Le Dow Jones à 25 000, c’est cher ou pas ?

Rédigé le 5 janvier 2018 par | Analyses indices, US Imprimer

Dow JonesLe célèbre investisseur David Alan Tepper, gérant du hedge fund Appaloosa Management pense que non. Il fait partie de ces permabulls qui sont convaincus que plus les marchés montent, plus les raisons de poursuivre à la hausse sont solides.

David Tepper souligne que la progression des bénéfices surpasse de très loin la hausse de rendement des T-Bonds. Et il a tout à fait raison. En effet, à 2,45%, ils offrent la même rémunération qu’il y a 1 an, tandis que les actions offrent 3% de plus.

L’inflation est également des plus modérée. Cela pourrait conduire la Fed à ralentir l’allure et à s’en tenir aux 3 tours de vis anticipés cette année.

Aucune limite à la hausse des actions

Son raisonnement semble inspiré d’un constat qui tient la route. Tant que les marchés obligataires sont stables ou orientés à la hausse, il n’y a aucune limite à la hausse des actions.

Ce début d’année semble lui donner raison. Sauf que son raisonnement présente une faille : les PER deviennent stratosphériques.

Et une seconde non négligeable. La hausse des multiples va de pair avec une hausse des encours de titres achetés à crédit. Et là, ce ne sont pas les taux longs qui renchérissent le coût de portage mais bien celui qui s’impose au jour le jour. Le seuil de douleur n’est peut-être plus très loin.

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Mots clé : - - -

Un commentaire pour “Le Dow Jones à 25 000, c’est cher ou pas ?”

  1. La différence est le dynamisme US versus la frilosité Européenne ! Les américains eux n’ont pas peur pour leurs sous…

Laissez un commentaire