Inscrivez-vous gratuitement à La Bourse au quotidien


Donald Trump et ses supporters milliardaires

Rédigé le 12 mai 2016 par | Indices, sociétés et marchés, Statistiques et données macro, Toutes les analyses Imprimer

Depuis sa victoire aux primaires de l’Etat de l’Indiana, les jeux sont faits : l’abandon du dernier rival républicain en lice, Ted Cruz (au grand soulagement de beaucoup d’électeurs « progressistes »), la voie est libre pour Donald Trump.

Donald Trump seul ? Voyez comme il rallonge sa liste de supporters milliardaires.

L’investiture républicaine ne devrait pas lui échapper, mais de méchantes langues prétendent qu’il n’ira nulle part car il est absolument seul au sein de son propre parti et que personne ne souhaite le suivre sur la voie de l’affrontement commercial avec la Chine ou du recours illimité à la planche à billets pour dévaluer la dette américaine (et « embêter » là encore les Chinois).

Donald Trump trop seul pour gouverner ?

Quel aveuglement !

La « société civile » (par opposition aux politiciens professionnels) vole à son secours et c’est ce qui plait au peuple.

Sauf que les derniers chauds supporters à s’être manifestés – et T-Boone Pickens vient de lui apporter officiellement son soutien cette nuit – ne sont pas précisément les dignes représentants des « 99% ».

Ni même des 1% d’ailleurs…

Ce seraient plutôt les 0,00001% !

La liste de ses riches-très riches supporters déjà déclarés est édifiante : que des super-milliardaires (bien plus que lui, en fait) comme les très réactionnaires frères Koch (immobilier, armement, casinos), Sheldon Adelson (immobilier, casinos, Wilbur Ross (investisseur financier de 1er plan)… et le dernier en date T-Boone Pickens (spécialiste du secteur pétrolier, grand amateur de raids boursiers).

Et la jeunesse américaine devrait se reconnaître dans ces « soutiens » dont la moyenne d’âge tourne autour de 80 ans et qui ont pour la plupart fait fortune avant la Seconde Guerre mondiale.

Notons tout de même que ces milliardaires peuvent revendiquer une solide expérience du « terrain » et ce qui pourrait faire la différence aux yeux des électeurs, c’est que leur capacité financière à soutenir Donald Trump est juste no limit… et probablement supérieure à ce que pourraient mobiliser les « 99% » s’ils cassaient leur tirelire !

Wall Street va devoir s’aligner pour soutenir Hillary… et cela va lui coûter cher !

Mots clé : - - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire