Edenred : la publication parfaite

Rédigé le 21 février 2018 par | A la une, Actions, Indices, sociétés et marchés Imprimer

La dernière publication annuelle d’Edenred (FR0010908533), le spécialiste des tickets restaurants et des chèques cadeaux, mériterait d’être étudiée à Dauphine ou à HEC, tant elle est l’exemple même de la publication réussie. Je n’ai trouvé aucun point négatif dans toutes les annonces du mardi 20 février.

Alors question : comment la société a-t-elle fait pour afficher de si bons résultats ?

Eh bien, la stratégie de diversification de ses activités qu’elle a mise en place est toujours payante : les solutions de mobilité professionnelle (cartes-carburant, solutions pour les péages, les frais de parking ou encore le lavage) représentent maintenant 25% du chiffre d’affaires du groupe contre 14% il y a deux ans.

Le groupe a distribué 2,6 millions de cartes-carburant et solutions de péage l’année dernière ! Et fort heureusement, tout en multipliant et en diversifiant ses offres, Edenred a trouvé un moyen de d’améliorer la rentabilité – alors qu’en général, quand vous vous diversifiez, vous perdez en rentabilité. Et ça, c’est grâce au digital.

Les offres dématérialisées (tickets restaurant sur iPhone par exemple) représentent ainsi 76% du chiffre d’affaires du groupe contre seulement 58% en 2013. Il est indéniable que la montée en puissance du digital réduit les coûts de gestion et améliore de facto la rentabilité.

Rien d’étonnant à ce que le titre prenne 6,5% hier, et marque un plus-haut historique à 28,64 €.

Edenred cours graph action

Néanmoins, je pense qu’il faut être prudent et c’est le seul bémol que j’apporte à cette belle publication. L’action est très chère aux cours actuels.

En effet, elle se paye sur un PER de 26 et sur une VE/EBIT supérieure à 21. Certes, la qualité se paye en Bourse (je l’ai dit notamment dans le cas d’Hermès et d’Eurofins Scientific), et certes, forte de ces bons chiffres, Edenred a augmenté son dividende de 37%, à 0,85 € (rendement de 3% au cours actuel) : de quoi fidéliser les actionnaires…

Mais les arbres ne montent pas jusqu’au ciel. Même en prenant des hypothèses hautes sur 2019 (marge opérationnelle autour de 32%), je tombe sur un PER de 21 et une VE/EBIT de 18. Difficile, oui vraiment difficile, de vous recommander le titre aux cours actuels. Il faut attendre une saine consolidation, susceptible d’amener le titre sur des niveaux inférieurs.

Mots clé : - -

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias, conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management, responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance, consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

Laissez un commentaire