La Bourse au quotidien

Analyses et conseils boursiers indépendants

Election US : Y aura-t-il vraiment un gagnant ?

Par Jérôme Revillier08 Nov 2016

C’est le grand jour.

Les résultats des élections américaines seront connus dans quelques heures.

Les marchés ont déjà choisi leur favori et semblent, encore une fois, bien sûrs d’eux. Hier alors que le FBI décidait finalement qu’Hillary Clinton ne serait pas poursuivie pour « la négligence extrême » (propos du FBI) dans l’affaire de ses emails personnels et de son serveur privé, les indices boursiers ont basculé dans l’euphorie.

Ce matin le contrat future du Dow Jones atteint 18 200 points soit… 400 points de mieux que vendredi soir… uniquement parce que le Président des Etats-Unis (première puissance mondiale) qu’a choisi le marché ne sera pas… poursuivi en justice ! Avouez que c’est mince comme « bonne » nouvelle…

Quelques chose me dit que la démocratie est en panne.

La peste ou le choléra

Nous n’allons pas épiloguer : cette élection est tout simplement surréaliste.

D’un côté Hillary Clinton, symbole du non renouvellement de la caste politique et de la privation du pouvoir par le plus petit nombre. De l’autre, Trump, l’antipathie qu’il inspire n’a d’égal que sa mégalomanie et sa misogynie assorties d’une xénophobie rampante où seul le pouvoir de l’argent et la peur de l’autre règnent en maître.

Ces deux candidats clivent à l’extrême et, quoiqu’il arrive, le « gagnant » aura bien du mal à réunir et à manœuvrer le paquebot américain…

D’ailleurs : y aura-t-il vraiment un gagnant ?

Ndlr : Pourquoi vous devez parier sur la victoire de Trump à 15h30

Les médias grand public, les experts, les marchés et les bookmakers disent tous que l’élection est déjà « terminée » et que la victoire d’Hillary est assurée.

Mais nous pensons qu’il y a une opportunité exceptionnelle à parier sur le contraire. Certes, l’élection va être serrée mais nous identifions de solides indices indiquant que Trump va gagner.

Cela crée un contexte de « trade asymétrique » :

Si vous pariez sur la victoire de Donald Trump mais qu’Hillary Clinton l’emporte, alors vous ne perdrez pas beaucoup car les marchés ont déjà totalement intégré (« pricé ») une victoire d’Hillary Clinton.

Mais si Donald Trump l’emporte, vous réaliserez d’énormes gains car les marchés subiront une sévère correction si ce résultat inattendu se produit.

Et c’est exactement ce que Simone Wapler vous propose de faire ici. Dans cette interview exclusive, elle vous révèle quelles sont les 2 opportunités sur lesquelles parier dès l’ouverture des marchés américains :

Ces deux opportunités ont un potentiel de gain de 140% si Trump gagne…
Et de 69% si Hillary l’emporte.

Autant dire que c’est « pile tu gagnes, face tu gagnes encore plus » ! Profitez vite de ce trade exceptionnel en écoutant l’interview complète de Simone

La preuve que la crise n’est pas finie

S’il y a bien une preuve tangible que la crise financière est loin d’être finie, c’est sa propagation à la sphère politique— et bien au-delà des USA !

Le Brexit, tout d’abord, a illustré la perte de confiance des citoyens dans la zone euro et la recherche d’un retour à la souveraineté nationale, l’envie de « reprendre » son destin en main – même si l’on peut voir cela comme un repli sur soi.

Puis la semaine dernière, les manœuvres politiques des pro-européens ralentissent le processus de sortie de la Grande Bretagne, avec le désir inavoué de bafouer la volonté du peuple… comme en France lors du dernier référendum. Inquiétant.

En Italie, Mateo Renzi est à quelques semaines d’une possible démission avec un référendum sur la constitution à hauts risques puisqu’il a engagé son poste en cas de refus de cette modification du sénat.

On voit également la montée des nationalistes un peu partout dans la zone Euro, sans parler des difficultés espagnoles à mettre une équipe au pouvoir, là aussi dans un manque total de renouvellement de la classe politique.

Même en Grèce, l’euphorie Tsipras retombe comme un soufflet et un énième remaniement ministériel est en cours.

1.3 milliards dépensés

Je vous épargne les valises de billets nécessaires au Venezuela pour s’acheter un sac de farine: le taux d’inflation annuel est de 180,7%… Cela veut dire que les prix augmentent en moyenne de 15% par mois !

