plus de 310%, passant d’un plus-bas de 5,53 euros à un plus-haut de 32 euros – cours atteint notamment la semaine dernière. Tout allait donc pour le mieux dans le meilleur des mondes… enfin jusqu’au 14 mars dernier.

_____________________Pour vous aider dans vos investissements______________________

« La plupart des informations dont je dispose ne peuvent pas être diffusées dans les médias. Pourtant, certaines pourraient vous permettre de réaliser des plus-values de 25%… 34,5%… 60%… et bien d’autres »

Découvrez tout ce que ce spécialiste ne révélera pas en direct à la radio… et accédez à tout un secteur d’opportunités de gain : les explications sont par ici…

• Petite déception, grosse dégringolade

Dans un récent communiqué, ESI GROUP a dévoilé un chiffre d’affaire en progression de 5,9% au quatrième trimestre, ramenant ainsi la croissance annuelle à 15,7%. Voilà quand même une sacrée croissance… Oui mais voilà, considérant que sur les neuf premiers mois de l’année la croissance était encore de 23%, vous constaterez tout comme moi que celle-ci s’est tout de même nettement infléchie en fin d’année. La cause ? Des projets gouvernementaux au point mort aux Etats-Unis en raison de difficultés budgétaires…

Selon le groupe « le ralentissement inattendu observé aux Etats-Unis sur notre quatrième trimestre et des anticipations de change défavorables suggèrent la prudence en ce début d’année. » Et ce en dépit du renforcement d’ESI GROUP dans les BRICS, Chine et Russie notamment. Franchement, malgré les réserves émises par la direction, je ne pense pas qu’il y ait réellement matière à paniquer. Pourtant, suite à cette annonce, le titre a connu une véritable descente aux enfers, passant de 31,37 euros le 14 mars à 25,45 euros le 21 mars, soit plus de 20% de baisse en moins d’une semaine.

ESI GROUP (FR0004110310)
Cliquez sur le graphique pour agrandir

Pourquoi une telle dégringolade ? La raison de cette (trop) sévère sanction boursière est simple. Elle réside dans le fait que, à l’image de BIC, ESI GROUP était jusqu’ici survalorisée – avec un PER de l’ordre de 18 et surtout avec une hausse ininterrompue de son cours de Bourse. De fait, la moindre petite contrariété, comme celle dont nous venons de parler plus haut, peut prendre de grandes proportions.

Mais ça n’est pas tout. Outre le plongeon du titre, nombreux sont les analystes qui s’interrogent sur le dossier. Le CM-CIC, par exemple, a dégradé le dossier à « conserver », avec un objectif de cours de 30 euros. Un autre analyste me confiait que le titre devait rester sous pression pendant quelques mois avant qu’une éclaircie se dessine… Et, j’ai même un ami proche, gérant de fonds, qui se demandait si la spirale haussière n’était pas finie et s’il ne fallait pas sortir du dossier. Voilà comment on redescend de son piédestal.

• Conclusion

En guide de conclusion, j’aimerais vous donner un conseil : n’ignorez jamais les critères de valorisation boursière (PER, VE/ROC, VE/CA). Gardez bien à l’esprit que les arbres ne montent jamais jusqu’au ciel. Ne vous laissez pas entraîner dans des survalorisations. L’exemple d’ESI GROUP le prouve encore une fois, à la moindre déception, la sanction peut être forte et immédiate pour ce genre de valeurs…

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

Laissez un commentaire