Du plomb dans la cervelle…

Rédigé le 9 janvier 2009 par | Apprendre la Bourse, Matières Premières Imprimer

Au royaume des matières premières, je ne dirais pas que le plomb est roi. Non. Le métal gris a vu son cours chuter de plus de 77% entre octobre 2007 et décembre dernier, allant jusqu’à repasser sous les 900$/tonne, soit un plus bas jamais revu depuis 2005. Par ailleurs, sur les dix dernières années, les cours ont évolué entre 400$ et presque 4 000$/tonne ! Pour le trader, cette volatilité est du pain béni : elle nous donne des niveaux importants que nous allons pouvoir jouer.

Aujourd’hui, pour des raisons techniques, le timing sur ce métal « morne » semble idéal pour jouer un rebond majeur.

Alors ?

Alors… un décompte elliottiste très propre au sein même de cette chute vertigineuse me fait dire que le rebond amorcé fin 2008 devrait largement se poursuivre en ce début de nouvelle année.

Regardez plutôt :

Cours du plomb

Canal descendant, mais cinq vagues de baisse achevées

Depuis le sommet historique d’octobre 2007, on voit bien, sur le graphique hebdomadaire ci-dessus, que le secteur est entré dans une large phase corrective qui a pris place au sein d’un large canal nettement descendant. Or, un décompte elliottiste très propre au sein de cette chute indique que nous venons d’achever cinq vagues de baisses (notées de I à V sur le graphique) avec une vague V en extension qui se décompte elle-même en cinq autres temps (notés de 1 à 5).

De nombreux éléments plaident donc pour un rebond majeur, sinon un retournement (à confirmer plus tard) sur les cours du métal gris, d’autant plus que ceux-ci sont revenus tester la zone de soutien clé située autour des 900$/tonne et qui avait servi de base de repère horizontal entre février 2004 et juin 2006.

Il est intéressant de noter que, au regard du manque d’historique sur le plus long terme, il m’est difficile, voire impossible, de déterminer des ratios de retracement quelconques d’un plus large mouvement haussier, celui-ci n’ayant en effet aucun point de départ clairement défini. C’est pourquoi dans ce type de configuration, le décompte elliottiste est fort utile, ne serait-ce que pour calculer des objectifs de projections internes au sein des vagues de baisses successives.

Sur le graphique du plomb ci-dessus, on notera les choses suivantes

– La vague I ayant été plus courte que la III, rien dans la théorie n’empêche donc la vague V de se décomposer elle-même en cinq autres temps, quitte à dépasser la vague III en amplitude.

– Le sommet de la vague IV a respecté la règle de l’overlap du creux de la vague I.

– La vague III elle-même se distingue en cinq mouvements un peu trop sibyllins pour les détailler sur le graphique.

– Au sein de la vague V, les mêmes règles se répètent : vague 1 plus courte que la 3, overlap respecté entre le sommet de la vague 4 et le creux de la vague 1, et vague 4 plus abrupte après une vague 2 significative.

Que devrait-il se passer maintenant ?

De toute évidence, il y a de fortes chances pour que le plomb rebondisse sérieusement. Au moins, dans un premier temps.

Et vers où ?

Eh bien, j’ai relevé pour vous deux objectifs initiaux majeurs, que je m’en vais vous donner ci-dessous en vous les expliquant :

– premier objectif sur les 1 540$/tonne : ce niveau est la conjonction du creux de la grande vague III et du premier ratio de retracement de Fibonacci de 23,6% de toute la baisse initiée donc en octobre 2007.

– second objectif sur les 2 160$/tonne : ce prochain niveau correspondant à la conjonction du sommet de la grande vague IV et du ratio de retracement de Fibonacci suivant de 38,2% de toute la même phase de baisse.

Soit une reprise de près de 35%, et voire jusqu’à 90% des cours actuels !

Cette hypothèse n’exclut pas un repli initial sur la barrière psychologique des 1 000$/tonne et restera valable tant que les 825$/tonne ne sont pas clairement enfoncés.

Le cas échéant, il faudra alors s’attendre à une poursuite du déclin jusqu’au prochain support situé sur les 615$/tonne, de quoi finalement avoir du plomb dans l’aile, plus que dans la cervelle !

[Ndlr : Pas facile, voire impossible de jouer le plomb directement. Vous devez passer par des certificats ou des produits dérivés. Et l’idéal est de trouver les produits boursiers qui vous permettent d’amplifier les mouvements attendus. Imaginez : Marc anticipe 35% de rebond au minimum sur le plomb… Combien gagnerez-vous si vous jouez la hausse par un warrant ? Pour savoir comment jouer la volatilité des matières premières sans faire d’erreur, lisez ce rapport spécial]

Mots clé : - -

marc-dagher
marc-dagher

Laissez un commentaire