Enfin, une reprise (technique pour l’instant)…

Rédigé le 26 août 2011 par | Biotechs et Medtechs, Mid et Small Caps Imprimer

Vous vous rappelez que mardi, lors de ma dernière e-letter, je vous indiquais que le gros de la baisse était derrière nous, et qu’à part une chute de l’ordre de 10% qu’on ne peut écarter, il faut acheter quelques actions. C’est à partir de maintenant que l’on commence à construire un portefeuille pour l’avenir.

Depuis mes propos, une belle reprise technique s’est mise en place avec une progression du CAC 40 de l’ordre de 6% depuis trois jours…

Parallèlement, l’or, traditionnelle valeur refuge, a perdu plus de 130 dollars, prouvant bien que l’optimisme est revenu sur les marchés et que la peur irrationnelle avait disparu pour un temps.

En fait, dans les marchés actuels assez survendus, il en faut peu pour que les actions repartent à la hausse. Cela a par exemple été le cas mercredi : une bonne statistique liée aux commandes de biens durables aux Etats-Unis et voilà notre CAC 40 en hausse de 1,79%.

Et nos small caps, me direz-vous ? Eh bien elles ont du mal à se redresser, ce qui est normal dans la mesure où lors d’une reprise technique (ce qui est le cas en ce moment), les gérants reviennent d’abord sur les grosses capitalisations avant de regarder les small caps. Il faut donc devancer les gérants.

_____________________Pour vous aider dans vos investissements______________________ Prêt pour l’onde de choc ?

Ça vaudrait mieux pour votre portefeuille, en tout cas, puisqu’elle pourrait vous rapporter des gains de l’ordre de 28% en moins de trois jours24% en 48 heures20% en huit jours25% en trois jours… et encore 22% en trois jours.

Comment ça ?

Toutes les réponses sont ici

_______________________________________

L’indice CAC Small se contente d’un gain de 2% tandis que l’indice Alternext a pris 0,6%. C’est faible mais cette déconnexion devrait perdurer un certain temps. Cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas acheter des small caps. Cela veut dire qu’il faut être beaucoup plus patient…

Petit récapitulatif des valeurs à regarder de près

Si vous m’avez lu mardi, vous avez déjà engrangé quelques gains sur des valeurs conseillées. Petit récapitulatif…

Je vous parlais alors des sous-valorisations manifestes de Bull, Itesoft et Groupe Crit.

Depuis ces trois dossiers se sont bien comportés avec de belles progressions.

Bull vient de prendre 8% dans de forts volumes et paraît encore largement sous-valorisé.

Itesoft vient de récupérer 6% tandis que Groupe Crit s’adjuge quelque 5%.

Bien sûr, je reste très positif sur ces titres mais je vous conseille quand même d’être assez flexible dans votre gestion. Si je suis en effet relativement serein sur les prochaines séances, rien ne dit qu’un nouveau plongeon ne se produira pas.

Voici mon avis sur deux autres valeurs prometteuses

Bon vous voulez d’autres idées ? Eh bien je vous en donne deux nouvelles ce vendredi. Il y en a un qui me vient tout de suite à l’esprit. C’est Business et Decision, le spécialiste de la business intelligence, spécialisé également dans le e-business et le CRM.

Business et Decision : un beau potentiel à venir

L’action vient de perdre 18,4% en un mois et se retrouve autour de 6,90 euros avec une capitalisation de l’ordre de 54,4 millions d’euros (mero). D’après mes calculs et avant de revoir le P-DG du groupe, Patrick Bensabat, (qui est à l’étranger actuellement), je crois la société capable de dégager un résultat net de 8 mero, ce qui fait un PER* inférieur à 8… Un niveau de valorisation aberrant sur ce dossier et qui mérite un meilleur sort.

Si vous êtes frileux sur ce dossier, sachez que je vois le P-DG du groupe début septembre pour revoir en détail les prévisions, l’activité et les fondamentaux de Business et Decision.

Osiatis va briller grâce au cloud compunting

Vous voulez une autre valeur informatique dépréciée ? Eh bien, gros plan sur Osiatis, une société de services informatiques basée à Meudon. Une nouvelle amélioration de la rentabilité est attendue cette année avec la montée en puissance du cloud computing… Derrière ce terme un peu savant qui permet de briller dans les dîners mondains se cache un concept visant à transférer sur des serveurs externes des traitements informatiques traditionnellement situés sur les postes des utilisateurs.

La société a enregistré une progression de 14,1% de son chiffre d’affaires au S1 à 136,9 mero. J’ai fait quelques calculs pour l’ensemble de l’année et j’obtiens (en étant conservateur) un chiffre d’affaires de 250 mero avec un bénéfice net de l’ordre de 12 mero. D’ou des ratios très intéressants pour une société dont la valeur boursière a baissé de 16% en un mois… Jugez plutôt : un PER de 6,6 ; une VE/ROC de 4 et un rendement de 4%.

Ajoutez à ce tableau prometteur que Walter Butler, le célèbre spécialiste des fonds de retournement et véritable visionnaire, vient de passer au-dessus de la barre des 50% dans le capital et vous obtenez une action qui a toutes les chances de se redresser vigoureusement.

Osiatis a en plus une capitalisation boursière de l’ordre de 80 mero et peut commencer à intéresser quelques fonds d’investissement.

J’ajoute — et c’est un point de vue personnel qui n’engage que moi — que la présence de Butler au capital n’est pas garantie advitam eternam. Certes, Keynes disait qu’à long terme nous sommes tous morts. Mais mon propos n’est pas là… Connaissant Walter Butler pour l’avoir souvent rencontré lors de mon passage à BFM, j’ai le sentiment qu’il va sans doute préparer une cession d’Osiatis…

Sans doute pas dans les prochains mois, mais le titre a un énorme potentiel, tant du point de vue fondamental que du point de vue spéculatif.

* Décryptage : PER

Price Earning Ratio. Le PER sert à calculer la cherté d’une action. Il se calcule en divisant le cours du titre par le bénéfice ramené à une action. Par exemple : une entreprise est cotée à 40 euros. Son bénéfice par action est de 2 euros. Le PER est donc de 20. Cela veut dire que lorsque j’achète une action, je la paye 20 fois le bénéfice qu’elle va dégager (on considère généralement que le ratio peut aller de 5 à 40). Plus le PER est faible, plus il est rentable d’acheter. Cet indicateur se révèle très utile pour comparer les différentes entreprises d’un même secteur.

Mots clé : - - - - - - -

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

4 commentaires pour “Enfin, une reprise (technique pour l’instant)…”

  1. […] fin de semaine dernière, j’évoquais une reprise technique sur les actions. Celle-ci a eu lieu avec des performances positives pour tous les indices, même si l’indice […]

  2. […] moi, il n’y a pas d’explication rationnelle à cette reprise si ce n’est qu’elle est technique et qu’elle intervient après quasiment 1 000 points de baisse sur le […]

  3. […] SSII, que je vous ai présentée il y a plus de six mois, publiera demain ses résultats […]

  4. […] vous avais fait l’an dernier une présentation de cette SSII sur laquelle j’étais très positif… Et bien les résultats annuels me donnent raison […]

Laissez un commentaire