Inscrivez-vous gratuitement à La Bourse au quotidien


Donald Trump ou l’histoire d’une finance sans visage avec un sourire béat

Rédigé le 1 décembre 2016 par | Analyses indices, Autres indices Imprimer

Donald Trump nous avait refait le coup de la « finance sans visage » durant sa campagne, fustigeant les profits obscènes des « hedge funds », les banquiers qui ont confisqué la richesse tandis que les classes moyennes glissaient inexorablement vers la précarité et le surendettement.

Avec Donald Trump, Wall Street n’avait qu’à bien se tenir, fini la complicité avec la Fed et les élites de Washington, fini les promesses de « toujours plus de prospérité » lancées régulièrement par Hillary Clinton aux banquiers l’ayant invitée moyennant 250 000 à 300 000$ de défraiement (une preuve incontestable de « corruption du système » selon Trump).

Quel bilan peut-on tirer des 3 premières semaines de l’après présidentielles ?

C’est tout simplement un krach à la hausse pour le secteur bancaire : 13 séances de hausse sur les 15 dernières… et surtout une flambée de +18% de ce secteur au sein du Dow Jones et du S&P 500, ce qui constitue la plus forte hausse en 3 semaines de… l’histoire !

Nous constatons en revanche que la finance n’est pas restée longtemps sans visage (celui de Steven Mnuchin, 17 années chez Goldman Sachs, de 1985 à 2002) et que surtout, après avoir fait la grimace le 9 novembre au matin, elle arbore depuis un sourire béat !

Mots clé :

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la lettre Pitbull

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter 

Laissez un commentaire