Les épiques pics de trading

Rédigé le 7 mai 2014 par | Apprendre la Bourse, Indices, sociétés et marchés Imprimer

Comme vous le savez, les marchés nous réservent souvent quelques bizarreries. Un exemple, parmi d’autres, est illustré par les pics d’activité qui se produisent aux heures pleines et à intervalles réguliers, le plus souvent toutes les 5 ou 10 minutes.

Est-ce le fait de traders fous ou maniaques ? Est-ce dû à des machines mal programmées ou est-ce lié à une stratégie d’optimisation des coûts de transaction ? La recherche académique nous apporte des réponses à ces curieuses questions.

Parmi les nombreuses étrangetés du monde du trading, il y a tout d’abord le « smiley » géant.

Comme le montre le graphique ci-dessous, l’évolution des volumes échangés pendant une séance boursière donne une courbe ressemblant au symbole du sourire, utilisé dans les sms notamment.

Smiley_traders

Pourquoi ? Car les volumes s’avèrent beaucoup plus importants en début et fin de séance. Comme vous et moi, les traders doivent tout de même se nourrir en milieu de journée (et prendre un café à 10h et une pomme à 16h), ce qui se traduit par une baisse sensible de l’activité. Mais les traders robotisés ont, eux aussi, des comportements étranges, qui sont expliqués par l’étude* dont je vous parle aujourd’hui.

Tests et hypothèses

Qu’ont constaté ses auteurs ? Qu’au cours d’une séance de marché lambda, les volumes et le nombre de transactions connaissaient des pics d’environ 20% dans les 30 secondes qui suivent une heure ronde – que ce soit 10h00 ou 9h30 – voire des intervalles réguliers de 5 ou 10 minutes (par exemple 9h50 et 9h55). Le retour à la normale se produit ensuite dans les 30 secondes suivantes.

Le caractère régulier de ces mouvements n’a pas manqué d’interpeller les chercheurs. D’autant plus que les 3 ETF et 36 actions qu’ils ont étudiés au microscope sur 3 ans et demi ne sont pas d’obscurs instruments financiers. Ces actions sont toutes des « blue chips » américaines, c’est-à-dire les grands noms de la cote et donc les plus liquides (notamment IBM, Amazon, General Motors).

Durant ces 882 séances de marché, les chercheurs ont eu accès aux cotations par tranches de 25 millisecondes, c’est-à-dire des données pour chaque 0,025 seconde. Avec une telle précision, ils peuvent ainsi mesurer la réactivité de certains algorithmes et tester plusieurs hypothèses.

La première hypothèse est de savoir si ces pics d’activité réguliers sont bel et bien le fait d’algorithmes, qui concentrent leurs transactions afin d’obtenir de meilleurs coûts de transactions (des rabais pour gros volumes, en quelque sorte). Deuxième hypothèse : ces pics s’expliquent par des biais dans la programmation des algorithmes de trading ; des biais qui sont finalement humains.

Les chercheurs ont commencé par le plus facile et ont donc mesuré les coûts de transaction, c’est-à-dire les spreads. Résultat : ils restent similaires, même pendant ces pics, à une moyenne de 4,5 cents. On peut donc en conclure que le passage d’ordre à heures fixes ne vise pas à optimiser les coûts de transaction.

Alors pourquoi ces pics ?

Les auteurs estiment que cela est dû à l’attirance humaine (et naturelle) pour la simplicité. Ils avancent que les investisseurs (aussi humains soient-ils) ont, en effet, tendance à utiliser des chiffres ronds lorsqu’ils doivent prendre des décisions dans un environnement incertain et peu structuré comme la Bourse.

En gros, les traders répartissent au cours d’une séance les transactions qu’ils ont prévu de passer ce jour-là, ce qui expliquerait pourquoi les opérations se concentrent sur des tranches de 5 ou 10 minutes.

C’est bien beau tout cela, me direz-vous, mais l’essentiel des transactions sont dorénavant passées par des machines, non ? Des robots traders qui appliquent des algorithmes, nous en avons souvent parlé. Or, les machines n’ont pas besoin de manger à midi ni de se rassurer en investissant à des heures rondes, pensez-vous.

Eh bien vous avez tort : les robots aussi ont des biais. Les mêmes que les traders humains : ils investissent également massivement à des intervalles réguliers. Pourquoi ? Car les algorithmes ont été programmés par des humains, qui sont sujets à ces biais envers les chiffres ronds. Et les algorithmes plus intelligents s’adaptent finalement aux comportements biaisés de leurs confrères moins doués, et non l’inverse.

Serait-ce pour mieux se cacher ? Je laisse cette question ouverte. Du moins, pour l’instant.

* Les études mentionnées dans cet article, et bien d’autres encore, peuvent être consultées en vous enregistrant sur notre page spéciale « Agora ».

sylvainfrochaux
sylvainfrochaux
Directeur de la recherche chez Straight from The Lab

Sylvain Frochaux est le directeur de la recherche chez Straight from The Labet fondateur de Solution ORION© (https://ra113.infusionsoft.com/go/so/Agora/). Il est surnommé par ces pairs le « Japonais blanc » de la finance, en raison de son caractère jusqu’au-boutiste et de son parcours de vie.

Après des études brillantes à HEC Lausanne (où il finit premier de sa volée, avec notamment une thèse de master en économétrie financière), il se dirige vers le Japon pour y effectuer son doctorat. De retour en Suisse, il devient responsable de l’analyse financière et de la recherche académique pour le quotidien financier L’Agefi.

En 2009, il quitte le journalisme pour créer le groupe Straight from The Lab (https://ra113.infusionsoft.com/go/sftl/Agora/) qui a pour objectif de rendre accessible, aux investisseurs privés, les dernières recherches en finance. En 2013, après trois ans de recherche, il lance avec son équipe le service Solution ORION© (https://ra113.infusionsoft.com/go/so/Agora/), une solution d’investissement basée exclusivement sur l’analyse scientifique des marchés. Unique en son genre, cette stratégie fournit aux investisseurs un portefeuille clé en main, avec une garantie de performance (minimum 50% en cinq ans).

Toutes les études mentionnées dans les articles signés par Sylvain Frochaux peuvent être consultées en vous enregistrant sur la page commune des Publications Agora et de Solution ORION© (https://ra113.infusionsoft.com/go/so-agora/Agora/).

Laissez un commentaire