Encore un indicateur macroéconomique décevant en Allemagne… mais le DAX n’en a cure !

Rédigé le 10 juillet 2018 par | Analyses indices, Europe, Indices, sociétés et marchés Imprimer

AllemagneC’est une nouvelle preuve de l’essoufflement de la dynamique économique outre-Rhin. Publié dans la matinée, l’indice du sentiment des investisseurs allemands est ressorti à -24,7 ce mois-ci. Il accuse ce faisant une baisse notable de 8,6 points en données séquentielles.

Le consensus des économistes était de surcroît moins pessimiste, tablant sur un indice à -18.

Il s’agit d’un plus bas depuis août 2012 et d’un nouveau recul très prononcé, le ZEW s’étant déjà contracté de 7,9 points en juin.

La guerre commerciale inquiète les milieux financiers

Comme je l’écrivais dans ces colonnes fin juin, dans le sillage de la fracassante élimination de la Mannschaft de la Coupe du monde de football, la première économie de la zone euro commence à inquiéter. En avaient déjà témoigné l’indice IFO du sentiment des milieux d’affaires allemands, qui s’est replié de 0,5 point le mois dernier à 101,8 (après une stabilisation en mai), et la récente révision à la baisse de 0,5 point de l’estimation de la croissance pour 2018 à 1,9%.

Les milieux financiers semblent redouter que l’Allemagne paie au prix fort la déclaration de guerre commerciale de Donald Trump à l’Union européenne et plus particulièrement à ses constructeurs automobiles, fers de lance de sa toute-puissance exportatrice.

Il en aurait cependant fallu davantage pour contrarier la marche en avant du DAX, qui s’adjuge 0,5% à une demi-heure de la cloche et s’apprête donc à signer une quatrième séance consécutive de hausse. Cherchez l’erreur…

IFO en berne : les investisseurs commencent-ils à se détourner de l’Allemagne ?

Mots clé : -

Guillaume Duhamel
Guillaume Duhamel

Guillaume Duhamel suit l’actualité boursière au quotidien depuis plus de 5 ans. Historien diplômé de l’Université de Paris IV-Sorbonne et journaliste de formation, passé également par le sport et le développement durable, il voue un intérêt particulier aux small et midcaps, ainsi qu’aux secteurs de l’énergie et de l’aéronautique

Laissez un commentaire