Journée noire pour les valeurs minières !

Rédigé le 7 décembre 2015 par | Big caps, Matières Premières, Toutes les analyses Imprimer

Nous n’allons pas passer en revue toutes celles cotées en Australie, à Londres ou en Suisse (déluge de dégradation d’objectifs de cours depuis jeudi dernier) pour nous consacrer sur les 2 cas les plus emblématiques et qui ont pour point commun d’avoir comme principal client et acheteur… la Chine.

Le conglomérat anglo-helvétique Glencore (JE00B4T3BW64 8GC) va « réduire ses effectifs » dans l’une de ses principales mines de charbon thermique à ciel ouvert de Collinsville en Australie orientale (a priori l’une des plus rentable, et qui fournit presque exclusivement les centrales électriques au charbon chinoises).

En fait de réduction, il s’agit de tailler à la hache dans sa masse salariale avec le licenciement de 80% du personnel de la mine dès mars 2016.

L’autre « info » qui reste à vérifier concerne Eramet (FR0000131757 ERA), qui selon un scoop  d’Outremer TV pourrait abandonner la production de mattes de nickel en Nouvelle-Calédonie, soit un cinquième de la production totale de son principal site d’extraction minier dans le monde.

Même si les mattes néo-calédoniennes sont exclusivement destinées au site normand de Sandouville (en Seine-Maritime), la majeure partie de la production de nickel de l’île est absorbée par l’industrie chinoise. Aux prix actuels, les mattes dont la production est exportée vers Sandouville ne sont plus rentables une fois inclus les coûts de transport.

Compte tenu du ralentissement considérable – et durable – des commandes chinoise, l’objectif de 6,5% de croissance des « experts » en 2016 publié ce matin même (Pékin espère 6,9%) possède-t-il la moindre once de crédibilité ?

Mots clé : - - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire