EDF : encore et toujours sous pression

Rédigé le 27 novembre 2015 par | Big caps, Cac 40 Imprimer

Les rumeurs vont bon train sur une possible éviction d’EDF (FR0010242511) du CAC 40. La réunion du conseil d’administration a lieu début décembre, mais certains estiment déjà que la valeur pourrait être remplacée par Klepierre (FR0000121964), une foncière spécialisée dans l’immobilier des centres commerciaux et pesant  plus de 13 Mds€ en Bourse.

De son côté, EDF cumule quelque 26 Mds€ de capitalisation, cependant son flottant reste extrêmement faible. En effet, la société est détenue à plus de 84% par l’État français, si bien qu’il n’est pas rare de voir le titre figuré parmi les plus faibles volumes quotidiens échangés du CAC 40.

Enfin et surtout : EDF ne fait pas (ou plus) rêver les investisseurs…

l'évolution du cours de edf FR0010242511 en vue hebdo

L’action abandonne en effet plus de 35% depuis le début de l’année (et plus de 45% sur18 mois) à cause d’un newsflow assez médiocre. De plus, nombreux sont les investisseurs qui considèrent que la trop forte présence de l’Etat au capital est un handicap pour la valeur. Si vous ajoutez à cela que le contexte économique n’est pas exceptionnel… Vous comprenez pourquoi le titre n’attire plus grand monde.

En effet, dans une récente étude, Goldman Sachs évoquait les conséquences, de la baisse des prix du gaz en Europe et celui de l’électricité en France ou encore en Italie, sur les résultats du groupe.

EDF n’anticipe donc un Ebitda en amélioration que de 0% à 3% sur l’année. Le groupe risque d’être pénalisé également par la reprise de l’activité réacteurs d’Areva ou encore la construction des EPR britanniques…

Certes, d’après certaines rumeurs, EDF aurait sensiblement révisé en baisse ses estimations par rapport à la valeur de 2,7 Mds€ de son offre indicative sur Areva Nculear Power… mais il lui faudra tout de même débourser une somme importante. Rappelons qu’Areva devrait a priori conserver 15% de son activité réacteurs tandis qu’EDF pourrait prendre 51% du capital.

Enfin EDF n’est pas non plus protégé en Bourse par son rendement. Il dépasse actuellement les 8% mais il se murmure que ce dividende pourrait être baissé dans les prochaines années. De toute façon, il est illusoire d’acheter une valeur pour son rendement car celui-ci peut toujours être réduit, voire supprimé, comme on l’a vu il y a quelques années avec Solocal (FR0010096354, l’ex-Pages Jaunes.

Bref, à moins d’aimer les paris risqués, investisseurs passez votre chemin !

Mots clé : - -

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

Laissez un commentaire