Je vous épargne aussi les manœuvres sur la monnaie égyptienne pour dynamiser le tourisme en panne…

… et les enjeux stratégiques du pétrole… les conflits géopolitiques majeurs qui menacent chaque jour de s’aggraver.

Vous aurez remarqué comment la Chine ou la Deutsche Bank ne sont plus des problèmes malgré les vagues de panique générées il y a encore quelques mois…

(Ndlr : seul Jim Rickards continue de vous alerter : la Deutsche Bank peut anéantir le système financier dès que les marchés se tourneront de nouveau vers elle…)

Non je ne vous en parlerai pas car le seul souci des marchés est de savoir si Hillary et ses emails ne seront pas inquiétés… pour pouvoir continuer la fuite en avant.

Hillary va pouvoir amortir les 1.3 milliards (oui, oui) de dépenses de sa campagne (financée pour la quart par les financiers de Wall Street).

Tout va bien je vous dis.

Mais revenons-en aux marchés …

Le Dow Jones peut-il vraiment exploser à la hausse ?

Oui.
Quelques heures, quelques jours.

Peut-il tenir longtemps ?
Non.

Voici pourquoi je pense qu’il faudra vendre rapidement les indices US après les élections.

Ces élections agissent comme un écran de fumée. On ne focalise que sur cet évènement alors que l’impact sera au final minime à court et moyen termes, quel que soit le résultat.

Car les choses reprendront vite leur cour, avec leur lot d’inquiétudes concernant la hausse de taux de la Fed, le niveau de valorisation des entreprises, le risque systémique bancaire, la (non-) croissance, l’emploi… Bref, la routine quoi !

Donc prudence dans les prochaines 48 heures.

Bien évidemment l’irrationalité des marchés n’a pas de limite et l’annonce de la victoire d’Hillary Clinton pourra provoquer un excès haussier mais :

  1. Après l’annonce du FBI, les marchés anticipent sans doute « trop » une victoire d’Hillary. Ce qui réduit d’autant le potentiel de hausse quand la victoire sera confirmée (si elle l’est). Buy the rumor, sell the news.
  2. On ne peut pas écarter une victoire de Trump dans la dernière ligne droite. De nombreux électeurs semblent ne pas vouloir dire officiellement qu’ils voteront Trump, pouvant tromper les sondages.
  3. L’élection de Clinton sera vite effacée par la prochaine réunion de la Fed qui mettra la pression sur les indices
  4. Techniquement, le Dow Jones reste sur la corde raide et a besoin d’une correction salutaire. Plus haut il montera, plus dure sera la chute.

Je vous invite donc à la plus grande prudence dans les prochaines 48h. Restez liquides, n’anticipez pas, ne tentez pas un « coup ».

Tout est possible à l’issu de ce scrutin, surtout l’improbable !

Dow Jones : Après l’euphorie… la tempête ?

dj_08112016

En cas de victoire de Clinton, la hausse devrait perdurer quelques heures pour revenir dans la zone des 18 380/18 450.

Tant que l’indice ne dépassera pas en clôture quotidienne son point haut à 18 637 points, je garderai une opinion négative à moyen-terme et tenterai de me positionner sur des ventes.

La cassure de la zone à 17 817 points sera le signal de confirmation (et permettra de clore le gap de ce lundi) et nous donnera un objectif théorique à 17 380 point.

Allez, prudence et patience !
Jérôme

photo auteur

Jérôme Revillier

Passionné de finance et autodidacte, Jérôme Revillier dirige aujourd’hui une société de gestion spécialisée sur le marché des changes. Il collabore avec des investisseurs particuliers avertis, des institutionnels ou encore des hedge funds cherchant de la performance absolue.

Vous pouvez croiser Jérôme sur des salons comme Actionaria, le salon du Trading ou le salon de l’Analyse Technique – il parcourt aussi la France, la Suisse et la Belgique pour rencontrer les investisseurs et leur faire partager son approche bien particulière des marchés.

Voir les articles de Jérôme Revillier

Infos Bourse, News & Opportunités

Suivez nous sur Facebook

Retour en haut

Si vous souhaitez recevoir des informations en exclusivité sur les IPO, OPA, augmentations de capital et autres opérations financières des partenaires de La Bourse Au Quotidien, inscrivez-vous ici :