EADS : un corridor très aérien

Rédigé le 11 mars 2011 par | Big caps Imprimer

Comme Romain vous le disait hier, les marchés célébraient ce mercredi 9 mars le second anniversaire du bull market amorcé le 9 mars 2009. Les indices boursiers US et européens ont enregistré la plus forte hausse des cinquante dernières années : le DAX, le Nasdaq, le S&P 500, et le Russel 2000 ont doublé en moins de deux ans… alors que la reprise économique est la plus lente observée après un épisode de récession depuis un siècle.

Cette surperformance reste évidemment largement imputable au quantitative easing de la Fed et s’accompagne d’une résurgence de l’inflation au niveau du prix des actifs tangibles. La question d’une poursuite du rally haussier est clairement posée alors que les taux continuent de se tendre partout dans le monde, au risque de démentir les prévisions de croissance furieusement optimistes. Les économistes revoient sans cesse leurs objectifs à la hausse comme si la flambée du pétrole et des denrées alimentaires n’existait pas.

  EADS symbolise parfaitement cette hausse absurde Pour illustrer à notre façon l’époque boursière formidable que nous venons de vivre, nous avons recherché le titre qui symbolisait le mieux le rally haussier des vingt-quatre derniers mois. Nous avons retenu trois principaux critères :

Et notre grand gagnant est… EADS ! Champion de la régularité et benchmark idéal de l’évolution du S&P 500.

Des fondamentaux favorisés par la hausse du pétrole EADS a renoué avec les bénéfices en 2010 (+553 millions d’euros) mais son résultat opérationnel ne devrait décoller que l’an prochain grâce à la hausse de la cadence de production de l’A380 (soit 25 en 2011 contre seulement 18 l’an dernier et 36 en 2012). L’année 2010 devrait se solder par un chiffre d’affaires supérieur à 45 milliards d’euros, avec un record historique de livraison de 510 appareils. 2011 serait du même ordre.

La hausse des prix du pétrole constitue paradoxalement un aiguillon pour l’industrie aéronautique, les compagnies aériennes étant incitées à renouveler leurs flottes en privilégiant des avions plus légers et plus économes en carburant… et, présentant dans tous les cas un coût kérosène/passager inférieur.

La principale difficulté qui se profile donc, aujourd’hui, c’est la hausse des taux d’intérêt qui pourrait alourdir la facture du financement pour les clients potentiels. Dans l’immédiat, la poursuite de la décrue du dollar face à l’euro n’arrange rien : si le billet vert chutait sous les 1,41 euro, nous ne serions pas loin de recommander EADS à la vente.

_______________________Pour vous aider dans vos trades________________________

Et si son approche des marchés était la meilleure ?

En moins de 10 ans, cet homme a transformé 62 500 $ en 305 000 $… Il se propose de vous aider à accroître votre capital boursier, en vous révélant son approche des marchés.

En découvrant aujourd’hui son message, vous pourriez profiter de ses 3 recommandations vedettes au potentiel de gain de 300%… 95%… et 100% : pour en savoir plus…

________________________________________

EADS en plein test Du point de vue de l’analyse technique, EADS est clairement à la croisée des chemins — ce qui vaut pour les indices boursiers.

Comme nous l’avons indiqué plus haut, EADS, c’est le champion de la régularité : le titre progresse en effet au sein d’un étroit corridor oblique (qui part de 9 euros pour culminer vers 20 euros).

Comme vous le voyez sur le graphique, ce canal frôle la perfection la plus absolue :

Graphique: le titre EADS progresse au sein d'un étroit corridor oblique Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Mais EADS, comme le CAC 40 ou l’Eurostoxx 50, a entamé une correction le 16 février dernier alors que les deux indices inscrivaient leur record annuel à, respectivement, 4 150 et 3 075 points. Le repli d’EADS a atteint rapidement plus de 10% ; Paris n’a cédé au pire que -6%, le S&P de -5%.

Cela commençait à s’apparenter à une divergence de performance un peu inhabituelle mais EADS redécollait à la verticale grâce à ses bons trimestriels le 9 mars. Il a ouvert un gros gap au-dessus des 19,84 euros (reprise des cotations à 20,35 euros) pour retracer la MM50 qui gravite vers 20,45 euros puis refermer le gap baissier des 20,65 euros du 1er mars.

Graphique: EADS ouvre un gros gap au-dessus des 19,84€Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Plus globalement, la tendance demeure négative depuis l’enfoncement du support des 20,3 euros qui a été suivi d’un test du principal support moyen terme : la MM100.

Puisque EADS est finalement retombé sous les 20 euros, on risque de voir le titre revenir s’appuyer sur le canal autour des 18,5 euros et, en cas de rupture, gare à l’inversion de tendance long terme du titre — et également des marchés dans leur ensemble.

Articles du même auteur Pétrole : en route pour les 150$ ? Russell 2000 : les small caps en surchauffe ?

[NDLR : pour savoir quoi faire sur EADS, rendez-vous dès 16h00 au 0899 88 20 36*. Philippe Béchade analyse pour vous les marchés, les rumeurs qui animent les salles de trading, et vous propose SA stratégie pour jouer les opportunités de marchés.]

*1,35 euro par appel + 0,34 euro / minute. Depuis la Belgique : composez le 09 02 33110, chaque appel vous sera facturé 0,75 euro / minute. Depuis la Suisse : composez le 0901 801 889, chaque appel vous sera facturé 2 CHF / minute.

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire